La construction de 12 000 logements sociaux stoppée par le gouvernement !

La construction de 12 000 logements sociaux stoppée par le gouvernement !
partage(s)

Un récent décret prévoit d’annuler plusieurs millions d’euros de crédits dédiés à la construction de logements sociaux. Une suppression qui remet en cause la construction de 12 000 habitations sociales.

Le gouvernement supprime 185 M€ de crédits pour le logement social

Après la diminution des APL à partir du mois d’octobre, le budget destiné à la construction des logements HLM va également être réduit de façon drastique. En effet, dans un décret du 20 juillet et publié au Journal Officiel le 21 juillet 2017, le Premier ministre Edouard Philippe et son ministre de l'Action et des Comptes publics, Gerald Darmanin, procèdent à l’annulation de 184,9 millions d’euros en autorisation d’engagement et 130,5 millions d’euros en crédit de paiement sur le programme « Urbanisme, territoires et amélioration de l'habitat » de la mission « Egalité des territoires et logement » : une décision qui remet en cause la construction de milliers de nouveaux logements sociaux. La CNL (Confédération Nationale du Logement), qui avait déjà dénoncé la ponction de 5 € sur les APL à compter d'octobre 2017, « s'indigne d'un tel prélèvement sur les crédits prévus pour le logement social et va intervenir auprès du gouvernement et du président de la République, Emmanuel Macron. »

La construction de 12 000 HLM à très faible loyer abandonnée !

Dans un communiqué, l’Union sociale pour l’habitat, qui représente plus de 700 organisations HLM, dénonce une « décision prise en catimini ». Elle précise également qu’avec la suppression de ces crédits, c’est 12 000 logements sociaux PLAI (à très faible loyer), qui ne seront jamais construits. Pour Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale pour l’habitat, les logements très sociaux sont désormais dans le « viseur de Bercy ». Il ajoute qu’il est temps « de revenir à la raison, de prendre la mesure des difficultés des familles les plus modestes et d’ouvrir une réelle concertation dans l’intérêt des politiques de solidarité afin d’assurer des conditions de logement et des conditions de vie décentes à tous nos concitoyens ». De son côté, Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris, chargé du logement social, a dénoncé le décret gouvernemental, qui tombe en pleine polémique sur la baisse des APL.