Les maisons séduisent plus que jamais les acquéreurs d’un logement neuf

09 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Si la crise sanitaire a rebattu les cartes du marché de l’immobilier hexagonal et redessiné ses contours, elle a également mis un coup de projecteur sur la maison individuelle. Ce produit est d’ailleurs désormais considéré comme le nec plus ultra par les acheteurs d’un bien immobilier neuf.

Image
Une maison neuve
Dans le neuf, les maisons ont la cote auprès des futurs acheteurs. ©Nasri.3d

Sommaire

42 % des acheteurs d’un bien neuf rêvent d’une maison !

Bien que l’article 46 du projet de loi Climat, qui prévoit que la France s'engage à réduire l'artificialisation des sols et à poursuivre l'objectif de zéro artificialisation nette, risque de mettre un coup de frein à la construction de maisons individuelles, force est de constater que ce type de logement est largement plébiscité par les porteurs d’un projet d’achat immobilier d’un bien neuf. Jugez plutôt, selon une étude de l’Observatoire du Moral de l’Immobilier (OMI), ce ne sont pas moins de 42 % des futurs acquéreurs d’un logement neuf qui envisagent de devenir propriétaires d’une maison.

La proportion s’élève même à 57% chez les personnes qui achètent en couple pour culminer à 58 % chez les  acheteurs d’un logement neuf âgés de 35 à 49 ans. L’étude révèle également qu’une large majorité (84 %) des acheteurs d’un bien neuf veulent en faire leur résidence principale. Dans le cas d’une maison, ce sont alors 93 % des futurs acheteurs qui comptent en faire leur logement d’habitation effectif.

Image
42 % des futurs acheteurs d'un bien neuf veulent faire l'acquisition d'une maison
42 % des futurs acheteurs d'un bien neuf veulent faire l'acquisition d'une maison. ©DR

La présence d’un extérieur est désormais incontournable

Nul doute que les confinements et les couvre-feux, qui ont émaillé la crise sanitaire, ont également modifié les attentes des porteurs d’un projet d’achat immobilier et c’est encore plus vrai sur le marché du neuf. D’une part, la présence d’un espace extérieur (balcon, jardin, terrasse) constitue un critère essentiel aux yeux de 94 % des futurs acheteurs d’un bien immobilier neuf. Toutes choses étant égales par ailleurs, avant que la crise sanitaire ne survienne, seul 1 acheteur d’un bien immobilier neuf faisait de la présence d’un espace extérieur une condition sine qua non de son acquisition. Rien d’étonnant, donc, à ce que certains promoteurs immobiliers aient annoncé que toutes leurs futures habitations (tant individuelles que collectives) seraient systématiquement dotées d’espaces extérieurs.

D’autre part, il ressort de l’étude réalisée par l’OMI que le principe - bien connu des agents immobiliers - selon lequel le choix d’un logement doit privilégier avant tout l’emplacement est très largement suivi sur le marché de l’immobilier neuf. Alors qu’en mai dernier, 38 % des porteurs d’un projet d’achat immobilier dans le neuf se disaient prêts à faire des concessions quant à la localisation de leur habitation, ils ne sont plus que 29 % à accepter de transiger sur l’emplacement de leur futur logement.

Image
Dans le neuf, 94 % des acheteurs font de la présence d'un extérieur (balcon, terrasse, jardin) un critère essentiel.
Dans le neuf, 94 % des acheteurs font de la présence d'un extérieur (balcon, terrasse, jardin) un critère essentiel. ©DR

Sur 100 futurs acheteurs d’un logement neuf, 56 envisagent de faire construire une maison individuelle (vs 48 futurs acquéreurs en mai dernier).

Les petites villes plébiscitées par les acheteurs d’un bien neuf

Alors que la province voit son attractivité progresser (84 % des futurs acheteurs d’un bien neuf prospectent hors de l’Île-de-France vs 80 % en mai 2021 et 78 % en avril 2020), elle fait quasiment l’unanimité (94 % auprès des porteurs d’un projet d’achat d’une maison neuve). De plus, l’impact de la crise sanitaire sur l’attractivité des territoires continue de se faire sentir. La preuve en est qu’alors que le Sud-Est reste la région la plus plébiscitée (29 % des acheteurs d’un logement neuf), l’Île-de-France attire de moins en moins d’acquéreurs (14 %  vs 18 % mai 2021 et vs 21 %  en avril 2020). Enfin, il est intéressant de remarquer que les petites villes ont plus que jamais la cote auprès des acheteurs d’un bien neuf qui sont 34 % à chercher à s’y installer et la proportion passe à 48 % si c’est d’une maison qu’ils souhaitent faire l’acquisition.

Image
48 % des acheteurs d'une maison neuve recherchent dans une ville de moins de 20 000 habitants.
48 % des acheteurs d'une maison neuve recherchent dans une ville de moins de 20 000 habitants. ©DR

Dans le neuf :

  • 82 % des acquéreurs envisagent d'emprunter.
  • 26 % craignent de ne pas obtenir leur financement.
  • 81 % prévoient de recourir à un apport personnel.

Étude réalisée par OpinionWay pour le compte de SeLoger du 26 octobre au 9 novembre 2021, auprès  des alertistes SeLoger ou Logic-Immo de 18 ans et plus ayant effectué un lead pour des alertes relatives  aux sondages. La cible « acheteurs neuf et indécis » (957 personnes) est une extraction de la cible  « acquéreurs » (2409 personnes) redressée à partir de données de cadrage Ipsos transmises le  23/09/2020, sur l’âge du répondant, sa région, sa CSP et la taille de son foyer.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !