Les tendances 2015 du marché de l’immobilier

Les tendances 2015 du marché de l’immobilier

À chaque nouvelle année son lot de bonnes résolutions. Mais qui dit « nouvelle année » dit aussi «  bilan de la précédente ». Pour savoir où en est le marché immobilier, lisez ce qui suit.

Parce que savoir d’où l’on vient permet de mieux savoir où l’on va, une rétrospective des tendances de l’immobilier en 2014 réalisé en partenariat avec l'observatoire LPI s’impose. Le bilan, c'est maintenant…

Baisse généralisée du prix des appartements anciens en province

Sur l’année passée, on constate une tendance à la baisse du prix de vente des appartements anciens dans la plupart des villes de province. Entre décembre 2014 et décembre 2013, ils ont perdu 0,6 %, et près de 70 % des agglomérations de plus de 10 000 habitants ont été confrontées à un effritement des prix pratiqués dans ce secteur.

le quartier Saint-Leu  à Amiens
En 2014, la ville d'Amiens a vu les prix de ses appartement anciens chuter de 18,1 %

Parmi les villes les plus touchées figurent :

  • Amiens (la préfecture de Picardie perd 18,1 % et voit son prix chuter à 1 987 € du m²),
  • Nîmes (avec un prix au m² de 1 866 € consécutif à une baisse de 10,4 %),
  • Saint-Etienne (- 9,7 % / 1 337 € du m²),
  • Le Mans (- 7,8 % / 1 603 € du m²),
  • Besançon (- 7 % / 1 899 € du m²).

Dans certaines villes, la baisse qui a frappé l'immobilier ancien - et plus particulièrement les appartements - a été plus modérée. C’est notamment le cas de :

  • Toulouse (- 1 % / 2 932 € du m²),
  • Toulon (- 0,6 % / 2 629 € du m2),
  • Lyon (- 0,1 % / 3 852 € du m²).

Quant à Caen, en Basse-Normandie, le « statu quo » y est de rigueur (+ 0 % / 2 255 € du m² à l'expiration de l’année 2014).

- 0,4 % sur l’année 2014 contre une baisse de 0,9 % en 2013

Tirent en revanche leur épingle du jeu les villes de :

  • Paris (+ 1,8 % / 8 413 € du m²),
  • Bordeaux (+ 2,6 % / 3 265 € du m²),
  • Aix-en-Provence (+ 2,2 % / 3 798 € du m²).

Enfin, la palme d’or revient à la ville de Metz. Dans l’ancien, les prix des appartements messins ont bondi de 5,8 % en un an. Le prix au m² y a atteint les 2 062 €.

La ville de Metz
Le prix des appartements anciens, en 2014, à Metz sont en hausse de 5.8 %.

Il convient toutefois de remarquer que toute généralisée qu’elle soit, la tendance baissière des prix des appartements dans l’ancien semble se stabiliser (- 0,4 % sur l’année 2014 contre une baisse de 0,9 % en 2013). Pour info, le prix moyen d’un appartement dans l’ancien est de 3 477 € du m². Et tous logements confondus (appartements et maisons), les prix constatés ont même progressé dans 5 régions : Champagne-Ardenne, Auvergne, Limousin, Rhône-Alpes et Aquitaine.

Bon à savoir

  • Tous logements confondus, le prix moyen dans l’ancien se situe autour
    de 3 199 € du m².
  • Entre décembre 2014 et janvier 2015, appartements et maisons dans l'ancien ont perdu 0,4 %.

Hausse des prix des maisons dans l’ancien

Entre fin 2013 et décembre 2014, le marché de l’ancien a gagné 0,6 %. Outre la baisse des prix des appartements anciens qui tend à se stabiliser, on a pu assister à une certaine progression du prix des maisons. Depuis décembre 2013, ils ont augmenté de 0,6 %. Dans un contexte général relativement morose, cette hausse - si légère soit-elle – du prix au m² dans l’ancien, mérite d’être relevée. En janvier 2015, le prix moyen signé (c’est à dire le prix constaté lors de la signature du compromis de vente) d’une maison dans l’ancien atteint 2 921 € du m².

Un fossé « Paris-province » qui s'élargit

En 2014, les écarts de prix dans l’immobilier (neuf et ancien) se sont considérablement creusés. S’ils dépassent les 3 400 € du m² dans 12 % des départements français (principalement situés en Île-de-France et et région PACA), le prix de vente des logements dans l'ancien se situe entre 1 200 et 2 200  du m² dans 77 % d’entre eux.

Ralentissement de la baisse du volume des transactions 

Entre le fiasco de la loi Alur, le désintérêt des investisseurs étrangers et la détérioration du pouvoir d’achat, il n’est hélas pas étonnant que le nombre de transactions immobilières effectuées au cours de l’année 2014 ait baissé (- 2,8 %). Pour mémoire, au sortir de l’année 2013, il affichait une progression « insolente» de 3,8 %.

Pour autant, tout espoir de reprise n’est pas perdu, loin s’en faut. Pour preuve, on a pu assister, depuis les mois de juillet et d’août 2014, à un ralentissement de la baisse du volume transactionnel. Celle-ci n’est plus « que » de 0,4 %. Le meilleur serait donc à venir…

Baromètre LPI-Seloger janvier 2015
L'évolution du nombre de transactions en France. Baromètre LPI-Seloger

Les prix dans le neuf en voie de stabilisation

L’immobilier neuf affiche un prix moyen au m² de 3 677 €. Au cours de l’année qui vient de s’achever, la baisse que ce secteur a connue a été de l’ordre de 0,9 %. Il mérite également d’être signalé qu’en décembre 2014, le prix des appartements neufs dépassait celui constaté un an plus tôt de 0,1 %. De même, sur la période du mois de décembre 2014, les maisons neuves ont affiché des prix supérieurs de 1,3 % à ceux qui avaient eu cours en décembre 2013.

Les raisons de cette embellie seraient multiples : baisse des taux des crédits immobiliers, allongement de la durée de remboursement, perspectives encourageantes offertes par les plans de relance mis en œuvre par le gouvernement, etc.

Les points-clés à retenir :

  • En 2014, les prix des appartements anciens ont baissé dans 70 % des villes françaises de plus de 10 000 habitants.
  • Côté maisons, le prix du m² dans l’ancien a progressé de 0,6 %.
  • Fin 2014, la diminution du volume de transactions immobilières a connu un ralentissement.
  • Dans le neuf, la baisse du prix au m² semble endiguée.

La rédaction vous conseille :


Téléchargez le baromètre LPI-Seloger de Janvier 2015