Rechercher un article

Cuba : bientôt le nouvel eldorado immobilier ?

Cuba : bientôt le nouvel eldorado immobilier ?

À Cuba, François Hollande vante les mérites du BTP français. Les agences immobilières cubaines, dont le réseau est aujourd’hui à l’état embryonnaire, vont forcément connaître une belle croissance.

Cuba : bientôt le nouvel eldorado immobilier ?

Une visite présidentielle à l’étranger comporte à la fois un volet diplomatique et un volet plus économique. Pour se frayer un chemin à Cuba, la France mise, entre autres, sur l’immobilier et le bâtiment. « Dans un pays où les infrastructures ont bien besoin d’un coup de neuf, les grands groupes du BTP sont évidemment à l’affût pour décrocher de gros contrats », écrit Le Figaro. Bouygues, Eiffage ou encore Vinci ont leur carte à jouer. Mais la construction neuve n’est pas forcément le filon le plus espéré : la plupart des Cubains sont propriétaires de leur logement et le métier d’agents immobiliers risque de connaître un fort développement dans les prochains mois.

Les Cubains peuvent vendre et acheter des maisons... depuis 2011 !

Longtemps, au nom du dogme révolutionnaire, les ventes immobilières furent interdites. Conséquence, un système de troc baptisé « permuta » a assuré une forme de mobilité résidentielle. Généralement, il s’agissait d’échanger un bien en bon état contre une propriété plus vaste mais nécessitant des travaux. Rien n’empêchait cependant le versement de dessous de table pour ajuster des transactions trop déséquilibrées. Depuis 2011, les Cubains peuvent vendre et acheter des maisons. Mais ils hésitent à franchir le pas.

Un reportage, publié sur le site de Radio Canada, identifiait deux agences immobilières ayant pignon sur rue à La Havane. La première répertoriait 2 300 propriétés et en aurait vendu 800 en moins d’un an. Quant à la seconde, située dans le cœur historique de la capitale cubaine, elle semble se spécialiser dans les logements pouvant être loués aux touristes. Il y a donc là réellement un marché à développer dans un pays qui, du fait de son rapprochement avec les Etats-Unis, tourne de plus en plus le dos aux rigidités dogmatiques.