Paupérisés, les étudiants redoutent une hausse des loyers !

27 jan 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Alors que la pandémie se prolonge et que les incertitudes économiques persistent, les étudiants montrent des signes d'inquiétude. Particulièrement précarisés par la crise sanitaire, beaucoup d'entre eux redoutent - à tort ou à raison - une hausse des loyers et une baisse de leur pouvoir d'achat dans les six prochains mois.

Image
Paupérisés, les étudiants redoutent une hausse des loyers !
Entre pandémie, précarisation et isolement, les jeunes locataires ne voient pas l’avenir en rose. © baranq

Sommaire

28 % des jeunes locataires craignent de voir baisser leur pouvoir d’achat

C'est peu dire que la crise sanitaire, en privant les étudiants de leurs petits boulots, a contribué à augmenter leur précarité. Beaucoup d'entre eux se heurtant actuellement à de graves difficultés financières, il n'y a rien d'étonnant à ce que leur moral ne soit pas au beau fixe ! Jugez plutôt, selon une étude * que nous avons réalisée en novembre dernier, 28 % des porteurs d'un projet de location âgés de 18 à 34 ans s'attendent à ce que leur pouvoir d'achat se détériore dans les six prochains mois. Cette appréhension s'observe chez 32 % des 18-24 ans et chez 24 % des 25-34 ans. 

Image
<em>Modifier Article</em> Paupérisés, les étudiants redoutent une hausse des loyers !
Les jeunes locataires sont pessimistes quant à leur situation économique. ©SeLoger

Milléniaux : 4 futurs locataires sur 10 anticipent une hausse des loyers 

Il ressort de notre enquête que pour 42 % des futurs locataires âgés de 18 à 34 ans, les loyers augmenteront dans les 6 prochains mois. Il est toutefois intéressant de noter que la réforme des APL (elles sont désormais recalculées chaque trimestre sur la base des revenus perçus lors des douze derniers mois, Ndlr) du 1er janvier dernier épargnera les étudiants. En effet, en application d'un forfait plancher, les étudiants ne verront pas le montant de l'aide qui leur est versée diminuer. Enfin, si 44 % des personnes interrogées misent, quant à elles, sur un statu quo, 14 % des sondés prédisent une baisse des loyers ! 

Image
<em>Modifier Article</em> Paupérisés, les étudiants redoutent une hausse des loyers !
Globalement, le montant moyen des loyers de studio baisse sur l'année dans les principales villes étudiantes. ©SeLoger

Les loyers des studios augmentent dans une majorité de villes étudiantes

Les jeunes porteurs d'un projet locatif ont-ils raison d'anticiper une hausse des loyers ou bien alors ont-ils tort de s'inquiéter ? Seul l'avenir nous le dira. À la lecture des chiffres du Baromètre des Loyers SeLoger, il apparaît toutefois que les loyers des studios s'orientent à la hausse dans la plupart des villes étudiantes. Dans certaines villes, les loyers progressent d'ailleurs plus vite que les prix à la vente ! À Bordeaux, la hausse des loyers des studios culmine à 6,8 % sur 1 an. De même, à Limoges, le loyer moyen pour un studio progresse de 5,2 % sur 1 an. Pour autant, il est à noter qu'à Rennes, ville à haute teneur en étudiants et en jeunes locataires les loyers des studios accusent un recul annuel de 7,8 % et à Lille, la baisse atteint 5,5 % sur 1 an. 

L'évolution des loyers des studios dans 10 grandes villes étudiantes 

Ville Loyer Évolution sur 1 an
Reims 410 €/mois - 0,8 %
Marseille 494 €/mois + 2,5 %
Strasbourg 485 €/mois + 4,5 %
Montpellier 479 €/mois + 0,3 %
Bordeaux 571 €/mois + 6,8 %
Grenoble 432 €/mois - 3 %
Toulouse 485 €/mois + 0,9 %
Nantes 467 €/mois + 0,8 %
Nice 592 €/mois + 2,1 %
Limoges 355 €/mois + 5,2 %

Source : Baromètre des Loyers SeLoger - janvier 2021

* Enquête OpinionWay réalisée du 12 au 24 novembre 2020 auprès de près 600 intentionnistes locataires âgés de 18 à 34 ans.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
French

A la une !