Depuis 4 ans, à Clermont-Ferrand, le prix immobilier est en hausse !

28 oct 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

L’appétit des acquéreurs de résidences principales et des investisseurs est de plus en plus marqué à Clermont-Ferrand. Dans cette ville de taille intermédiaire, les délais des transactions n’excèdent plus un mois.

Image
Depuis 4 ans, à Clermont-Ferrand, le prix immobilier est en hausse !
Le prix immobilier à Clermont-Ferrand est en hausse de 3,5 % sur 1 an. ©RossHelen

Sommaire

Une demande soutenue, comme dans de nombreuses villes de cette taille

A l’image de nombreuses villes de taille intermédiaire, Clermont-Ferrand voit son marché immobilier boosté par une demande assez inédite. « Depuis la fin du premier confinement, le marché a connu une reprise très favorable », observe Christian Dosmas, le président de la Fnaim Auvergne. « La demande des acquéreurs est de plus en plus soutenue pour Clermont-Ferrand, ainsi que sa première couronne et, c’est assez inédit, pour les zones rurales voisines. » 

La demande est d’autant plus soutenue que la préfecture du Puy-de-Dôme gagne chaque année en moyenne un peu plus de 700 nouveaux habitants. Un solde migratoire positif qui vient gonfler chaque année les rangs d’acquéreurs potentiels, séduits par les atouts de cette ville où vivent déjà 141 398 habitants. Au cœur du massif central, Clermont-Ferrand répond bien aux attentes du moment, entre ville à taille humaine et campagne accessible à une poignée de minutes.

Le prix immobilier à Clermont-Ferrand est de 2 343 €/m² (+3,5 % sur 1 an) Source : Baromètre LPI-SeLoger

A Clermont-Ferrand, l’offre immobilière se raréfie...

Pour autant, si l’intérêt des acquéreurs est présent, l’offre, elle, commence sérieusement à s’amenuir. « De nombreux propriétaires refusent de mettre leur bien en vente sans avoir trouvé leur nouveau logement », explique le président de la Fnaim. « Dans le même temps, la production de logements neufs est un peu à la peine et ne vient pas alimenter le marché dans sa globalité. » 

Dès lors, les marges de négociation sont très faibles, voire nulles, sitôt que les biens bénéficient d’un emplacement de choix ou qu’ils ne nécessitent pas de travaux. « Les acquéreurs veulent pouvoir déménager rapidement, sans avoir rien à faire dans leur nouveau logement, ce qui a pour effet de réduire les délais moyens de vente, bien en-dessous d’un mois de commercialisation désormais », ajoute Christian Dosmas.

Déjà en 2020, une étude SeLoger pointait une hausse de la demande de +47 % à Clermont-Ferrand, tandis que l’offre reculait de 5 %. 

Des prix immobiliers qui ne cessent d’augmenter depuis l’été 2018

Après des années de stagnation, voire de baisse, l’inversion de la courbe du prix de l’immobilier clermontois amorcée à l’été 2018 n’a cessé de se poursuivre. Avec une demande de plus en plus forte et une offre qui se tarit, les conditions de l’inflation immobilière sont désormais pleinement réunies. Selon les chiffres du dernier Baromètre LPI-SeLoger, le prix du mètre carré de Clermont-Ferrand s’établit aujourd’hui à 2 343 €, en hausse de 3,5 % sur un an. 

« Les hausses de prix sont particulièrement marquées sur les logements avec extérieur. Les maisons avec jardin et les appartements avec balcon partent au prix, sans négociation. On voit des appartements bien placés vendus parfois 10 % plus cher qu’en 2019 », explique Christian Dosmas. Parmi les dernières ventes, un appartement de quatre pièces de 85 m² a été vendu en juillet pour 212 000 € (2 494 €/m²), un autre de trois pièces de 67 m² pour 152 700 € (2 279 €/m²) ou encore, au printemps, ce deux pièces de 46 m² pour 118 500 € (2 576 €/m²). « Malgré les évolutions à la hausse, les niveaux de prix de Clermont-Ferrand restent accessibles pour une ville de la région Auvergne Rhône-Alpes. C’est aussi ce qui explique l’intérêt des acquéreurs pour Clermont-Ferrand, notamment à l’investissement. »

Le marché étudiant suscite les convoitises des investisseurs

Au-delà de la seule demande en résidences principales, le marché immobilier clermontois est dynamisé par un intérêt croissant des investisseurs. En effet, la ville possède un atout de choix à leurs yeux : un pôle universitaire réputé et fréquenté par 32 000 étudiants, soit 20 % de la population. 

« La demande locative est donc importante, ce qui rassure les investisseurs qui trouvent aussi à Clermont-Ferrand un bon équilibre entre le prix d’acquisition et les niveaux de loyers », expose Christian Dosmas. Dans le centre ancien, autour de la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, les logements se négocient en moyenne 2 439 €/m² pour des loyers à 12 €/m², de quoi entrevoir facilement les 6 % de rentabilité brute.

Source : tous les prix cités sont issus de SeLoger & du Baromètre LPI-SeLoger

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
French

A la une !