Insalubrité, dégradation... la hantise des propriétaires qui louent leur logement

Insalubrité, dégradation... la hantise des propriétaires qui louent leur logement
partage(s)

Certes, ils redoutent les mauvais payeurs mais au classement des hantises des propriétaires se glisse en très bonne place la syllogomanie ou la manie d’accumuler les déchets à l’intérieur d’un logement, de quoi créer de nombreux dégâts.

La « syllogomanie », une accumulation maniaque d’objets très divers

La syllogomanie n’est pas une maladie rare mais une affection mentale plus répandue qu’on ne l’imagine. Elle désigne la manie d’accumuler objets et déchets à l’intérieur d’un logement. Au bout d’un certain niveau d’accumulation, le logement est exposé à de gros dégâts. Et c’est souvent le propriétaire qui se trouve dans l’obligation de payer le nettoyage qui s’impose : « Avec les beaux jours, le téléphone des sociétés de nettoyage spécialisées se remet à sonner », précise le quotidien L’Union. Citant le témoignage d’une société spécialisée, Proxi net : «  Avec la chaleur, ça sent parfois très mauvais » car on peut retrouver de tout dans ces logements : déchets alimentaires, excréments voire même cadavres d’animaux…

Des factures de nettoyage pouvant aller jusqu’à 6 000 € pour les propriétaires !

De gros moyens humains et techniques doivent être engagés pour faire place nette, à commencer par une benne et des produits de désinfection. Une grosse artillerie qu’un propriétaire ne peut mobiliser. Le coût de l’intervention : « Entre 20 et 60 €/m²», assure Proxi net. Selon les cas, la facture peut osciller entre 1 500 et 6 000 € ! Ce sont souvent les propriétaires qui sont dans l’obligation de payer quand les locataires ne peuvent faire face à la facture car les Agences régionales de santé (ARS) veillent, craignant un problème de santé publique. Après plusieurs arrêtés à la suite de signalements d’habitats devenus insalubres, elles peuvent imposer une remise en état aux propriétaires, au risque pour ces derniers de devoir régler de grosses pénalités.

Bon à savoir

Vous souhaitez louer votre logement au meilleur candidat possible ? Pour vous aider, SeLoger' a participé à l’élaboration d’un guide à l’attention des propriétaires, afin de vous accompagner dans la mise en location de votre logement tout en vous aidant à éviter les discriminations.

2 à 6 % de la population touchée par le syndrome

Cette accumulation volontaire d’objets en tout genre est en effet dangereuse. Elle favorise au final le développement des moisissures, des bactéries, des acariens et des petits insectes voire même des rats. Sans oublier le risque de voir certaines maladies infectieuses se développer. Enfin, l’accumulation de produits domestiques courants peut également favoriser la survenue d’incendies accidentels avec intoxication par des fumées ou des brûlures chimiques. Et le phénomène n’est pas rare : deux études anglaise et suédoise assurent qu’entre 2 et 6 % de la population seraient touchés par la syllogomanie.