Quelle solution pour assurer un crédit immobilier pour les séniors ?

Lorsque l’on souscrit un prêt immobilier après 65 ans, le coût de l’assurance emprunteur augmente. © Kzenon
partage(s)

Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, l’assurance emprunteur est exigée par la plupart des établissements de crédit immobilier. Mais souscrire cette assurance peut tenir du parcours du combattant pour les seniors...

L’âge, un frein au crédit immobilier pour les seniors

S’il désire souscrire un prêt immobilier, un senior qui ne serait pas endetté, disposerait de revenus stables (par exemple, une retraite) voire d’une épargne aura pourtant des difficultés à convaincre les banques de financer son projet immobilier sans qu'on lui fasse contracter une assurance-décès. Mais la durée maximale de couverture n’allant bien souvent pas jusqu’au terme du prêt, la durée de celui-ci devrait alors être réduite. Le hic, c’est que les mensualités augmenteraient alors considérablement et que l’endettement dépasserait probablement les 33 %... Force est toutefois de constater que la durée de vie des Français s’allongeant, de plus en plus d’établissements font reculer l’âge limite pour souscrire leurs contrats.

Bon à savoir

Parce qu’il inclut la totalité des frais d’assurance, le Taux Annuel Équivalent Assurance (TAEA) est plus fiable que le Taux Effectif Global (TEG). 

L’assurance emprunteur, ça couvre quoi au juste ?

Souscrite en même temps que le crédit immobilier, l’assurance emprunteur vous couvre en cas d’invalidité ou de décès. En clair, si l’un de ces événements survient, c’est alors votre assureur qui remboursera le prêt à votre place. À elle toute seule, l’assurance emprunteur représente en moyenne 25 % du coût total du crédit. Mais au-delà d’un certain âge, les contrats d’assurance dits « de groupe » (négociés par une banque auprès d’un assureur, ces contrats d’assurance collective mutualisent les risques de l’ensemble des emprunteurs) peuvent se révéler inadaptés. Mieux vaut alors se tourner vers un contrat individuel. Mais en dehors des contrats « groupe », les tarifs augmentent souvent rapidement.

Dissociez crédit immobilier et assurance emprunteur

Depuis les lois Lagarde et Hamon, il est possible de bénéficier d’une délégation d’assurance et de dissocier ainsi son crédit immobilier de son assurance emprunteur. En clair, vous pouvez parfaitement souscrire une assurance emprunteur auprès d’un autre établissement que celui qui vous aura accordé votre prêt immobilier. Vous pouvez résilier votre contrat d’assurance chaque année, si vous trouvez une autre assurance moins onéreuse tout en proposant des garanties équivalentes.

Bon à savoir

La délégation d’assurance est un contrat d’assurance individuelle « sur-mesure » qui vous sera appliqué. Chaque dossier s’appréciera au cas par cas (âge, état de santé, durée du financement, etc.).

Quelles solutions si on vous refuse une assurance emprunteur ?

Faute de pouvoir souscrire une assurance emprunteur, deux solutions s’offrent à vous.

  1. Si vous disposez d’un patrimoine, hypothéquer l’un de vos biens pourrait pallier l’absence d’assurance emprunteur et rassurer l’établissement de crédit. De même, offrir en nantissement un contrat d’assurance-vie en euros pourrait faire avancer votre projet immobilier.
  2. Si vous souffrez de graves problèmes de santé, la convention Aeras (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) pourra vous aider à obtenir plus facilement une assurance pour votre crédit immobilier. Pour bénéficier de cette convention et obtenir ainsi un écrêtement du tarif de votre assurance à 1,4 %, vous devrez être âgé de moins de 70 ans à la fin du remboursement du prêt et emprunter un montant maximum de 320 000 €. 

Conseil SeLoger

Vous cherchez une assurance ? Faites une simulation en ligne via notre formulaire.