La maison, (nouveau) produit-phare du marché de l’immobilier à Saint-Brieuc !

Xavier Beaunieux
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Depuis le premier confinement, force est de constater que l’appétence des Français pour les maisons s’est considérablement accrue. Mais en Bretagne, région où ce type de biens avait déjà la cote avant la crise sanitaire, le phénomène s’est accéléré ! À Saint-Brieuc, les maisons sont ainsi rapidement devenues une denrée rare et (très !) recherchée...

Image
La maison, (nouveau) produit-phare du marché de l’immobilier à Saint-Brieuc !
À Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, les maisons sont ultra-prisées ! ©oligo22
Sommaire

En Bretagne, chacun cherche sa maison !

C’est peu dire que le confinement aura dopé l’attractivité des biens disposant d’un extérieur (balcon, terrasse, jardin) et, notamment des maisons, auprès des Français. Pour beaucoup, le fait d’avoir été claquemurés chez eux (du 17 mars au 11 mai 2020 puis du 30 octobre au 15 décembre) leur aura fait prendre conscience des limites de leurs habitations. Car entre le télétravail, l’école (voire les séances de sport pour les plus courageux…) à la maison, la préparation de trois repas par jour pour toute la famille, nombre de logements se sont révélés sinon trop petits, à tout le moins inadaptés à un temps de présence considérablement rallongé. Rien d’étonnant, donc, à ce que les maisons aient tiré leur épingle du jeu et aient vu leur attractivité boostée par la crise sanitaire. C’est encore plus vrai en Bretagne, région peu touchée par l’épidémie de Covid, enclavée entre mer et océan et où nos données nous apprennent que la moitié (53,9 %) des recherches immobilières concernent des maisons. « J’ai effectivement pu constater qu’à la sortie du premier confinement, les gens se sont interrogés sur leurs lieux de vie. Le fait d’être confinés les a également amenés à identifier clairement les défauts de leurs logements » indique Sylvain Cresteaux, agent immobilier à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor. « Outre les maisons dont les budgets ne sont pas à la portée de tous, la crise sanitaire a renforcé chez de nombreux Français le besoin d’avoir plus grand, d'avoir un extérieur... À ce titre, je dirais que les confinements, et à plus forte raison le premier confinement, auront été des accélérateurs de changements ».

  • Le prix au m² à Saint-Brieuc est de 1 820 €.
  • Pour une maison, comptez 1 557 € du m² et 1 442 €/m² pour un appartement.

Source : SeLoger  

À Saint-Brieuc, les maisons sont encore plus attractives qu’avant le confinement !

Dans la préfecture des Côtes-d’Armor, sur 10 logements, 6 sont des appartements et 4 des maisons (Source : SeLoger). Sur un marché immobilier briochin, qui s’est incontestablement tendu depuis le premier confinement, les candidats à l’acquisition d’un bien immobilier, et plus particulièrement d’une maison, doivent ainsi bien souvent - s’ils ne veulent pas voir la perle rare leur échapper - faire une offre dès la première visite. De même, pour espérer emporter la vente sur un marché ultra-concurrentiel, de plus en plus d’acquéreurs potentiels sont désormais prêts à renoncer à toute négociation et à acheter « au prix » si le bien ne présente pas de défaut. « En ce moment, le produit phare, c’est clairement la maison avec jardin. Les appartements avec terrasse sont également très recherchés. Ces deux types de biens étaient déjà prisés avant la crise sanitaire mais ils le sont encore plus aujourd’hui » fait remarquer Sylvain Cresteaux. Au-delà d’une clientèle locale, bon nombre d’urbains ont ainsi jeté leur dévolu sur le véritable eldorado qu’est devenue, à leurs yeux, la Bretagne, dans son ensemble mais aussi, plus précisément, les Côtes-d’Armor dont Saint-Brieuc est la ville la plus peuplée. « Sur Saint-Brieuc, la demande n’est plus seulement locale, depuis la fin du premier confinement, nous avons incontestablement été mis en lumière ».

Quartier par quartier, combien coûte une maison à Saint-Brieuc ?

Quartier Prix/m²
Les Villages 1 556 €
Ville Hellio 1 864 €
La Ville Jouha 1 708 €
La Tour d'Auvergne 1 559 €
Notre-dame 1 524 €
Saint-Michel-Ouest 2 141 €
Saint-Michel-Est 1 389 €
Centre-ville 1 596 €
Centre-ville Charner 1 430 €
Robien 1 552 €
La Ville Bougault-Beauvallon 1 418 €
La Croix-Saint-Lambert 1 527 €
La Ville Oger 1 560 €
Gouédic-Beaufeuillage 1 370 €
Europe-La Ville Bastard 1 557 €
Glinglin 1 411 €
Le Légué 1 556 €
Plateau 1 560 €
Cesson 1 847 €

Source : SeLoger - mars 2021

Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Cannes ne connaît pas la crise : ses prix immobiliers sont en augmentation et la ville abrite la 2e rue la plus chère de France, le Boulevard de la Croisette. © bwzenith - Getty images
Villes
Le Festival de Cannes se déroulera du mardi 14 mai au samedi 25 mai 2024. L’occasion de revenir sur le marché et les prix immobiliers de cette ville qui se pare chaque année d’une atmosphère pleine de...
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...