À Rennes, ce sont les T2 qui sont les logements plus recherchés !

Xavier Beaunieux
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Alors qu’une majorité de Rennais rêvent d’une maison de ville, ce sont les T2 qui arrivent en tête des biens les plus recherchés dans la préfecture d’Ille-et-Vilaine. Pour découvrir la cote de popularité des autres typologies de biens auprès des acquéreurs, lisez ce qui suit…

Image
À Rennes, ce sont les T2 qui sont les logements plus recherchés !
À Rennes, les T2 sont la cible des investisseurs. ©maziarz
Sommaire

À Rennes, les petites superficies sont plébiscitées par les investisseurs

Dans celle qui fut un temps surnommée la « Ville Rouge », l’attractivité d’un bien semble être inversement proportionnelle à sa superficie. Entendez par là qu'à Rennes, ce sont les petites surfaces qui font - traditionnellement - l’objet du plus grand nombre de recherches immobilières. « C’est un fait, aujourd’hui, sur Rennes,  les investisseurs continuent de plébisciter les studios et les T2 », constate ainsi Bénédicte Hecker, Directrice associée de PGA Immobilier. Selon une étude que nous avons réalisée, sur le marché rennais, le T2 décroche ainsi la 1re place au classement des logements les plus recherchés avec 25 % de la demande. Suivent les T3 (18 % des recherches), les studios (17 %) et les maisons comprenant 4 pièces (8 %). « Pour autant, il faut bien garder à l’esprit que si, sur le papier, plus une surface est réduite, meilleure est la rentabilité locative du logement, en réalité, qui dit petite superficie dit aussi plus de turn-over, plus de frais, un risque de vacance locative plus élevé, etc. » précise Bénédicte Hecker.

Image
<em>Modifier Article</em> À Rennes, ce sont les T2 qui sont les logements plus recherchés !
La répartition des recherches immobilières à Rennes en décembre 2020. ©SeLoger
  • À Rennes, tous biens confondus, les T2 totalisent 25 % de la demande, suivis par les T3 (18 %) et les studios (17 %).
  • Sur l’ensemble de l'Ille-et-Vilaine, les T2 se placent premiers (17 %) devant les maisons 4 pièces (16 %), les T3 (14 %) et les maisons de 5 pièces et plus (13,5 %).

Source : SeLoger 

À Rennes, la maison est un rêve quasi inaccessible…

Si les petits appartements ont (toujours et encore !) la cote auprès des investisseurs, les Rennais, pour une large part, caressent le rêve de s’offrir une maison. « Ce bien est devenu le Graal de beaucoup de Rennais, qu’il s’agisse d’une maison années 30 près de la gare, de maisons contemporaines dans les quartiers Sacré Coeur-Sainte-Thérèse, de petites maisons vers Rennes-Nord et la Bellangerais ou encore de maisons de maîtres dans le quartier du Thabor. Mais l’offre est réduite - et encore davantage dans le centre historique de Rennes - et en fonction des budgets de chacun, des concessions doivent être faites » fait remarquer Bénédicte Hecker. Faute d’une offre suffisante, envisager de s’acheter une maison dans la deuxième ville du Grand Ouest revient par conséquent à faire comme le Don Quichotte que campa Jacques Brel dans l’Homme de la Mancha, c’est-à-dire à « rêver un impossible rêve…».

  • Sur le marché de la location (Rennes et Ille-et-Vilaine), ce sont (encore !) les T2 qui décrochent la première place au classement des logements les plus prisés avec 32 % de la demande qualifiée sur Rennes et 30 % à l’échelle du département.

Source : SeLoger 

Le balcon, un atout de taille

C’est peu dire que les confinements, qui ont accompagné la crise sanitaire que nous traversons actuellement, ont changé la donne sur le marché immobilier. À Rennes comme ailleurs, certains logements ont ainsi bénéficié d’un coup de projecteur quand d’autres tendent à être boudés par les acquéreurs. « Depuis la fin du premier confinement, je note qu’on recense de moins en moins de demandes sur des appartements ne disposant pas de balcon, ni de terrasse ni d’espace extérieur. D’autre part, la demande s’est considérablement renforcée sur les maisons et les appartements avec  une terrasse. Or, ces biens étant rares, on engrange les demandes sans parvenir à les satisfaire » indique Bénédicte Hecker, Directrice associée de PGA Immobilier.

Le prix au m² à Rennes enregistre 9,4 % de hausse annuelle pour atteindre 3 850 € (Source : Baromètre LPI-SeLoger - janvier 2021)

Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Cannes ne connaît pas la crise : ses prix immobiliers sont en augmentation et la ville abrite la 2e rue la plus chère de France, le Boulevard de la Croisette. © bwzenith - Getty images
Villes
Le Festival de Cannes se déroulera du mardi 14 mai au samedi 25 mai 2024. L’occasion de revenir sur le marché et les prix immobiliers de cette ville qui se pare chaque année d’une atmosphère pleine de...
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...