Lutte contre le mal-logement : les propositions des candidats à la présidentielle

Lutte contre le mal-logement : les propositions des candidats à la présidentielle

La Fondation Abbé Pierre a présenté son rapport annuel sur l’état du mal-logement, qui touche près de 15 millions de personnes, en France. Et pour que ce sujet pèse dans la campagne présidentielle, l’organisme a invité 5 candidats à débattre.

A moins de 3 mois de la présidentielle, la Fondation Abbé Pierre (FAP) a présenté son rapport annuel sur l’état du mal-logement, en France. L’organisme de lutte contre l’exclusion a également souhaité interpeller les candidats sur ce thème globalement absent des débats depuis le début de la campagne. Elle a donc invité 5 des prétendants à l'Elysée pour débattre du mal-logement.

Près de 15 millions de personnes touchées par la crise du logement

D’après le 22e rapport annuel sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre, 4 millions de personnes sont sans-abri, mal logées ou sans logement personnel dans l’Hexagone. Par ailleurs, 12,1 millions de personnes sont en situation de fragilité et sont susceptibles de basculer dans le mal-logement. Au total, ce sont donc près de 15 millions de personnes qui sont touchées, à des degrés divers, par la crise du logement. Des chiffres « probablement en deçà de la réalité » selon Manuel Domergue, qui a piloté la rédaction du rapport, puisqu’ils se basent « sur les dernières données de l'Insee qui datent de 2013 ».

Explosion du nombre de personnes sans domicile !

Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012 et celui des personnes en hébergement contraint chez des tiers de 19 % entre 2002 et 2013.

Un quinquennat en demi-teinte pour François Hollande

En 2012, François Hollande, alors candidat à la présidentielle, s’était engagé à mettre en œuvre le « contrat social » proposé par la Fondation Abbé Pierre. Néanmoins, 5 ans plus tard, l'organisme tire un bilan plutôt mitigé. En effet, même si « des actions ont été entreprises » en matière de loyers et de précarité énergétique, et que « des chantiers ont été ouverts », l’association pointe des « renoncements politiques ». Ainsi, d'après le rapport de la Fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes modestes ayant eu froid à leur domicile pour des raisons de précarité s’est accru de 25 % entre 2006 et 2013. D'autre part, le nombre d’expulsions locatives avec le concours de la force publique a augmenté de 33 % depuis 2006, atteignant 14 363 expulsions en 2015 : un record.

Mal-logement : le grand oral des candidats 

Pour peser dans la campagne présidentielle, la Fondation a listé 15 idées pour résorber la crise du logement. Ces mesures ont été présentées à 5 candidats ce mardi à l'espace Grande Arche de la Défense, dans les Hauts-de-Seine : Jean-Luc Mélenchon, candidat de « la France insoumise », Benoît Hamon vainqueur de la primaire de la gauche, Emmanuel Macron, candidat d'En marche!, l'écologiste Yannick Jadot et le Républicain François Fillon. Ce dernier, ne pouvant être présent, a été représenté par Isabelle Le Callennec, sa porte-parole. À tour de rôle, chacun s’est prononcé sur le sujet du mal-logement pendant une trentaine de minutes.

Macron et Fillon proposent des nouveaux baux de location

Pour faire face au problème du mal-logement, Emmanuel Macron propose la mise en place d’un « bail mobilité » dans le parc privé, plus court et moins protecteur, mais facilitant l'accès à la location des personnes les plus en difficulté. Il veut également créer un « droit à la domiciliation » pour les sans-abri. Pour sa part, François Fillon, candidat des Républicains, désire favoriser l’accès au logement social des ménages les plus modestes en abaissant le plafond de ressources. Par ailleurs, pour le parc privé, il préconise un « bail homologué » qui offrirait des avantages fiscaux aux propriétaires en fonction de « la faiblesse des loyers pratiqués ». 

Hamon et Jadot mettent l'accent sur la rénovation énergétique

Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste, souhaite rehausser le taux des logements sociaux à 30 % (contre 25 % actuellement), mettre en place un grand plan de rénovation énergétique des logements et instaurer la Garantie Universelle des Loyers (GUL). Yannick Jadot, candidat écologiste, lui aussi favorable à la GUL, préconise de rénover 750 000 logements par an d’ici la fin de son quinquennat, en donnant la priorité aux personnes en situation de précarité énergétique. Enfin, Jean-Luc Mélenchon veut augmenter le nombre des places en hébergement d'urgence.