Résidences séniors : une hausse des investissements à hauteur de 60 % en 2016 !

Résidences séniors : une hausse des investissements à hauteur de 60 % en 2016 !

L'investissement dans les maisons de retraite médicalisées enregistre une hausse de 60 % en Europe au premier semestre 2016. Un succès dû à une fiscalité avantageuse et un rendement attractif.

Résidences séniors : la France en tête des pays investisseurs

Au premier semestre 2016, le montant total investi dans les résidences seniors a atteint les 2,6 milliards d'euros en Europe, soit une hausse de 60 % de plus que l'année dernière à la même époque, selon une étude du groupe de services immobiliers Savills. La France est même leader en la matière avec 878 M€ investis, suivie par l'Allemagne (870 M€), le Royaume-Uni (244 M€), la Finlande (218 M€), les Pays-Bas (175 M€) et la Suède (116 M€). Ce type d’investissement présente d’évidents avantages, comparé aux locations classiques. Les maisons de retraite médicalisées « permettent d'abord de se diversifier tout en évitant la concurrence féroce régnant sur d'autres catégories d'actifs traditionnels », souligne Lydia Brissy, directrice des études Europe chez Savills, sur le site LaVieImmo.com.

Un investissement en plein essor

La population européenne vieillissante et le bon niveau des retraites du baby-boom font de ces résidences un investissement d’avenir. En 2025, plus de 20 % des Européens seront âgés de 65 ans et +, tandis que le nombre des personnes âgées de 85 ans et + franchirait les 40 M en 2050.  

Une gestion facilitée et une fiscalité attractive

L'immobilier géré dans le cadre d’un Ehpad, de résidences de logements étudiants ou de résidences de tourisme permet d’assurer à l'investisseur le versement d'un loyer pérenne, « les contrats de bail étant généralement signés pour une première période comprise entre 10 et 12 ans », assurait récemment Benjamin Nicaise sur Bfm TV, président de la plate-forme dédiée à l'investissement immobilier Cerenicimo. La fiscalité est aussi l'un des arguments avancés pour séduire les investisseurs. L’immobilier classique est en effet soumis à l'impôt sur les revenus fonciers, dont le taux au final peut atteindre 45 %. Or, l'immobilier géré offre la possibilité de récupérer la TVA sur l'investissement (soit 20 % du prix de vente) et donc d'amortir le bien.

Bon à savoir

Avec un investissement en résidence sénior, l’exonération d'impôts peut atteindre 80 % des revenus générés !

Un rendement annuel de 4,4 % à 7,5 %

Le spécialiste assure que l’investissement dans le cadre de l’immobilier géré serait deux fois plus élevé que dans le cadre d'une location traditionnelle. Même si l’intérêt croissant pour cet investissement a entraîné, d’après Savills, conseil en immobilier d’entreprise, une pression à la baisse sur le rendement des maisons de retraite médicalisées, compris entre 4,4 à 7,5 % selon l’emplacement géographique et la qualité des actifs. Ce rendement devrait poursuivre son érosion dans les prochains mois. Mais il n’atteindra jamais celui du Livret A et ses maigrelets 0,75 %/an.