Rechercher un article

Il faut gagner plus de 11 000 € nets par mois pour acheter 75 m² à Paris !

Il faut gagner plus de 11 000 € nets par mois pour acheter 75 m² à Paris !

Malgré des taux de crédit immobilier historiquement bas, les classes moyennes ne peuvent plus acheter à Paris, où le prix de vente moyen est de 10 450 € le m². Pour acheter un logement de 75 m² dans la capitale, il faut désormais être 2 CSP+.

Il faut gagner plus de 11 000 € nets par mois pour acheter 75 m² à Paris !

Le prix immobilier à Paris est au plus haut : 10 451 €/m² 

En septembre 2019, dans l’immobilier ancien parisien, le baromètre LPI-SeLoger constate des prix de vente avoisinant 10 451 €/m² ce qui représente une hausse annuelle de 6,3 %. Pire, ces prix de vente élevés concernent la plupart du territoire de la ville-lumière : les prix dépassent 10 000 € du m² dans 60 % des arrondissements. Conséquence, malgré des taux record, les classes moyennes ne peuvent plus acheter dans la capitale. « En termes de pouvoir d’achat immobilier, entre 2012 et 2017 la hausse des prix à Paris était compensée par le niveau des taux. Mais ce n’est plus le cas depuis que les prix ont passé le seuil symbolique des 9 000 € du m² début 2018. A plus de 10 000 €, on ne peut plus acheter que 20,5 m² avec des taux moyens à 1,35 % sur 20 ans, contre 24 m2 2016, avec des taux pourtant supérieurs de 1 point à 2,45 % sur 20 ans » analyse Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer.

Les revenus nécessaires pour acheter un logement à Paris

  2009 2016 2019
Taux moyens 4,30 % 2,45 % 1,35 %
Mensualités pour l'achat d'un 75 m² 2 808 € 3 165 € 3 667 €
Revenus pour l'achat d'un 75 m² 8 424 € 9 494 € 11 002 €
Mensualités pour l'achat d'un 50 m² 1 872 € 2 110 € 2 445 €
Revenus pour l'achat d'un 50 m² 5 616 € 6 330 € 7 335 €

A Paris, il faut gagner 11 000 € nets par mois pour acheter un 75 m²

Face à une telle envolée des prix, le marché parisien devient totalement déconnecté des revenus, dont l’augmentation ne suit pas celle des prix. Par conséquent, les revenus nécessaires pour acheter à Paris ne cessent d’augmenter depuis 2016. Aujourd’hui, pour acheter un appartement de 50 m² à Paris, financé à 100 % via un emprunt sur 20 ans (avec 10 % d’apport pour financer les frais), il faut gagner au minimum 7 300 € nets par mois, et 11 000 € à deux si on veut acheter 75 m² pour y loger sa famille avec 2 enfants (pour rembourser un emprunt de 771 000 € avec des mensualités de 3 667 € sur 20 ans). Dans la capitale, on constate le même mouvement d’allongement des durées de prêt (22 ans et 8 mois en moyenne, soit une hausse de 14 mois) que dans le reste de la France. Cela témoigne de la volonté des banques de compenser la hausse des prix.

Les investisseurs représentent 30 % des acheteurs parisiens

Les primo-accédants ne peuvent plus se loger dans la capitale en raison des prix trop élevés. Ils ne représentent plus que 30 % des acheteurs (contre 43 % en France), et achètent avec un apport très élevé (80 000 €) pour avoir une surface assez grande pour y vivre. On constate aussi qu'à Paris, la part des investisseurs est 2 fois supérieure (30 %) au niveau national (15 %). L’achat de la résidence principale ne concerne que 68 % des emprunteurs parisiens contre 80 % en moyenne en France. Un phénomène qu’on commence à percevoir aussi dans les grandes villes où les prix sont élevés (Lyon et Bordeaux). « Même dans un contexte de taux très attractifs il y a un véritable risque de sortie du marché de certaines typologies d’acheteurs à Paris comme les ménages modestes ou les primo-accédants qui n’ont plus la possibilité d’acheter la surface dont ils auraient besoin », constate Sandrine Allonier.

Le profil des acheteurs parisiens

  Tous dossiers Primo-accédants Hors primo-accédants
Age moyen 37 ans 33 ans 40 ans
Répartition 100 % 28 % 72 %
Revenus annuels 80 000 € 51 000 € 90 500 €
Apport moyen 112 000 € 80 000 € 124 000 €
Prêt moyen 295 000 € 258 000 € 309 000 €
Durée du prêt 22,8 ans 23,5 ans 21,7 ans

Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer

La part des investisseurs augmentent : ceux qui ne peuvent pas acheter une surface suffisante dans laquelle vivre font le choix de rester locataires de leur résidence principale mais d’acheter pour louer ».

Plus de conseils :