Cet article a été rédigé avec notre partenaire Nexity, expert en promotion immobilière.

Comment faciliter l’accès des foyers modestes au logement durable ?

26 jan 2022
mis à jour le
03 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Le logement durable est devenu une priorité pour les différents acteurs de l’immobilier. Mais comment faire pour que cet essor profite aussi aux foyers modestes ? Éléments de réponse. 

Image
immobilier neuf durable
Conjuguer immobilier durable et accessibilité aux foyers modestes est le défi de l'habitat de demain. © Mikkel Bigandt

Sommaire

Des matériaux durables et moins coûteux

Avec le projet « Habiter la France de demain », la Ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, a plus que jamais mis l’accent sur le développement d’un immobilier durable et accessible à tous. Pour répondre à cette ambition, qui va de pair avec les nouvelles attentes des Français, les professionnels du secteur doivent s’adapter.  

C’est, notamment, le cas du neuf qui doit faire face à un défi de taille : opter pour des matériaux plus verts, tout en étant moins coûteux. Challenge accepté pour Nexity, qui est « historiquement engagé dans l’accès au logement et la ville inclusive grâce à différents leviers, explique Marjolaine Grisard, directrice RSE de Nexity. Le premier, c’est l’identification de solutions durables sans générer de surcoût. Par exemple, l’usage de la brique terre cuite alvéolaire en structure à la place du béton ou bien l’isolation en ouate de cellulose (matériau biosourcé) à la place du polystyrène expansé. » 

Autre levier : l’innovation. S’appuyant sur l’utilité du bois pour réduire à la fois les coûts et les émissions de carbone, Nexity a créé une gamme de bâtiments résidentiels en ossature bois. « Le bois est une solution durable car il s’agit d’un matériau renouvelable et qui permet la séquestration du carbone. L’utilisation du bois peut réduire les émissions de CO2 de 40% par rapport à une structure béton, pointe Marjolaine Grisard. Enfin, dernier levier important, Nexity s’inscrit dans une démarche de déploiement de solutions durables dans les logements construits, ce qui permet une économie d’échelle et donc des coûts réduits, ce qui est un autre levier pour offrir des logements plus durables à des foyers modestes. »

Le bois capture le carbone et permet de réduire jusqu'à 40 % les émissions de CO2 !

Augmenter l’offre de logements

Mais rationaliser les coûts tout en privilégiant des matériaux plus durables ne suffit pas. La Ministre du Logement l’a elle-même évoqué lors du salon Rent 2021. Les collectivités se doivent aujourd’hui de proposer « un logement de qualité pour tous en répondant aux aspirations des Français qui demandent des espaces avec de la nature, du calme, mais aussi un accès plus simple au travail, aux transports collectifs, aux services… Cela signifie qu’il faut qu’une grande partie des permis de construire octroyés le soient dans les villes, là où sont les besoins. » 

Pourtant, le secteur du neuf affronte depuis plusieurs années une forte pénurie de logements. En effet, la demande est largement supérieure à l’offre, notamment en raison du manque de permis de construire selon la FFB. En effet, ses chiffres indiquent qu’en rythme annuel, les maires autorisent aujourd’hui 50 000 logements collectifs de moins qu’en 2017.

Ainsi, pour Pascal Boulanger, président de la fédération des promoteurs immobiliers : « la reprise ne sera pas possible sans l’appui des pouvoirs publics pour redonner au logement neuf toute sa place. » Mais heureusement, l’hexagone ne manque pas de maires bâtisseurs, encouragés par l’élan actuel apporté par le Ministère du Logement et les différentes aides qu’il propose. 

Prêts aidés et avantages fiscaux dans le neuf

En effet, quelques 1 288 communes ont reçu 142 millions d’euros d'aide à la relance de la construction durable en 2021. Cette aide de l’État vise à « soutenir leur effort de construction de logements, en contribuant au financement des équipements publics, infrastructures et autres aménités urbaines favorables à l’accueil de nouveaux ménages et à l’amélioration du cadre de vie des habitants », comme l’indique le Ministère de la transition écologique. 

Mais cela ne s’arrête pas aux collectivités ! Il existe également des aides à l’accession qui permettent de soutenir les acquéreurs dans leur projet, comme le PTZ ou le prêt action logement. Dans le neuf, le gouvernement a mis en place des dispositifs de réduction d’impôt comme la loi Pinel, mais aussi la réduction de la TVA dans le neuf (en zone ANRU et QPV) et la possibilité d'exonération de taxe foncière durant deux ans.

À noter également que les frais de notaire sont largement moins élevés dans le neuf : 2 à 3 % contre 7 à 8 % dans l’ancien.

Favoriser la rénovation énergétique

Mais pour que l’ancien ne soit pas en reste, le Ministère du Logement a également renforcé l’aide à la rénovation énergétique, avec la création de MaPrimeRénov’. Accessible à tous, elle pourra prendre en charge jusqu’à 90 % du coût des travaux pour les foyers les plus modestes, ce qui peut les pousser à acquérir un bien même si celui-ci nécessite des travaux, notamment d’isolation, par exemple. Piloté par l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), ce dispositif devrait bénéficier à 800 000 ménages en 2021 selon les estimations du gouvernement.  

De plus, la réforme du DPE, entrée en vigueur depuis juillet 2021, permettra également d’améliorer le confort des ménages et les performances énergétiques de leur logement. En effet, dès 2023, il ne sera plus possible de louer un logement classé G, puis cela s’appliquera aux logements classés F en 2028 puis aux logements E en 2034 et ce afin de lutter contre les passoires thermiques. 

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !