Immobilier : + 38 % de logements vendus en Île-de-France sur 1 an !

Immobilier : + 38 % de logements vendus en Île-de-France sur 1 an !

La reprise de l’activité immobilière s’est accentuée en ce début d’année 2017 en Île-de-France, notamment grâce au faible niveau des taux de crédit. La hausse des prix se prolonge également dans la capitale, atteignant 6 % sur 1 an.

Une hausse des ventes des logements dans toute l'Île-de-France

Les ventes des logements anciens ont continué de progresser au 1er trimestre 2017. En Île-de-France, cette hausse atteint même les 38 % sur 1 an. Selon la chambre des notaires de Paris, la dynamique s’amplifie et certains éléments clés signalent la pression accrue de la demande sur le marché immobilier : les acquéreurs se décident plus rapidement et les négociations sont réduites et bien souvent inexistantes. Ainsi, le nombre de ventes d’appartements anciens a augmenté de 28 % en un an en Petite Couronne et de 35 % en Grande Couronne. La poussée est aussi forte pour les maisons, avec une augmentation du nombre de transactions en Petite et Grande Couronne, de respectivement 28 et 31 %. Dans la capitale, plus de 10 000 logements ont été vendus, mais cette augmentation exceptionnelle de l’activité (+70 % comparé aux 1ers trimestres 2016 et 2017) est surtout due aux faibles résultats du 1er trimestre 2016.

Un début d’année 2017 exceptionnel

Avec 44 200 transactions, le 1er trimestre 2017 s’inscrit 39 % au-dessus d’un 1er trimestre moyen de ces dix dernières années.

A Paris, le prix du m² dépasse allègrement les 9 000 €

La vigueur de l’activité réveille les tensions traditionnelles sur l’offre en Île-de-France. Par ailleurs, les données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger indiquent que les prix parisiens augmentent sensiblement. Sur l’ensemble de la capitale, la hausse du prix des logements anciens atteint 5,7 % sur les 12 derniers mois. Sur les 3 derniers mois, les prix ont augmenté de 0,5 % et atteignent les 9 275 € en moyenne. Dans 11 arrondissements sur 20, les prix progressent de plus de 5 % sur 1 an, tandis que dans le IVe arrondissement, ils augmentent de 12 %. C’est dans le VIe arrondissement que le prix du m² atteint son plus haut niveau, à 12 826 € (+1,7 % sur 1 an), suivi de près par les VIIe et IVe arrondissement, où il s’élève à 11 916 € et 11 004 €. A contrario, c’est dans le XIXe arrondissement que l’immobilier est le plus attractif, avec un prix du m² de « seulement » 6 860 €.

  • Le prix immobilier à Paris arrondissment par arrondissmeent

Prix Immo Paris Lpi Seloger
Baromètre LPI-SeLoger - Mai 2017 © DR

Attention à la hausse des taux immobliers

D’après la chambre des notaires de Paris, même si les perspectives d’activité restent bien orientées et que le marché francilien devrait continuer à être dynamique dans les prochains mois, certains éléments persistants de fragilité pourraient venir donner un coup de frein à l’activité et faire hésiter les acquéreurs. En effet, après la légère baisse des prix de ces dernières années, qui avait permis d’améliorer la solvabilité des ménages, cette nouvelle hausse généralisée des prix pourrait venir réduire ce bénéfice. Dans un contexte de faible évolution du pouvoir d’achat des ménages, le maintien de la solvabilité des acquéreurs reposera donc uniquement sur le maintien de taux attractifs d’intérêt. En cas de hausse importante des taux de crédit, le marché pourrait donc se heurter à la solvabilité des ménages.

Immobilier : un marché impacté par le changement politique ? 

Les premières mesures mises en place par le nouveau gouvernement pourraient avoir un impact sur la dynamique du marché de l'immobilier.