1 Français sur 2 pense que la solidarité intergénérationnelle recule !

 47 % des Français estiment que la solidarité intergénérationnelle est moins importante que par le passé. Néanmoins, lorsqu’ils sont mis en situation, la plupart d’entre eux sont prêts à aider leurs parents ou leurs enfants à se loger.

Logement : la solidarité intergénérationnelle est un enjeu d’avenir

En matière de logement, la préservation du lien intergénérationnel est essentielle, d’autant plus que les projections de l'ONU (Organisation des Nations Unies) annoncent que les plus de 60 ans représenteront 20 % de la population mondiale en 2050. Dans ce contexte, une étude Guy Hoquet-Harris Interactive, s'est intéressée à la perception qu'ont les Français de la solidarité entre générations en ce qui concerne le logement. Or, selon cette enquête, près de la moitié des Français (47 %) pensent que la solidarité entre générations est moins importante que par le passé lorsqu'il s'agit de loger des proches chez soi ou de les aider financièrement à se loger. Et plus on vieillit, plus cette évolution est constatée : 56 % des 50-64 ans le déplorent contre 43 % des moins de 35 ans.

Graphique Solidarité Logement
La plupart des Français sont prêts à aider leurs proches âgés à se loger. © Guy Hoquet-Harris Interactive

Bon à savoir

40 % des parents sont prêt à aider financièrement leurs enfants quand ils auront besoin de se loger de manière indépendante.

Maintien à domicile : 74 % des Français sont prêts à aider leurs proches

Si de nombreux Français ressentent une baisse de la solidarité intergénérationnelle, ils sont néanmoins disposés à agir lorsqu’ils sont confrontés eux-mêmes à cette situation. Ainsi, lorsqu'on les interroge concrètement sur les actions possibles, 74 % des 45 ans et plus se déclarent prêts à financer une aide à domicile ou des travaux d'adaptation dans le logement de leurs proches âgés pour qu'ils puissent y rester le plus longtemps possible. Par ailleurs, 55 % d’entre eux répondent présent pour financer un logement ou une chambre dans un établissement destiné aux seniors et 44 % déclarent être prêts à adapter leur logement ou à en changer afin d'accueillir leurs proches âgés. 47 % des parents ayant au moins un enfant à la maison préfèreraient que ces derniers vivent au sein du foyer parental, jusqu'à ce qu'ils puissent eux-mêmes financer leur logement. 

Si le départ d'un enfant du foyer parental est une étape de vie majeure, le vieillissement de nos proches peut l'être tout autant. La dépendance physique et/ou financière des seniors peut en effet chambouler le quotidien et le rapport de tous au logement ».

Fabrice Abraham, Directeur Général de Guy Hoquet.