MaPrimeRénov’ : le coût des gros travaux peut désormais être pris en charge à 65 %

Blandine Rochelle
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le gouvernement souhaite encourager les rénovations énergétiques d’ampleur, ce qui a donné lieu à une nette hausse des aides accordées dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité adressé aux ménages modestes. Les travaux de rénovation peuvent désormais être pris en charge jusqu’à 65 % lors de projets de rénovations globales.

Image
Les aides de MaPrimeRénov' Sérénité ont augmenté et la prise en charge de travaux importants peut aller jusqu'à 65 %. © zazamaza - Getty images
Les aides de MaPrimeRénov' Sérénité ont augmenté et la prise en charge de travaux importants peut aller jusqu'à 65 %. © zazamaza - Getty images
Sommaire

Jusqu’à 65 % de pris en charge pour des travaux d’ampleur

Les travaux de rénovation énergétique sont l’un des principaux enjeux de l’Etat, dans l’objectif de permettre aux ménages de réduire leurs factures énergétiques, et d’occuper des logements dont l’impact sur l’environnement est réduit. Dans le cadre de la planification écologique, le gouvernement s’est ainsi fixé un objectif de 200 000 rénovations performantes en 2024, quand on en recensait 65 939 en 2022. Si des aides accrues ont été annoncées pour l’installation de pompes à chaleur pour le budget de 2024, les projets plus ambitieux ne sont pas en reste.

L’Anah a ainsi décrété une augmentation des aides dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité, qui est la branche du dispositif MaPrimeRénov’ dédiée aux rénovations globales de logements et adressée aux ménages modestes et très modestes. Le dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité englobe les projets de travaux de rénovation qui visent à obtenir un gain énergétique d’au moins 35 %, et donc les rénovations d’ampleur qui ont un impact significatif sur les performances énergétiques des logements. Or, ces travaux sont toujours très onéreux car ils nécessitent d’agir sur plusieurs postes de travaux différents et à différents niveaux, se chiffrant souvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Depuis le 1er octobre, le taux de pris en charge des rénovations globales pour les ménages modestes et très modestes s’élève à 50 et 65 %, alors qu’ils étaient de 35 et 50 % jusqu’à présent.

Depuis son lancement en 2020, plus de 1,5 million de ménages ont bénéficié de l’aide MaPrimeRénov’.

Des montant d’aides en hausse

Pour prétendre aux aides accordées dans le cadre de MaPrimeRénov’, il faut respecter un plafond de dépenses qui a, lui aussi, été augmenté. Il est passé de 30 000 à 35 000 € pour les ménages très modestes, ce qui correspond, pour une personne seule vivant en Ile-de-France, à un revenu fiscal de référence inférieur à 22 461 €, ou à moins de 16 229 € pour une personne seule vivant hors région parisienne. Une personne seule répondant aux critères des ménages très modestes peut ainsi toucher jusqu’à 22 750 € de subventions pour les travaux de rénovation globale. Un ménage modeste, qui correspond par exemple à une personne seule dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 27 343 € s’il vit en Ile-de-France, ou dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 29 805 € s’il vit hors région parisienne, pourra percevoir jusqu’à 17 500 € de subventions.

Il est cependant rare que le plafond de 35 000 € soit atteint dans le cadre de travaux de rénovation globale. L’Anah envisage ainsi de revaloriser l’aide moyenne de 4 300 €, ce qui permettrait d’atteindre une subvention de 18 600 € pour les ménages très modestes, et 14 500 € pour les ménages modestes. Notez par ailleurs que ces montant moyens ne tiennent pas comte des autres aides cumulables, comme le bonus de sortie de passoire thermique qui peut s’élever à 1 500 € si le logement passe d’une étiquette F ou G à E minimum. Ainsi que le bonus « bâtiment basse consommation » qui s’élève à 1 500 € également, à condition que le logement obtienne une étiquette A ou B après travaux.

Les rénovations globales sont recommandés

Le dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité ne concerne que les projets de travaux de rénovation globale, ce qui signifie qu’il ne s’applique pas pour les travaux ou installations isolés. Réaliser un ensemble de travaux simultanément s’avère l’option la plus efficace, en particulier lorsque le logement présente de faibles performances énergétiques, notamment les passoires thermiques.

Lorsque vous adressez une demande de subvention auprès de l’Anah, vous bénéficiez d’un délai de 3 ans suivant la notification d’attribution d’une aide pour effectuer les travaux. Ils doivent être réalisés par un artisan labellisé RGE. De plus, il est possible de compléter l’aide accordée dans le cadre de MaPrimeRénov’ par l’éco-prêt à taux zéro, un prêt attribué sans intérêt et pouvant s’élever jusqu’à 50 000 €.

Pour bénéficier de MaPrimeRénov’ Sérénité, le logement doit avoir été construit depuis au moins 15 ans à la date de demande d’aide.

Estimez gratuitement votre bien en 2 min
Cet article vous a été utile ?
8
2

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
La surélévation peut prendre plusieurs formes et le coût dépend des caractéristiques du projet. © acilo - Getty images
Travaux
La surélévation de maison est une solution idéale pour gagner de l’espace, sans empiéter sur la surface au sol de votre terrain. Que vous ayez besoin d’une nouvelle chambre, d’un bureau, ou simplement...
Image
Raser une maison pour en construire une nouvelle : un projet long mais parfois indispensable. © gabort71 - Getty Images
Travaux
Vétusté de la maison, problèmes structurels, désir de personnalisation… De nombreux facteurs peuvent vous amener à vous lancer dans une démolition-reconstruction. Les avantages et inconvénients de ce...
Image
refaire-salle-de-bain-soi-meme-seloger-castorama
Travaux
Refaire sa salle de bain soi-même, un projet trop compliqué ? Mais à bricoleur vaillant, rien d’impossible ! Suivez notre guide pour refaire votre salle de bain maison, et réaliser de belles économies...