Pourquoi passer par un courtier pour obtenir son crédit immobilier ?

08 juil 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Obtenir un prêt immobilier relève bien souvent du parcours du combattant. C’est pourquoi un tiers des emprunteurs auraient, aujourd’hui, recours aux services d’un courtier immobilier. À la clé : un gain de temps, mais aussi d’argent. Mais il faut passer au crible certains critères pour s'assurer de ses compétences et de son professionnalisme.

Image
Un coupe de seniors
Il est avantageux à plus d'un titre de faire appel à un courtier lorsque l'on cherche une solution de financement pour l'achat d'un logement. ©Inside Creative House

Sommaire

Quelle est la mission du courtier immobilier ?

Certains préparent leur dossier de crédit – et partent pour un grand tour des établissements bancaires, sans être sûrs, d’ailleurs, de parvenir à décrocher le crédit idéal. Cela nécessite une grande implication en termes de temps mais aussi certaines connaissances du monde financier. En effet, pour bien choisir sa banque et son prêt, il faut connaître les taux moyens de crédit pratiqué au moment T ainsi que leurs tendances (ils sont actuellement en forte hausse). Il faut aussi se renseigner sur les différents types de prêts auxquels on peut avoir accès selon sa situation et le bien que l’on souhaite acquérir : prêt immobilier classique, prêt aidé, prêt à taux zéro, éco-prêt à taux zéro… Il faudra aussi choisir un type de taux (fixe, variable ou mixte) qui ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

Alors pour éviter d’avoir à se plonger dans une étude de marché qui peut devenir complexe, certains décident de confier cette mission à la fois délicate, chronophage et fastidieuse à un spécialiste de la question : le courtier en crédit immobilier. C'est un intermédiaire entre un particulier qui cherche à financer l'acquisition d'un bien immobilier et les établissements de crédit. La mission du courtier consiste à trouver, pour son client, un crédit immobilier aux meilleures conditions. C'est souvent le cas puisque ce spécialiste – un intermédiaire en opération de banque (IOB) – travaille systématiquement avec plusieurs organismes prêteurs. Son crédo : proposer les taux d’intérêt les plus compétitifs.

Professionnel de la négociation, souvent issu du milieu bancaire, le courtier en crédit immobilier connaît votre profil sur le bout des doigts, tout comme les attentes des établissements bancaires. Il pourra ainsi utiliser les bons leviers pour obtenir des mensualités basses ou une durée de prêt réduite, selon les attentes que vous avez formulées.

Un courtier vous fera gagner du temps et de l'argent

Malgré les taux d’intérêt des crédits immobiliers moyens assez faibles, de 1,27 % sur 15 ans et 1,42 % sur 20 ans, les emprunteurs n’ont jamais autant sollicité les courtiers ! Même si les taux sont actuellement encore bas, il y a toujours moyen de trouver les conditions idéales et adaptées à sa situation (personnelle, professionnelle, patrimoniale). Le courtier est donc capable de faire dans le sur-mesure et ceci engendre, pour l'acheteur, un gain de temps certain.

Tout le travail d’investigation est pris en charge par le courtier et celui-ci sait exactement où chercher en fonction de la solidité de son dossier de financement... Avec à la clé, de grosses économies ! En effet, même une différence de 0,1 % sur votre taux de crédit représente une somme importante pour un emprunt immobilier, souvent le projet d’une vie au montant conséquent et qui court sur une longue période. Néanmoins, le taux du crédit ne fait pas tout.

Ainsi, le coût de l’assurance emprunteur peut vite passer du simple au double, voire au triple, si vous n’essayez pas de l’adapter à votre profil. Toutefois, depuis l’entrée en vigueur de la loi Lemoine le 1er juin 2022, il est désormais possible d’en changer de manière encore plus simple, à tout moment de la vie du prêt et sans lettre recommandée. Cela signifie qu’il est donc possible de réaliser de substantielles économies en choisissant une assurance adaptée à son profil et ses besoins. Là aussi, le courtier immobilier s’avère très utile.

Ses qualifications lui permettent non seulement de négocier au niveau du prêt immobilier mais aussi de négocier le coût d’une assurance emprunteur, lequel varie selon les assureurs, les établissements financiers, les profils… et pèse parfois très lourd dans le montant total d’un crédit immobilier. Négocier l’assurance emprunteur avec un assureur autre que l'établissement prêteur peut donc permettre de faire baisser le coût de son prêt. En effet, en actionnant ce type de levier de négociation, un courtier peut vous aider à réaliser une économie de 0,4 à 0,5 % sur le coût total de votre prêt.

Les taux fixes des crédits immobiliers en juin 2022

Durée

Taux moyen

Taux le plus bas

7 ans

1,09 %

0,57 %

10 ans

1,13 %

0,65 %

15 ans

1,27 % 

0,75 %

20 ans

1,42 %

0,80 %

25 ans

1,60 %

1,15 %

Un courtier, combien ça coûte ?

Le mode de rémunération d’un courtier est strictement encadré par la loi et sa rémunération peut être versée par le client particulier mais aussi par des établissements de crédit. Tout d’abord, il existe des frais de courtage ou les honoraires qui sont à la charge du client. Leur coût est de 1 500 € en moyenne. Certaines sociétés de courtage affichent des honoraires variables selon le montant emprunté, mais souvent plafonnés à 3 000 €. Le courtier ne facture sa prestation au client emprunteur qu'une fois que ce dernier a effectivement signé avec l'établissement bancaire et que celui-ci a procédé au versement des fonds empruntés par le client. Cela est donc très sécurisant pour l'emprunteur. 

De plus, le courtier ne peut pas percevoir une somme équivalente à une provision, commissions, frais de recherche, ou des démarches telles que la constitution de dossier ou de mise en relation quelconque. Vous ne payez donc que pour le service effectué, c'est-à-dire la négociation de votre prêt (et éventuellement de votre assurance-emprunteur) dans le cadre de votre achat immobilier.

Le courtier peut également percevoir une rémunération de l’établissement bancaire via une commission, si celui-ci effectue un nombre régulier de contrats avec elle. Le montant varie donc selon le volume d’affaires qu’il apporte. Cela couvre à la fois les prêts effectivement signés avec des particuliers mais aussi de toute prestation d'intermédiation. Quoiqu’il advienne, le montant de la rémunération du courtier est souvent similaire au montant facturé par l'établissement bancaire en guise de frais de dossier. Faire appel à un courtier n'engendre donc pas de coût supplémentaire et permet bien souvent de faire baisser le coût total du prêt.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !