Cet article a été rédigé avec notre partenaire Pretto, expert en crédit immobilier.

Comment réduire le coût de son crédit immobilier en 2024 ?

Blandine Rochelle
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Les taux d’emprunt actuels demeurent élevés, et emprunter aujourd’hui coûte plus cher qu’il y a deux ans par exemple. Comment faire, dans ce contexte, pour réduire le coût de son prêt immobilier et augmenter son pouvoir d’achat ? Faites le plein d’astuces pour baisser le coût de votre crédit immobilier.

Image
Il est possible d'actionner différents leviers pour diminuer le coût de son crédit immobilier en 2024. © Wasan Tita - Getty images
Il est possible d'actionner différents leviers pour diminuer le coût de son crédit immobilier en 2024. © Wasan Tita - Getty images
Sommaire

Faire jouer la concurrence grâce au courtier

La première chose à faire pour réduire le coût d’un prêt immobilier, c’est de faire jouer la concurrence entre les banques afin d’obtenir l’offre la plus intéressante possible. Pour ce faire, il est indispensable de faire appel à un courtier immobilier, qui va défendre votre dossier de demande de prêt et négocier pour votre compte les conditions d’emprunt les plus avantageuses. En déposant votre demande de prêt à différents établissements, c’est lui qui va faire jouer la concurrence, et qui va vous remettre une ou plusieurs offres formulées par les banques ayant accepté votre demande.

Avec son réseau et le volume de dossiers qu’il est amené à déposer dans le cadre de son activité, le courtier est le plus à même de peser lors des négociations avec les banques, et il vous fait gagner à la fois du temps et de l’argent. Du temps, car le fait de démarcher chaque banque individuellement est une tâche particulièrement chronophage. De l’argent, car grâce à son expertise et ses arguments, le courtier est à même de décrocher les offres les plus avantageuses au regard des caractéristiques de votre dossier, de votre profil et de votre projet. Vous bénéficiez alors d’un interlocuteur unique qui travaille dans votre intérêt et qui ne sera rémunéré que si vous acceptez les propositions qu’il vous adresse.

Augmenter son apport personnel pour emprunter moins

Il s’agit d’un calcul arithmétique : plus vous injectez de l’argent propre dans votre achat immobilier, moins vous aurez à emprunter et moins vous aurez de frais à payer sur la somme empruntée. À commencer par les intérêts d’emprunt, mais également les frais de dossier et d’assurance qui sont calculés proportionnellement au montant accordé par la banque.

Pour diminuer le coût du prêt immobilier, faites en sorte d’apporter la somme la plus importante possible, en suivant quelques conseils :

  • Épargnez une certaine somme tous les mois, en vous y tenant fermement.
  • Renseignez-vous au sujet du PTZ (prêt à taux zéro), car vous y avez peut-être droit ! Ce prêt aidé par l’Etat est accordé sans aucun intérêt d’emprunt et est remboursable sur 20, 22 ou 25 ans avec une période de différé de 5, 10 ou 15 ans selon les cas. Seuls les primo-accédants sont éligibles, et le montant accordé dépend des ressources du ménage ainsi que l’adresse du logement.
  •  Débloquez par anticipation votre plan d’épargne salariale ou d’épargne collectif si vous en bénéficiez.
  • Parlez avec vos proches d’un prêt familial.
  • Pensez au prêt action logement, anciennement « 1 % logement ». Elle permet à certains salariés du privé dont l’entreprise embauche au moins 10 collaborateurs de financer jusqu’à 30 % de l’acquisition d’une résidence principale à un taux préférentiel voire nul.

Les ménages qui bénéficient de prestations de la CAF peuvent obtenir un crédit à taux zéro pour financer une partie de leur projet immobilier.

Renégocier son taux avec sa banque

Si les taux immobiliers sont actuellement plus élevés qu’il y a 2 ans, ils ont cependant commencé à stagner et pourraient redescendre dans les mois qui viennent. Quoi qu’il en soit, il est toujours possible de renégocier avec sa banque pour obtenir un taux immobilier plus bas, même une fois que le crédit a été souscrit, afin de réduire son coût.

Vous pouvez solliciter votre banque ou un courtier, et demander à obtenir un taux moins élevé, voire à envisager un rachat de crédit si une autre banque vous propose un taux plus intéressant.

Notez que pour engager ce processus, il est préférable de se trouver dans le premier tiers du remboursement de votre crédit, que l’écart entre l’ancien et le nouveau taux soit d’au moins 0,7 %, et que votre capital restant dû soit supérieur à 70 000 €.

Changer d’assurance emprunteur

Vous avez la possibilité de changer de contrat d’assurance emprunteur en renonçant à celui proposé par la banque, or un contrat d’assurance moins cher équivaut à un crédit moins cher, puisque cette assurance alourdit le coût total du prêt immobilier.

En faisant jouer la concurrence, vous pouvez réaliser des économies importantes, car les assurances emprunteur du marché libre sont en moyenne 3 fois moins chères que les contrats de groupe proposés par les banques. Sachez que vous pouvez changer de contrat à tout moment, dès lors que vous optez pour des garanties au moins équivalentes à celles du contrat d’assurance initial. Vous pouvez, là encore, solliciter un courtier en assurance qui va se charger de décrocher pour vous la meilleure offre du marché.

Pensez au regroupement de crédits si vous en avez plusieurs (crédit immobilier, crédit auto, prêt personnel), qui permet de rassembler toutes vos mensualités en une seule. Généralement, on observe une baisse globale du coût des crédits.

Cet article vous a été utile ?
4
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Immeubles parisiens
Crédits immobiliers
Si vous avez recours au prêt immobilier, l'appel de fonds, ou déblocage, constitue l'une des dernières étapes pour obtenir l'argent nécessaire pour financer l'achat d'un bien. L'appel de fonds se fait...
Image
Prêt hypothécaire
Crédits immobiliers
D’après la Banque de France, 96,8 % des prêts immobiliers bénéficient d’une garantie en cas d’impayés. Si les mécanismes de caution sont majoritaires, un autre type de garantie existe : l’hypothèque...