Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Le prix immobilier à Dijon est toujours en hausse !

Le marché immobilier de Dijon connaît, depuis quelques années, une embellie encore marquée par une hausse du prix du mètre carré de 3,7 % sur un an selon le dernier Baromètre LPI-SeLoger.

Le prix immobilier à Dijon est toujours en hausse !

Sommaire

La région dijonnaise séduit de plus en plus d’acquéreurs

Comme dans de nombreuses villes de France, Dijon fait face à une pénurie d’offre immobilière alors que la demande s’est accélérée sous l’effet de la crise sanitaire, dopée par divers facteurs. Le marché est ainsi de plus en plus tendu, ce qui favorise les hausses de prix. Selon le Baromètre LPI-SeLoger, en janvier, février et mars, le prix moyen du mètre carré a, par exemple, augmenté, à chaque fois sur une période glissante de douze mois, de 6,2 %, 8,6 % et 7,2 %. Une inflation qui s’est poursuivie jusqu’en avril (+8 %) puis s’est ensuite calmée de mai à septembre avec des hausses comprises entre 2,6 et 4,8 %. 

« Dijon demeure une ville attractive, du fait de sa proximité avec Paris par le TGV », explique Philippe Maitre, président de la Fnaim de Côte-d’Or. « En plus de la demande d’acquéreurs locaux, Dijon a vu un attrait renforcé d’une clientèle parisienne qui peut télétravailler. Demande à laquelle il faut aussi ajouter le marché des résidences secondaires, plus que jamais dopé par la crise sanitaire. » La Bourgogne Franche-Comté est même la deuxième région de France où les recherches de biens immobiliers de la part des Franciliens ont augmenté de 44 %.

Bon à savoir

Le prix immobilier à Dijon s’établit à fin octobre à 2 670 €/m² (+3,7 % en 1 an).

Une offre pénurique et un pouvoir d'achat en net recul

Seulement voilà, le marché dijonnais connaît une telle dynamique que l’offre est désormais bien inférieure à la demande. « Le marché se bloque. Les propriétaires rechignent à vendre leur logement tant qu’ils n’ont pas eux-mêmes trouver leur nouveau bien... La situation est braquée, tout le monde adopte une position attentiste », note Philippe Maitre qui constate par ailleurs un ralentissement du marché depuis le troisième trimestre 2021. « Je pense qu’il y a un peu de découragement de la part d’acquéreurs, malgré les conditions d’emprunt bancaire toujours favorables ».

Ce découragement peut notamment s’expliquer par la baisse du pouvoir d’achat immobilier. Selon une enquête réalisée par SeLoger et publiée en octobre, Dijon est l’une des villes françaises où ce pouvoir d’achat immobilier est en chute libre. Dans le cadre de cette enquête, nous avons confronté la superficie à laquelle donnent droit 265 000 €, soit le prix moyen d'un logement ancien en France, en 2021 à celle qui pouvait être acquise - pour la même somme - en 2019 et à Dijon, le manque à gagner atteint 21 m². Il y a de quoi décourager les acquéreurs de résidence principale qui doivent aussi faire face, sur le marché immobilier dijonnais, à la rude concurrence des investisseurs.

Dijon séduit énormément d’investisseurs, notamment dans le neuf

Grâce à sa bonne dynamique économique et son marché étudiant, Dijon réunit les conditions propices à l’investissement locatif, malgré les hausses du prix de l’immobilier d’ailleurs. « Les investisseurs sont très présents depuis quelques années à Dijon. Ils veulent profiter des taux bas pour se constituer un patrimoine immobilier et la ville permet de réaliser un placement sécurisé », explique Philippe Maitre. Selon ce spécialiste du marché dijonnais, 80 % de la production de logements neufs sont achetés par les investisseurs ! 

Il faut dire que la préfecture de Côte-d’Or se situe en zone B1, très intéressante en matière d’investissement Pinel. Elle offre des niveaux de prix d’acquisition raisonnables pour des loyers relativement élevés, ce qui permet d’avoir des rentabilités locatives intéressantes.

La construction neuve reste trop faible pour faire face à la demande

Cependant, la demande à l’investissement est telle que le rythme de construction ne suit pas. « Il y a quelques jolis programmes qui sortent de terre mais ce n’est pas suffisant. Cela ne satisfait pas la demande et cela n’alimente pas assez le marché de l’ancien », analyse Philippe Maitre. Il y a une trentaine de programmes neufs à Dijon. « En matière d’investissement, il n’y a pas de quartier à privilégier plus qu’un autre. Les investisseurs saisissent les opportunités quand elles se présentent », estime Philippe Maitre, président de la Fnaim Côte-d’Or. « Pour les petites surfaces, les investisseurs, qui visent le marché étudiant, ont cependant intérêt à cibler le centre-ville et les alentours des écoles et universités ».

Prix moyen par m² à Dijon

  • Pour un appartement : 2 550 €/m².
  • Pour une maison : 2 706 €/m².

Sources : les prix cités dans cet article sont issus de SeLoger et du Baromètre LPI-SeLoger.