À Marseille, les prix dans l’ancien prennent de l’altitude

À Marseille, les prix dans l’ancien prennent de l’altitude

Un arrondissement sur quatre affichant des prix en hausse dans l’ancien sur l’année, un trimestre marqué par une forte hausse… l’immobilier phocéen a ses compteurs au vert ! État des lieux avec le baromètre LPI-SeLoger.

Plus de 2 % de hausse sur les appartements anciens

À l’instar d’autres grandes villes telles que Paris, Lyon ou encore Toulouse, Marseille a vu les prix de ses appartements anciens progresser fortement. Jugez plutôt : sur le trimestre, ce ne sont pas moins de 2,6 % que le prix au m² des appartements phocéens a gagnés ! Marseille fait mieux que Paris et Lyon (« seulement » + 2,1 %) et n’est surpassée que par Toulouse où la hausse des prix a atteint 6,3 % ! Et la cité phocéenne devrait, selon toute vraisemblance, continuer sur sa lancée.  Car comme l’indique Michel Mouillart, Professeur d'Économie à l'Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, les prix de l’immobilier ancien devraient poursuivre leur ascension au cours des prochains mois. Pour ne cesser de grimper qu’avec « l’endormissement du marché durant les mois d’hiver ».

Chiffres clés

  • À Marseille, le prix au m² d’un appartement ancien est d’environ 2 792 €.
  • En France, il faut compter dans les 4 599 € du m² en moyenne.

Des prix qui s’envolent dans le XVIe marseillais

Avec un bond de 15,3 % sur l’année et un prix au m² avoisinant désormais les 2 561 €, c’est le XVIe arrondissement (L’Estaque, Saint-André) qui réalise la meilleure opération. Affichant une progression de 8,7 %, le XIVe fait certes presque deux fois moins bien que le XVIe (Les Arnavaux, Le Canet) mais force est de constater qu’au vu des résultats obtenus par les autres arrondissements, il pourrait se voir décerner une mention « assez bien » amplement méritée ! Quant aux Ve (Saint-Pierre, La Conception) et au VIe (Palais de Justice, Préfecture), ils affichent, quant à eux, des hausses respectives de 3 % et de 3,1 % sur leurs prix au m². En tout, c’est donc un arrondissement marseillais sur quatre qui voit ses prix au m² progresser sur l’année.

En un an, le VIIe perd 8,7 % sur son prix au m²

En marge des excellents résultats engrangés par la cité phocéenne (+ 2,6 %) au cours du dernier trimestre, sur l’année, la tendance est toutefois à la baisse. Marseille perd ainsi 2,6 % sur le prix de ses appartements anciens. Et c’est le VIIe arrondissement de Marseille qui accuse la plus grosse perte. En effet, du côté du Roucas Blanc, d’Endoume ou encore du Pharo, ce sont 8,7 % qui ont été perdus en douze mois de temps, ramenant ainsi le prix au m² dans le VIIe marseillais à 3 640 €. Emboîtant le pas au VIIe, les IIe (Hôtel de Ville, Arenc) IXe (Le Cabot, Carpiagne), XIIIe (La Croix-Rouge, Les Médecins) et XIIe (Saint-Jean du Désert, Saint-Julien) affichent, quant à eux, des pertes allant de - 5,2 % à - 7,8 %.

Les points clés à retenir 

  • Sur le trimestre, le prix au m² des appartements marseillais a progressé de 2,6 % dans l’ancien.
  • C’est dans le XVIe arrondissement que la progression a été la plus forte (+ 7,6 % gagnés en douze mois).
  • Le prix au m² a chuté de 8,7 % dans le VIIe.

Le Baromètre LPI-SeLoger des prix immobiliers, à Marseille, août 2015

Baromètre LPI-SeLoger des prix de l'immobilier à Marseille

La rédaction vous conseille :