Rhône : les ventes immobilières atteignent un niveau record !

20 fév 2022
mis à jour le
22 fév 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

C’est du jamais vu : le nombre des transactions immobilières conclues dans le département du Rhône atteint des sommets ! Jamais le marché n’aura été aussi dynamique. Pour autant, si les volumes de ventes explosent, l’inflation immobilière, elle, tend à se calmer.

Image
La ville de Lyon
Les prix lyonnais auraient-ils atteint leur limite ? ©Prochasson Frederic

Sommaire

Le marché immobilier du Rhône affiche une très bonne santé

Avec quelque 29 525 transactions immobilières réalisées en 2021, l'année passée aura été celle de tous les records pour le département, selon la Fnaim du Rhône. Cette statistique dépasse même le niveau d’avant crise sanitaire car en 2019, 28 006 ventes avaient été conclues. Plus éloquent encore : entre 2016 et 2021, le nombre de transactions annuelles, dans le Rhône, a augmenté de 30 % ! De quoi conforter sa place de premier marché d'Auvergne Rhône-Alpes, devant l’Isère (22 217 ventes) et la Haute-Savoie (17 921). 

Cette dynamique s’explique par les fortes capacités de résilience du marché rhodanien et plus particulièrement lyonnais. Pour Nicolas Bouscasse, le président de la Fnaim du Rhône, « l’économie de la région lyonnaise continue d’être bien irriguée, on le voit avec la bonne santé du marché immobilier tertiaire. J’ai pour habitude de dire que si le marché tertiaire se porte bien, alors l’économie va bien ». Et, selon cet expert du marché lyonnais, la preuve de la bonne dynamique lyonnaise se traduit par la démographie, laquelle est toujours en hausse. 

Chaque année depuis maintenant dix ans, le département du Rhône gagne environ 17 000 habitants et la métropole de Lyon 12 600 (Source : Insee).

Après la flambée, les prix commencent à plafonner

Si le nombre de ventes explose, les prix commencent de leur côté à plafonner. C’est le constat que dresse la Fnaim du Rhône en ce début d’année 2022. Après des mois de flambée, l’inflation du mètre carré lyonnais semble désormais se calmer.

Selon le Baromètre LPI-SeLoger de janvier, le prix au m² à Lyon augmente de 2,2 % sur un an, soit une hausse très faible comparée à la flambée des prix constatée en 2020 et sur une bonne partie de 2021 avec des hausses du prix/m² régulièrement à deux chiffres. Notons toutefois un repli des prix depuis plusieurs mois maintenant dans le 6e lyonnais. Jugez plutôt, le prix au mètre carré dans le 6e à Lyon accuse 10,1 % de baisse sur 1 an pour atteindre 6 325 €.

Certains biens se vendent moins facilement qu’avant

Le plafonnement des prix à Lyon trouve sa source parmi plusieurs facteurs. Premièrement, les prix élevés excluent de plus en plus de candidats acquéreurs, de surcroît contraints par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) qui imposent des conditions d’octroi des prêts strictes depuis le 1er janvier 2022. Deuxièmement, la crise sanitaire a fait évoluer les envies des acquéreurs. 

« Ils sont plus exigeants et ont désormais des attentes très précises en matière de stationnement et surtout d’extérieur », explique Nicolas Bouscasse. « Un balcon, voire une terrasse, est un pré-requis dorénavant. Les biens, qui en disposent, se valorisent 10 à 15 % par rapport aux autres. » Résultat, les délais de vente commencent donc à se rallonger, c’est plus compliqué d’écouler les logements sans extérieur, sans stationnement ou sans ascenseur.

Le neuf et l’encadrement des loyers pourraient freiner le marché

Malgré sa bonne santé générale, quelques incertitudes continuent de peser sur le marché du département du Rhône, en particulier à Lyon. D’abord, en matière de logements neufs, le nombre de permis de construire semble toujours en berne selon la Fnaim du Rhône. « La politique de la Métropole semble plus tournée sur la restriction que l’ouverture », dénonce Nicolas Bouscasse.

Ensuite, l’encadrement des loyers serait en train de semer la confusion selon la Fnaim du Rhône. « Certains propriétaires-bailleurs préfèrent vendre leur logement, anticipant le départ de leur locataire et donc un réajustement à la baisse du loyer », décrit Nicolas Bouscasse. « D’autres, qui pratiquent des loyers trop élevés, sont plus difficiles à raisonner et ne comprennent pas qu’il faut le baisser car c’est la loi. »  

En moyenne, le prix de location au m² à Lyon est de 16 € et de 14 € dans le département du Rhône.

Vers une stabilisation des prix en 2022 ?

« La crise sanitaire a changé quelques habitudes en matière d’achat, mais les fondamentaux industriels, universitaires et tertiaires de la métropole demeurent et maintiennent les prix de l’immobilier. Même s’il peut y avoir quelques à-coups, Lyon reste une garantie pour les investisseurs », estime Nicolas Bouscasse. 

Pour les mois qui viennent, les professionnels de l’immobilier du Rhône s’attendent à quelques flottements. « On connaît un plateau haut en termes de volumes et de prix. On a un ajustement qui se cherche entre acquéreurs et vendeurs », conclut Nicolas Bouscasse qui regarde aussi d’un œil inquiet l’augmentation des taux d’emprunts aux Etats-Unis. 

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !