Le chien du voisin aboie toute la journée, qu’est-ce que je peux faire ?

Bien que vous aimiez les animaux, là, c’en est trop ! Les aboiements du chien de votre voisin vous cassent les oreilles et vous pourrissent la vie… Il est temps d’agir !

Des aboiements peuvent constituer un trouble anormal de voisinage

Alors que les boucs béguètent, que les cochons grouinent et que les alouettes grisollent, les chiens, eux, aboient ! En clair, il est normal pour un toutou d’aboyer. Pour autant, au-delà d’une certaine limite, un aboiement peut devenir un trouble anormal du voisinage et porter atteinte à la tranquillité publique. En vertu de l’article R 1336-5 du Code de la Santé Publique, une nuisance sonore dépasse ce qu’il est convenu de supporter entre voisins si elle s’inscrit dans la durée, qu’elle se répète ou qu’elle est caractérisée par une forte intensité. Du coup, si les vocalises du toutou de votre voisin s’apparentent à des hurlements, qu’elles durent toute la journée (voire toute la nuit !) ou qu’elles maltraitent vos tympans tous les jours, alors vous avez le droit de demander à son maître qu’il y mette fin.

Bon à savoir

La dévocalisation canine, cette technique cruelle qui consiste à procéder à l’ablation des cordes vocales d’un chien pour le réduire au silence, est interdite en France depuis 2014. Du coup, certains propriétaires n’hésitent pas à utiliser des colliers à choc électrique (un aboiement = une décharge) pour faire taire leurs compagnons à quatre pattes...

La marche à suivre pour entendre un peu moins le chien du voisin

Bon, c'est bien connu, les chiens aboient et la caravane passe… Sauf que vous préfèreriez que le chien de votre voisin aille aboyer ailleurs ! Dans un premier temps, rendez une petite visite à votre voisin, informez-le des nuisances que vous cause son toutou et demandez-lui (poliment mais fermement) de faire quelque chose. Si rien ne se passe, envoyez-lui en courrier dans lequel vous rappellerez à votre voisin la réglementation en termes de nuisances sonores. S’il vous zappe une nouvelle fois, adressez-lui une lettre (en recommandé avec AR) de mise en demeure l’enjoignant de faire taire son chien. Si les aboiements persistent, prévenez la mairie et/ou la police afin de faire constater le nuisance sonore dont vous êtes victime. Enfin, si toutes vos tentatives ont échoué, il ne vous restera plus qu’à porter l’affaire devant les tribunaux. Votre voisin pourra écoper d’une amende. Il pourra également se voir contraint de réaliser des travaux d’insonorisation à son domicile et le cas échéant, les juges pourront même aller jusqu’à lui confisquer son chien !

#ChasseursImmo : 48 secondes pour répondre à cette question

Retrouvez les #ChasseursImmo sur Sud Radio

Tous les samedis de 9h30 à 10h, retrouvez les ChasseursImmo sur Sud Radio avec Marc Ezrati et Catherine Callède. Michel Léchenault, responsable éditorial de SeLoger, devient l’un des experts de l'émission pour répondre aux questions des auditeurs. Ecouter les émissions en podcast.