Payer moins cher son loyer en participant aux tâches de copropriété : c'est possible !

Payer moins cher son loyer en participant aux tâches de copropriété : c'est possible !
partage(s)

C’est une expérience unique que vont vivre 6 ménages d’un logement social parisien. En participant à la vie de leur immeuble (sortir les poubelles, faire le ménage dans les parties communes, etc.), ils pourront bénéficier d’un loyer moins cher.

L'autogestion de copropriété : des petits gestes pour des belles économies

Le logement social se situe au passage Desgrais dans le 19e arrondissement de Paris. Six des futurs locataires vont y vivre une expérience originale : le fonctionnement en autogestion ! Comme le révélait récemment Le Parisien, ce sont les habitants eux-mêmes qui entretiendront l’immeuble dont ils prendront possession le 2 mai prochain avec des tâches classiques : sortir les poubelles à tour de rôle, balayer les parties communes, veiller aux dépenses d’énergie, etc. Une responsabilisation active susceptible, au final, de réduire sacrément les charges et d’activer la baisse des loyers.

Bon à savoir

Il y a un mois, RIVP (Régie immobilière de la Ville de Paris) a lancé un appel à projet concernant le budget participatif : « Avec ce nouveau dispositif test, les locataires ont la possibilité de s’impliquer dans la vie de leur immeuble en proposant des projets, en soutenant ceux de leurs voisins et en votant pour les projets qu’ils préfèrent. Les projets choisis seront ensuite mis en œuvre par les locataires avec l’appui de la RIVP », assure le bailleur.

L'objectif ? « Atteindre le zéro charge »

« En gérant l’entretien et les ordures ménagères, l’objectif est aussi d’atteindre le zéro charge, hors eau et électricité. De quoi faire gagner du pouvoir d’achat aux familles », avait confié à 20 Minutes Ian Brossat, adjoint d’Anne Hidalgo chargé du logement, lors de la pose de la première pierre de l'immeuble il y a près d'un an. La Mairie de Paris pourrait être amenée à reconduire ce genre d’initiative, dans une ville recevant chaque année 120 000 demandes de logements sociaux : « L’habitat participatif est non seulement un levier pour dégager du logement mais c’est surtout un moyen de changer le rapport au logement », assure Ian Brossat dans les colonnes du Parisien.

Un Français sur quatre déjà séduit par ce nouveau système

Un sondage dévoilé par L'Obs révèle qu’un Français sur quatre est sensible à la notion d’habitat participatif. La ville de Paris avait lancé en 2014 un appel à projet pour la création d’habitats participatifs sur trois parcelles ; 600 personnes y avaient répondu. À Toulouse, quatre immeubles testeront la formule dans les prochains mois.