Publi-communiqué

Comment aménager une maison pour une personne à mobilité réduite ?

Anissa Duport-Levanti 30 déc 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Pour une personne à mobilité réduite, une maison mal adaptée peut se révéler inconfortable, voire risquée. Voici quelques aménagements indispensables pour favoriser confort et autonomie au quotidien, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Image
Voici quelques aménagement essentiels pour adapter un logement aux personnes à mobilité réduite. © Andrey Popov
Voici quelques aménagement essentiels pour adapter un logement aux personnes à mobilité réduite. © Andrey Popov
Sommaire

Des aménagements intérieurs pour sécuriser les déplacements

Tout comme pour les jeunes enfants, les pièces à vivre renferment des dangers pour les personnes à mobilité réduite. Une vision globale, mais aussi des aménagements spécifiques limitent ces risques. Zoom sur la sécurité des personnes à mobilité réduite en intérieur.  

Une vision globale pour des aménagements cohérents

Lorsque cela est possible, le plus aisé est de choisir un logement de plain-pied. Ce type de logement permet une circulation plus fluide. Si la maison possède des étages, le recours à un monte-escalier est alors indispensable.

Les espaces de passage doivent être suffisamment larges pour le fauteuil roulant. Pour cela, vous devez compter 75 cm de large et 1,25 m de long pour manœuvrer en toute sécurité. De même, les portes auront une largeur de 90 cm. Afin que la personne puisse atteindre les interrupteurs et les poignées, ils seront placés à une hauteur comprise entre 90 et 130 cm du sol.

Une cuisine ouverte avec des meubles bas

Véritable cœur de la maison, la cuisine s’ouvre pour le confort des personnes à mobilité réduite. Elle est ainsi plus facile d’accès. De même, ses aménagements s’adaptent à la hauteur et à l’espace occupé par le fauteuil.

Dans cette optique, l’évier suspendu dégage assez de place pour accueillir une chaise roulante. Les meubles sont bas et disposent de portes coulissantes. Les plans de travail se règlent en hauteur pour descendre sur les jambes.

Les électroménagers aussi sont pensés pour faciliter l’accès et l’utilisation. Les plaques de cuisson ont des boutons latéraux tandis que les fours intègrent le bas des meubles.

Une salle de bains spacieuse avec des appuis

La salle de bains représente souvent le plus grand risque pour une personne à mobilité réduite. En effet, en plus des multiples obstacles, cette pièce peut aussi être humide avec l’inconfort d’adhérence que cela amène.

Pour gagner en surface et en confort, le wc s’intègre dans la salle de bains. Pour ceux qui le souhaitent, le plaisir du bain est accessible avec les baignoires à porte. Cependant, la douche PMR, assez semblable à la douche à l’italienne, reste le meilleur choix. Elle comporte des éléments de sécurité et demeure plus accessible à partir d’une chaise roulante.

Le lavabo aussi s’adapte au fauteuil roulant. Il est alors suspendu avec un espace de 70 cm minimum pour faire passer les jambes. Les serviettes et les produits d’hygiène se trouvent à proximité et à hauteur de chaise.

Pour aménager un bien pour une personne à mobilité réduite, il faut :

  • Choisir un logement de plain-pied.
  • Élargir les espaces de passages (75 cm de large et 1,25 m de long) et les portes (90 cm).
  • Abaisser les interrupteurs, poignées et plans de travail (90 à 130 cm du sol).
  • Installer des lavabos suspendus.

Des aménagements extérieurs pour garder l’accès au jardin

Accéder à des espaces extérieurs comme un jardin, une terrasse ou un garage contribue au bien-être et à l’autonomie des personnes à mobilité réduite. Pourtant, cela ressemble souvent à un véritable parcours du combattant. Quelques astuces pour rendre ces espaces plus confortables.

Un jardin aménagé pour les loisirs

Perte de mobilité ne doit pas rimer avec perte d’autonomie. Le jardin aussi s’adapte pour laisser aux personnes à mobilité réduite la possibilité de s’adonner à leurs loisirs.

Pour des déplacements confortables, des allées au revêtement adapté traversent le jardin. Elles ne doivent comporter ni marche ni rebord pouvant freiner l’évolution d’une chaise roulante.

Pour préserver les activités de jardinage, les carrés de culture s’élèvent à hauteur de jambes. Certaines serres, comme celles de chez Gamm Vert, abritent parfaitement ces cultures.

Les outils de jardinage aussi font leur révolution. Les outils dotés de grands manches sont délaissés en faveur des outils à « main ». De même, les contenants sont adaptés pour se transporter facilement sur les genoux.

Un garage accessible pour plus d’indépendance

Grâce aux progrès de la technologie, les personnes à mobilité réduite profitent de voitures adaptées. C’est pourquoi les garages se transforment aussi. Les dimensions seront plus importantes pour laisser un passage libre pour le fauteuil roulant. La porte du garage ainsi, éventuellement, que celle du portail se ferme avec une télécommande. Enfin, le garage ne comporte aucune marche ou bordure pouvant limiter son accès.

La vie d’une personne à mobilité réduite peut rapidement perdre en confort à cause d’aménagements inadaptés. Pourtant, un intérieur bien pensé permet une autonomie globale plus importante. Ainsi, grâce à une cuisine et une salle de bains sécurisées, mais aussi avec des aménagements extérieurs favorisant l’accès au jardin, confort et autonomie sont largement préservés.

Notez que si vous êtes locataire et souhaitez engager des travaux d'accessibilité, c'est possible, même sans l'accord du propriétaire.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Les ventes de cuisines se ont diminué de -6,9 % sur l'année 2023, après une hausse importante de +19,5 % en 2021. © sheilasay - Getty images
France
Les ventes de cuisines se sont effondrées en 2023, avec une baisse de près de 7 % des ventes sur l’année. Dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat immobilier et d'appétence pour le « do it...
Image
A Paris, le marché de la location est particulièrement tendu et les loyers ne cessent d'augmenter malgré les mesures de plafonnement. © Eva-Katalin - Getty images
France
Une enquête menée par SeLoger confirme la détérioration du marché locatif en 2023. Affecté d’abord par la hausse des taux d’intérêt qui maintient les ménages en situation de location, le marché subit...