Les prix de l’électricité augmentent à partir du 1er février

Blandine Rochelle
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a annoncé la fin du bouclier tarifaire qui bloquait jusqu'à présent les prix de l’électricité, les empêchant d’augmenter. Ils vont donc bel et bien s'alourdir à compter du 1er février, mais le ministre s’est engagé à ce que cette hausse demeure en-dessous de 10 % pour les ménages et les petites entreprises.

Image
Les tarifs de l'électricité augmentent de 8,6 à 9,8 % au 1er février 2024. © aquaArts studio - Getty images
Les tarifs de l'électricité augmentent de 8,6 à 9,8 % au 1er février 2024. ©gettyimages
Sommaire

8,6 à 9,8 % de hausse des prix de l’électricité à partir du 1er février

La hausse tant redoutée des prix de l’électricité aura bien lieu, sonnant la fin du bouclier tarifaire qui avait été mis en place à l’automne 2021 par le Premier Ministre de l’époque, Jean Castex. « La facture d’électricité sur les tarifs heures pleines/heures creuses va augmenter de 9,8 % au 1er février, et sur les tarifs de base de 8,6 %. C’est-à-dire que pour 97 % des ménages français, l’augmentation sera sous les 10 % », a déclaré Bruno Le Maire, qui avance la poursuite de la sortie du « quoi qu’il en coûte ».

Cette hausse sur les tarifs de l’électricité concerne ainsi près de 20 millions de ménages abonnés à l’électricité, dont 10,6 millions sont concernés par le tarif de base, à savoir le « tarif bleu » d’EDF, qui ne propose pas d’heures fixes et d’heures creuses. 400 000 abonnés particuliers ont également souscrit une option dite « effacement jour de pointe », dont le tarif augmentera de 10,1 %. Les tarifs de ces abonnements sont plus compétitifs, mais les abonnés s’engagent en échange à réduire leur consommation d’électricité les jours où la consommation est particulièrement élevée à l’échelle nationale.

En ce qui concerne les petites entreprises et les abonnés non résidentiels, la hausse s’élèvera entre 5,2 et 8 % en fonction des contrats.

Bruno Le Maire a expliqué qu’un ménage qui ne se chauffe pas à l’électricité subira une hausse de 5 €/mois en moyenne. Pour le ménage qui se chauffe à l’électricité, qui a 2 enfants et une maison individuelle, la hausse sera de 12 €/mois en moyenne.

La TIFCE en cause dans l’augmentation des prix de l’électricité

Si la hausse des prix de l’électricité est désormais actée, c’est à cause de l'augmentation de la TICFE (taxe intérieure de consommation finale d’électricité), qui va augmenter en février de 1 à 21 €/MWh, une disposition inscrite dans le budget 2024. Avant la crise, cette taxe était de 32,44 €/MWh, et elle remplace depuis 2022 la TICGN (taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel), qui est passée de 8,45 € à 16,37 €/MWh. « Nous faisons les deux tiers du chemin mais pas l’intégralité du chemin dans le rétablissement de l’intégralité de cette taxe. Nous reviendrons à la normale le 1er février 2025 » a expliqué Bruno Le Maire pour conclure la fin du bouclier tarifaire.

Une prochaine augmentation en février 2025

Le Ministre de l’Economie a donc également annoncé que la prochaine hausse des prix de l’électricité interviendra le 1er février 2025. Bercy explique que jusqu’à présent, l’Etat prenait en charge 37 % de la facture d’électricité des Français, et cette prise en charge représente un manque à gagner pour l’Etat de 9 milliards d’euros chaque année. L’augmentation de la TICFE est donc une étape vers un retour à la normale de la taxe en février 2025 qui sonnera définitivement la sortie du bouclier tarifaire. Cette mesure va d’ores et déjà rapporter 6 milliards d’euros à l’Etat dès cette année 2024. « C’est une décision difficile, mais c’est une décision qui est nécessaire pour garantir notre capacité d’investissement dans de nouvelles capacités de production électrique et puis de sortir définitivement du quoi qu’il en coûte » a conclu Bruno Le Maire.

L’augmentation des prix de l’électricité en deux ans est de l’ordre de 43 à 44 %.

Déposez votre annonce de location sur SeLoger
Cet article vous a été utile ?
4
1

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Rouen est la grande ville française où les logements se vendent le plus vite. © Ekaterina Belova - Adobe Stock
France
Depuis 1 an, avec la hausse des taux et des prix qui restent élevés, les délais de vente se sont globalement allongés… mais pas partout. À Rouen, il faut 25 jours de moins pour vendre un logement...