8% des acquéreurs parisiens sont des étrangers

8% des acquéreurs parisiens sont des étrangers

La ville des Lumières attire les étrangers. Résidents en France ou non, ils se positionnent le plus souvent sur des beaux biens parisiens et contribuent à maintenir des prix fermes sur le secteur du prestige.

Paris séduit toujours les étrangers. Ville cosmopolite, elle accueille, comme les grandes capitales mondiales, une population étrangère assez nombreuse représentant environ 15 % des parisiens. Il est normal que certains souhaitent devenir propriétaires, d’appartements ou d’hôtels particuliers.

Les acheteurs étrangers présentent deux types de profil

  1. Ils résident en France mais sont nés à l’étranger. Ils achètent dans Paris intramuros notamment dans les beaux quartiers et se positionnent sur un patrimoine de qualité. Ils sont d’ailleurs plus nombreux à entreprendre cette démarche : 5,5 % en 2014 contre 4 % entre 1996 et 2011.
  2. Ils habitent à l’étranger mais achètent à Paris. Ces acquéreurs, qui représentent à peine 3 % des non-résidents sont toutefois en retrait par rapport à la période 2008/2009 où ils frôlaient les 4 %. Un recul probablement du à la forte poussée des prix en 2010 et à la fiscalité dissuasive.

Les Italiens toujours accrocs à Paris mais...

Italiens, Anglais, Américains, Chinois et Portugais sont les plus présents. Les Russes, très actifs sur l’immobilier de prestige en 2010/2012 désertent quelque peu le marché.

17% sont Italiens. Historiquement, les Italiens ont toujours été intéressés par le marché parisien. Amateurs de belles pierres et d’histoire, ils adorent la capitale. Néanmoins, la crise économique italienne et le prix malgré tout élevé des biens affaiblissent leur pouvoir d’achat. Résultat : ils sont moins nombreux qu’en 2009 où ils représentaient le quart des acquéreurs étrangers.

5% sont Anglais mais aussi Américains, Chinois ou Portugais. Chacune de ces nationalités représente à peu près 5% avec des variations dans le temps. Là encore, toutes étaient plus nombreuses au début des années 2000. Et Anglais et Américains ont même sérieusement déserté puisqu’au début des années 2000, ils représentaient chacun 10 % des acquéreurs étrangers.

Bon à savoir

Toujours selon les notaires, les Italiens, Anglais et Américains sont principalement des non-résidents  qui s’installent ou achètent un beau pied-à-terre sans avoir auparavant vécu dans Paris. A l’inverse et notamment les Chinois et les Portugais habitent déjà en France et même à Paris lorsqu’ils concrétisent leur achat immobilier.

La rédaction vous conseille :