« À Saint-Brieuc, la demande est forte mais les prix immobiliers sont attractifs »

14 mar 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le marché immobilier de Saint-Brieuc est en pleine ascension, les biens en vente se raréfient et les nouveaux acquéreurs rénovent des biens anciens du centre-ville. Une dynamique engagée depuis 2015, comme le rapporte Christophe Even, gérant de l’agence SBI (Saint-Brieuc Immobilier).

Image
« À Saint-Brieuc, la demande est forte mais les prix immobiliers sont attractifs »
Saint-Brieuc est une ville très attractive qui suscite un réel engouement.© Cécile Haupas

Comment se porte le marché immobilier de Saint-Brieuc ?

Christophe Even. Il se porte de mieux en mieux. Il faut savoir que nous avons subi la crise de 2008 de plein fouet et la Bretagne, les Côtes d’Armor et Saint-Brieuc en particulier ont été affectés de 2008 à début 2015. Sans compter que jusqu’à tout récemment, les médias relaient beaucoup d'informations concernant la désertification des villes, la fermeture des commerces et Saint-Brieuc avait souvent été citée en exemple. C’est donc une belle revanche, car la tendance est en train de s’inverser, si bien que la demande est devenue supérieure à l’offre et l’on relève une pénurie de biens à vendre.

Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur le marché immobilier briochin ?

Nous avions fait une très bonne année 2019, mais l’année 2020 a été encore meilleure malgré les 3 mois de confinement cumulés. C’est dire à quel point la ville suscite un réel engouement. L’autre tendance, qui se confirme à la suite de la crise sanitaire, c’est que de nombreuses personnes ont obtenu le maintien de leur activité en télétravail et cela amène dans notre secteur des acquéreurs et investisseurs qui viennent de plus en plus loin.

Les investisseurs sont-ils également plus nombreux ?

Oui et beaucoup s’intéressent à Saint-Brieuc sans même y habiter, car la demande est forte, les prix sont attractifs et la rentabilité est donc très intéressante. De plus, Saint-Brieuc est éligible au dispositif de défiscalisation Denormandie qui vise à rénover et réhabiliter des logements anciens. L’intérêt est donc double, les biens anciens autrefois délaissés se vendent tous facilement et les acquéreurs réalisent des travaux de réhabilitation, ce qui profite au centre-ville.

« J’avais encore plus de 200 biens à la vente il y a 2 ans, 2 ans et demi. Aujourd’hui, je n’en ai plus qu’une trentaine car la demande est forte »

Christophe Even, gérant de l’agence SBI

D’où viennent les acquéreurs de biens à Saint-Brieuc ?

Nous voyons arriver de plus en plus de Franciliens ayant négocié le télétravail. Ils proviennent de différentes régions mais beaucoup proviennent de la région parisienne. Ces personnes arrivent donc avec des budgets intéressants et l’intérêt pour eux c’est de profiter d’un environnement agréable, qui se situe à 2h15 maximum de Paris. S’ils sont amenés à devoir se rendre au siège de leur société, ils peuvent donc le faire aisément en TGV et dans la journée.

Quels sont les facteurs d’attractivité de Saint-Brieuc ?

C’est avant tout une ville bretonne et la Bretagne fait l’objet de convoitise depuis quelque temps. Il faut dire que Saint-Brieuc se situe au bord de la mer, ce qui est très agréable et puis il s’agit d’une préfecture, la vie culturelle, associative et le patrimoine historique sont des points d’intérêt qui dynamisent aussi la ville. Enfin, les prix demeurent attractifs. Aujourd’hui, avec un budget de 300 000 à 400 000 €, on peut s’acheter une belle et grande maison dans le secteur, ce qui n’est plus possible à Vannes, à Rennes ou à Nantes ou autre.

Les prix immobiliers de Saint-Brieuc tournent autour de 1 523 €/m².

Quels sont les secteurs de Saint-Brieuc ou aux alentours les plus prisés ?

Dans Saint-Brieuc, c'est d'abord le quartier Saint-Michel qui se situe à proximité immédiate du centre-ville et qui abrite les belles bâtisses en pierre, les boulevards avec les plus grandes maisons. Avec la gare TGV, le quartier autour du centre et de la gare est également coté. Le quartier Robien commence à monter également et devient tendance. Dans l’agglomération de Saint-Brieuc, Plérin est très demandée car elle se situe en bord de mer avec des plages agréables et les quartiers de Saint-Laurent et les Rosaires sont particulièrement prisés. Langueux commence à être attractive également mais globalement, les communes autour de Saint-Brieuc sont demandées.

Quels sont les biens les plus demandés ?

Nous vendons toutes sortes de biens et tout se vend facilement. Les maisons de ville en pierre ont la cote. Elles se composent d'un séjour-cuisine donnant sur un petit jardin, deux chambres, une salle de bains. C’est le type de produit qui se vend très bien. Mais les biens plus contemporains se vendent très bien également aux investisseurs, tout comme les appartements, notamment les studios et T2. Les jeunes couples achètent souvent des T3 comprenant 2 chambres.

L’attractivité du marché immobilier briochin doit avoir un impact sur les prix ?

Les prix ont inévitablement augmenté avec ce dynamisme qui se confirme, c’est la loi de l’offre et de la demande et cette dernière est très importante. En revanche, il s’agit en réalité d’un rattrapage, car les prix immobiliers briochins ont chuté sans cesse de 2008 à 2015 et puis cette hausse n’est pas exponentielle et les prix demeurent très raisonnables si on les compare à d’autres villes bretonnes importantes comme Rennes, Vannes, Lorient, Dinard, Saint-Malo.

Cette tendance des prix est due à une marge de négociation qui s’est réduite. Il y a encore quelques années, lorsque l’on vendait à 220 000 €, l’acquéreur négociait à 200 000 € et le bien était vendu à ce prix. Aujourd’hui, l’offre étant réduite, les acquéreurs ne cherchent plus à négocier et les prix augmentent.

Image portrait
Image
Christophe Even
Gérant de l’agence SBI à Saint-Brieuc.
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !