Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Nouveau souffle pour la résidence secondaire sur les côtes de Normandie

Nouveau souffle pour la résidence secondaire sur les côtes de Normandie

Entre pâtures verdoyantes, air marin et prix immobiliers abordables, la Normandie attire. Sur la côte, c’est surtout la résidence secondaire qui tire son épingle du jeu.

Nouveau souffle pour la résidence secondaire sur les côtes de Normandie

Sommaire

Les Parisiens plébiscitent la Normandie pour leurs résidences secondaires

Avec ses premières plages à moins de trois heures de Paris, le littoral normand est un lieu de villégiature historique des Franciliens depuis le XIXe siècle. Depuis la crise sanitaire, il connaît un second souffle, à l'instar de l’ensemble du marché en Normandie. En effet, le confinement a lourdement pesé sur le moral des Parisiens qui ont cherché à s’évader dès mai dernier.

« On a eu une augmentation significative de nos ventes depuis le déconfinement, tout le monde veut voir la mer », affirme Lionel Vepierre, directeur de l’agence AS Immobilier à Dieppe. « Notre demande de pied-à-terre a explosé et ce sont surtout des Parisiens qui cherchent ces appartements en centre-ville. Aujourd’hui, la résidence secondaire représente près de 50 % de notre activité ».

En bord de mer, la demande explose mais l'offre recule

Ville Demande Offre
Cherbourg + 54 % - 69 %
Deauville + 53 % - 29 %
Dieppe + 66% - 41 %
Étretat + 63 % - 13 %
Granville + 65 % - 41 %
Honfleur + 51 % - 16 %
Le Havre + 64 % + 5 %
Trouville-sur-mer + 53 % - 24 %

Évolution de la demande globale sur un an entre novembre 2019 et novembre 2020. Source : SeLoger.

Un pied à Paris, un pied en Normandie grâce au télétravail

Cet engouement pour la Normandie, Caroline Nicolosi l’a également observé dans son agence du Havre : « Le télétravail permet aujourd’hui d’envisager une vie entre Paris et Le Havre et on note l’arrivée de Parisiens qui ont voulu trouver un peu de verdure et d’air marin tout en étant proches de la capitale. On constate aussi un retour des Normands qui étaient partis travailler à Paris. »

Pour elle, malgré une accélération en 2020, cette dynamique est là depuis 2017. « Les Parisiens, qui venaient au départ pour investir, commencent à penser à s’installer, mais le gros de notre clientèle vient d’abord au Havre pour y travailler », tempère-t-elle. « On commence à devenir une alternative pour la résidence secondaire mais nous n’avons pas encore la réputation de station balnéaire. »

L'immobilier normand pour échapper au réchauffement climatique

À Dieppe, doyenne des stations balnéaires depuis 1824, c’est un autre avantage que défend, contre toute attente, Lionel Vepierre : son climat ! « Avant notre région avait la réputation d’être humide en été, ce n’est plus le cas, au contraire on devient la région où la chaleur en été est encore supportable », pointe l’agent dieppois.

N’en déplaise aux sudistes, la Normandie semble donc faire office de dernier îlot de fraicheur dans des étés de plus en plus caniculaires. « J’ai récemment vendu une très belle maison à Saint-Nicolas-d’Aliermont, à 15 km de Dieppe, les acquéreurs qui revenaient du Sud de la France m’ont dit « on est des réfugiés climatiques » ! » explique-t-il avec malice.

Les prix au m² sur le littoral normand

Ville Prix au m²
Cherbourg 2 008 € 
Deauville 5 225 €
Dieppe 1 656 €
Étretat 2 272 €
Granville 2 389 €
Honfleur 2 813 €
Le Havre 2 226 €
Trouville-sur-mer 4 272 €

Source : SeLoger