Rechercher un article

Prix immobilier : les marges de négociation n’en finissent pas de reculer !

Prix immobilier : les marges de négociation n’en finissent pas de reculer !

En ce début d’année 2019, force est de constater que les marges de négociation sur les prix immobiliers baissent encore et toujours ! Dans quelles régions obtiendrez-vous les plus grosses réductions ? Éléments de réponse.

Rognées par une demande fragilisée, les marges à leur plus bas niveau

Alors que l’année 2018 vient de s’achever, il ressort de l’analyse des chiffres recueillis par le baromètre LPI-SeLoger qu’en matière d’immobilier, les marges de négociation poursuivent leur descente aux enfers ! En clair, l’affaiblissement de la demande en logements pousse les propriétaires vendeurs à revoir leurs prétentions à la baisse, notamment en optant pour un prix de vente affiché inférieur à ce qu’il aurait été il y a quelques années de cela. En conséquence de quoi,  les marges de négociation n’en finissent pas de s’amincir... Les marges sur les maisons sont à leur plus bas niveau !

marge négociation france

Bon à savoir

  • Tous logements confondus, la marge de négociation se limite à 4,3 % du prix de vente affiché.
  • Pour une appartement, elle tombe à 3,7 %.
  • Elle atteint est de 4,9 % pour les maisons.

Les marges de négociation sont élevées en Poitou-Charentes

Au global, les marges de négociation n’ont jamais été aussi ténues et elles continuent de perdre du terrain. Pour autant, force est de constater que dans certaines régions, les ristournes pouvant être obtenues sur le prix de vente d’un bien peuvent être relativement conséquentes. C’est le cas notamment en Poitou-Charentes (9,1 % sur le prix affiché d’une maison / 5,2 % sur celui d’un appartement) ou encore en Auvergne. De Clermont-Ferrand à Aurillac, en passant par Brioude et Thiers, le baromètre LPI-SeLoger a relevé des marges pouvant atteindre 5,3 % pour une maison et 4,9 % pour un appartement. Comme le fait remarquer Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, dans ces régions, il est par ailleurs intéressant de constater que la « révision du prix par les vendeurs tend à limiter le recul de l’activité ».

En Alsace, les marges de négociation font du rase-mottes…

Si l’Alsace est la région des cigognes, c’est également celle où les marges de négociation comptent parmi les plus ténues de tout l’hexagone… Faute d’une activité immobilière soutenue, les marges y sont au régime « minceur » : de Strasbourg à Haguenau, en passant par Mulhouse, Colmar et Sélestat, les marges de négociation vont de 1,4 % pour une maison à 2,8 % pour un appartement. Même constat (demande en berne, marché au ralenti, marges en recul…) en Bourgogne. Dans cette région, les marges s’établissent à 3,5 % du prix de vente indiqué dans l’annonce pour les maisons et à 2,7 % pour les appartements.

Top 5 des régions de France où les appartements sont le plus négociés

Région Marge de négociation
PACA 7,1 %
Champagne-Ardenne 6,9 %
Bretagne 6,5 %
Poitou-Charente 5,2 %
Auvergne 4,9 %