Paris veut taxer plus les logements vacants et les résidences secondaires !

SeLoger 14 juin 2016
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La Ville de Paris s’active pour mettre la pression sur les propriétaires de logements vacants et s’apprête à fortement augmenter la taxe sur les résidences secondaires.

Image
Paris veut taxer plus les logements vacants et les résidences secondaires !
Anne Hidalgo fait le forcing fiscal pour libérer des logements sur Paris. © Fotolia
Sommaire

Une taxe sur les résidences secondaires qui augmenterait de 100 %

La mairie de Paris veut s'attaquer au dossier des résidences secondaires. Cette taxe avait déjà bondi de 20 % l’an dernier par rapport au prix moyen de la taxe d’habitation commune. Cette taxe pourrait connaître une hausse de 100 %.

https://twitter.com/EluesPCFParis/status/742298153278443520

Une taxe sur les logements vacants qui va quadrupler !

La Ville de Paris a voté en début de semaine le principe d'une augmentation de la taxe sur les logements vacants, qui atteindrait 50 % la première année puis 100 % la deuxième année. Elle se situe actuellement à hauteur de 12,5 % de la valeur locative cadastrale - bien moindre que les prix du marché - pour la première année et de 25 % pour la deuxième année. Cette hausse ne pourra intervenir qu'après un vote de la loi de finances rectificative 2016 ou de la loi de finances 2017. Le groupe communiste au conseil municipal, dont est issu l’adjoint au logement, Ian Brossat, évalue à quelque 100 000 le nombre de logements vacants.

Le propriétaire d'un grand appartement vacant paye ainsi en moyenne à l'année environ 1 000 € par an, taxe qui pourrait ainsi quadrupler et inciter à remettre les logements vacants sur le marché ».

Jacques Baudrier, élu PCF 

Airbnb toujours dans le visueur de la mairie de Paris

La mairie renforce sa sévérité à l’égard des plates-formes de location entre particuliers de type Airbnb. Anne Hidalgo souhaite que l’actuelle amende encourue par un propriétaire ne respectant pas la réglementation passe de 25 000 à 100 000 €. La municipalité souhaite également que les plates-formes coupent l'accès aux annonces ayant dépassé les quatre mois autorisés de location.

https://twitter.com/jacquesbaudrier/status/742344213686276096

La rédaction vous conseille :

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
Les prix se stabilisent depuis le 1er mars 2024 à +0,1 % avec une baisse des prix de -3,2 % sur un an. © Kevin LEBRE - Getty images
Villes
Bien qu’ayant connu une baisse de prix immobiliers notoire mais maîtrisée depuis deux ans, Rennes semble afficher des signaux d’embellie. Avec des prix immobiliers qui stagnent désormais à +0,1 %, on...
Image
vue sur Rouen
Villes
Rouen est une ville dynamique de 110 171 habitants environ, dont 70 % opte pour la location de leur logement. Les jeunes de 20 à 24 ans représentent 14 % de cette même population. Pour réussir à faire...
Image
Prix immobiliers à Reims
Villes
Reims est célèbre pour ses monuments, son histoire, son centre-ville particulièrement apprécié... La flambée des prix immobiliers constatée ces dernières années s'arrête et vous incite à investir. Le...