Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Pour louer un logement à Lyon, c’est la guerre !

Ce n’est pas un scoop : le marché locatif lyonnais est tendu. C’est particulièrement vrai à chaque rentrée, mais il l’a rarement été autant car la ville continue d’attirer toujours plus d’habitants, tandis que la production de logements ne suit pas. Résultat, l’offre locative est si faible que le prix des logements atteint des sommets.

Pour louer un logement à Lyon, c’est la guerre !

Sommaire

Pour les petites surfaces, certains loyers deviennent stratosphériques

C’est l’une des priorités annoncées par l’exécutif à la tête de la Métropole de Lyon : contenir les prix des loyers, en particulier ceux des petites surfaces privilégiées par les étudiants et les foyers modestes. La collectivité va d’ailleurs expérimenter l’encadrement des loyers sur Lyon intra-muros et Villeurbanne, dès la fin de l’année. Un dispositif qui va être mis en place pour cinq ans.

En attendant, le prix des loyers des studios-T1 et des T2 a rarement été aussi élevé à Lyon. Il dépasse en moyenne les 20 €/m² pour les studios non meublés et... 24 € pour les studios meublés ! Il n’est donc pas rare de voir des annonces ici et là à plus de 600 € de loyer mensuel pour des appartements de 25 m². 

Bon à savoir

Le prix d'une location vide à Lyon est de 870 €/cc/mois, en moyenne

L’essor des locations saisonnières a fait grimper les prix

Pour les petites surfaces (studios-T2), la tension a toujours été forte, mais elle s’est accrue ces dernières années avec l’essor des locations saisonnières. Nombre de studios ont quitté le marché locatif classique, raréfiant de fait l’offre et faisant donc augmenter les prix.  Dans le même temps, les candidats à la location ont élevé leur niveau d’attente, exigeant désormais des prestations au moins équivalentes en termes d’équipements et de décoration que ce que proposent les logements loués sur AirBnb… Et on peut les comprendre à bien des égards au regard des prix pratiqués par certains propriétaires. Notons aussi que la construction de logements neufs à Lyon est au plus bas, ce qui ne permet pas d’alimenter le marché avec de nouveaux biens à louer.

Sur le marché locatif des T3, c’est la guerre totale

C’est sans doute le produit le plus recherché à Lyon : le T3. Sur cette typologie de biens, la concurrence entre locataires est rude. Les T3 sont en effet prisés par à peu près toutes les catégories d’âge. Aussi bien les couples, avec ou sans enfant, que les seniors ou les étudiants recherchant une colocation.  Et même si le parc immobilier lyonnais se compose en majorité de T3 (28 % des logements à Lyon), ceux-ci sont pris d’assaut dès qu’une annonce est publiée. Les visites groupées sur ce type de biens sont quasi systématiques… 

Même si le prix des locations rapporté au mètre carré n’atteint pas les sommets des plus petites surfaces, les T3 à Lyon se louent en moyenne 14,14 €/m² non meublé et 17,89 €/m² meublé. Pour louer un trois-pièces, n’espérez donc pas débourser moins de 1 000 € par mois et encore, tout dépend de la localisation du bien. Le prix des T3 peut atteindre plus de 1500 € mensuels dans les quartiers les plus prisés de Lyon (Bellecour, Foch, Confluence…). 

Bon à savoir

Le prix d'une location meublée est de 1 043 €/cc/mois, en moyenne.

Face au manque d’offres en T4 et T5, les familles sont forcées de s’éloigner

En ce qui concerne les plus grandes surfaces, les candidats à la location ont là aussi intérêt à s’accrocher. Les T4, T5 et plus sont très rares à la location. Une situation qui s’explique par le fait que, ces dernières années, les programmes neufs ont principalement livré des T2 et T3, en dépit des plus grandes surfaces. 

La plupart des T4 et des T5 se trouvent ainsi, ironiquement, dans les arrondissements les plus chers : Lyon 2e et Lyon 6e, des arrondissements avec un parc immobilier plus ancien, de style Haussmannien… et très côté. L’essentiel de l’offre pour cette typologie de biens s’affiche ainsi à des prix avoisinant facilement les 2 000 € par mois. Pour des prix plus raisonnables, il faut pouvoir trouver dans les 8e et 9e arrondissements ou s’éloigner de Lyon intra-muros.