Le Havre : « les prix immobiliers sont en légère hausse depuis la reprise »

Florian Billaud
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Alors que Le Havre enregistre une nette progression de la demande, les biens tendent à se raréfier. Dans ce contexte, le budget nécessaire à l’acquisition d’un logement tend à augmenter, conduisant certains Havrais à quitter la ville pour s’installer en première couronne. Yann Sayaret, responsable de l’agence Orpi Y.S. Immobilier au Havre, détaille les spécificités du marché immobilier sur son secteur. 

Image
Le Havre : « les prix immobiliers sont en légère hausse depuis la reprise »
Le Havre séduit par son cadre de vie en bord de mer. © AnnDcs

Au Havre, quels sont les quartiers les plus demandés par les acheteurs en recherche d’un appartement ? 

Les particuliers désirant acquérir une résidence principale ont tendance à cibler leurs recherches dans le cœur de ville, en particulier dans les quartiers de l’hôtel de ville, des halles et de l’Espace Coty. Quant aux investisseurs, ils s’intéressent plutôt au secteur de l’université. 

Les prix ont-ils augmenté au Havre à la suite du déconfinement ?

Oui, les prix immobiliers ont subi une légère augmentation. Mais ce que l’on remarque surtout, c’est la marge de négociation assez réduite dont disposent désormais les acheteurs. Les biens se vendent au prix. Autrement dit, les acquéreurs qui cherchent à négocier sont susceptibles de perdre l’achat.

Quel est le budget pour acquérir un bien dans le quartier Perrey ?

Il faut compter environ 2 000 €/m² à 2 500 €/m² pour un logement de quatre pièces dans ce secteur. Le prix sera plus élevé si l’acquéreur souhaite une vue sur la mer. 

« Au Havre, il y a environ dix acheteurs pour un bien » 

Yann Sayaret, responsable de l’agence Orpi Y.S. Immobilier au Havre

Peut-on parler de marché immobilier tendu au Havre ?

Oui, c’est un marché tendu, car nous enregistrons une pénurie de biens. Actuellement, nous comptons environ dix acheteurs pour un logement. 

La présence des transports en commun est-elle un atout pour les acquéreurs ?

Oui, tout à fait, d’autant plus que Le Havre est très bien desservi en transports publics : bus et tramway. 

Quels sont les autres avantages du Havre pour les acheteurs ?

Le point fort de la sous-préfecture de la Seine-Maritime est d’être une zone urbanisée disposant de commerces et d’emplois tout en offrant un cadre de vie en bord de littoral. C’est une ville particulièrement attractive pour les investisseurs, qui y trouvent un très bon rendement locatif. 

Quels secteurs de la ville sont plébiscités pour de l’investissement locatif ?

Deux secteurs du Havre sont particulièrement prisés pour un investissement locatif. Les acquéreurs vont s’intéresser tout d’abord au quartier de l’université où se trouve une population étudiante en recherche d’un appartement à louer. Les investisseurs trouveront aussi de belles opportunités dans le centre-ville, car la demande locative y est forte également.

Le prix au m² au Havre est en moyenne de 1 900 €.

Disposer d’un extérieur est-il devenu un critère indispensable depuis la crise sanitaire ?

Les acquéreurs ont toujours souhaité avoir un balcon, une terrasse ou un jardin, mais sans avoir nécessairement le budget pour se l’offrir. Aujourd’hui, ce critère est devenu prioritaire et peut donc parfois passer avant un autre, comme le quartier ou la surface. 

Selon vous, l’immobilier est-il toujours une valeur refuge ? 

Oui, j’en suis convaincu, et cela l’a toujours été. On reçoit de plus en plus d’investisseurs qui choisissent la pierre. Ils achètent un bien pour placer leur épargne, pour préparer leur retraite. Certains d’entre eux ont subi des pertes en Bourse et les perspectives économiques restent incertaines, donc l’immobilier est très demandé, notamment pour de l’investissement locatif. 

D’après vous, le développement du télétravail va-t-il conduire les Havrais à s’excentrer en première couronne ?

Ce n’est pas le sentiment que nous avons. Le départ vers la périphérie n’est pas lié au télétravail, mais à la recherche d’espace. Certains Havrais n’ont pas forcément le budget pour s’offrir une maison avec jardin dans la ville même, car c’est un type de logement rare et assez cher. Ils vont donc se reporter vers la proche périphérie, qui affiche des prix plus raisonnables. 

Image
Yann Sayaret, Responsable de l’agence Orpi Y.S. Immobilier
Agence Orpi Y.S. Immobilier, 84 Rue Bernardin de Saint-Pierre, 76600 Le Havre
Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Cannes ne connaît pas la crise : ses prix immobiliers sont en augmentation et la ville abrite la 2e rue la plus chère de France, le Boulevard de la Croisette. © bwzenith - Getty images
Villes
Le Festival de Cannes se déroulera du mardi 14 mai au samedi 25 mai 2024. L’occasion de revenir sur le marché et les prix immobiliers de cette ville qui se pare chaque année d’une atmosphère pleine de...
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...