Rechercher un article

Pas de bulle immobilière sur le marché parisien du luxe !

Pas de bulle immobilière sur le marché parisien du luxe !

Le marché immobilier parisien du luxe prospère. La qualité architecturale de Paris et de ses superbes immeubles envoûte les étrangers mais aussi les Français. Une tendance qui devrait perdurer en 2020 même dans un contexte de prix élevés.

Pas de bulle immobilière sur le marché parisien du luxe !

A Paris, 500 transactions dépassent les 2 M €

Selon les notaires, le marché immobilier de Paris intramuros s’élève à 20 Mds € en termes de ventes représentant environ 37 000 ventes.  4,5 Mds concernent des biens supérieurs à 1 M €, soit 3 000 ventes et 8 % du marché. Les ventes  dépassant les 2 M € se montent à peine à 500 transactions. Le marché immobilier haut de gamme reste donc un marché étroit dans un contexte où, selon le Baromètre LPI-SeLoger, le prix du m² dépasse désormais les 10 800 €/m² et augmente nettement plus vite que l’inflation.

Un parc haussmannien unique au monde

Au regard du nombre de transactions dans Paris, ce marché du luxe reste un marché de « niche » et qui a ses explications. Selon le spécialiste parisien de l’immobilier de prestige Daniel Féau, la demande, sans cesse renouvelée et accrue, se justifie par un « bâti parisien qui n’a aucun équivalent dans le monde » pour les étrangers qui veulent un pied à terre ou pour les Français en quête d’un bel appartement à habiter ou d’un placement patrimonial. Un bâti très envié avec une très belle hauteur sous plafond, des moulures, des cheminées, un superbe parquet que Londres peut nous envier. Même les belles maisons de Kensington ou de Mayfair ne peuvent rivaliser, avec 250 m², sur 3 niveaux contre 250 m² de plain pied et charme, sauf peut-être sur le jardin qui va de pair avec la maison londonienne !  Une offre  d’autant plus axée sur le patrimoine existant que les immeubles neufs en habitation s’avèrent portion congrue sur le segment du luxe, excepté quelques programmes de réhabilitation lourde qui aboutissent à des prix très élevés.

Charles-Marie Jottras, président du groupe Daniel Féau

« Il n’y a pas de bulle immobilière sur le marché du luxe contrairement à ce que l’on peut entendre. Bien évidemment, ce marché peut connaître des fluctuations en termes de prix et de volumes. Mais, sauf choc exogène majeur, nous sommes très confiants sur le long terme ».

Plus de conseils :