« A Clermont-Ferrand, l’emplacement est un sujet majeur pour les acheteurs »

18 mar 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Philippe Vigneron, dirigeant d’Itineris Building Promotion et Itineris Building Transaction, à Clermont-Ferrand, décrypte le marché immobilier de la capitale du Puy-de-Dôme.

Image
« A Clermont-Ferrand, l’emplacement est un sujet majeur pour les acheteurs »
La préfecture du Puy-de-Dôme est un bassin d’emploi dynamique de la région © RossHelen - Shutterstock

Quels sont les critères recherchés par les acheteurs dans le neuf ? 

Les acquéreurs attachent de l’importance à l’emplacement du logement. La proximité avec les commerces est très appréciée, tout en maintenant une certaine distance. De même, une relative proximité avec le tramway constitue un critère important. Notre clientèle privilégie les belles résidences de taille moyenne, qui compte le plus possible de propriétaires occupants et le moins possible de logements dits sociaux. Enfin, elle recherche évidemment l’équilibre du meilleur rapport qualité/prix.

Est-ce qu’avoir un extérieur est un critère primordial pour les investisseurs ?

Cette préoccupation varie en fonction du budget des acquéreurs. Par exemple, cela ne sera pas un critère déterminant pour les acheteurs qui ont un budget inférieur à 150 000 €. Par contre pour les budgets supérieurs, cela devient un véritable critère de choix. Ils souhaitent effectivement que leur logement présente un extérieur d’une surface minimum de 8 m². Pour les budgets importants – à partir de 350 000 € et au-delà – une terrasse arborée de 35 m² est un minimum.

Quelles sont les différentes gammes de prix pour acheter un appartement de 4 pièces dans la ville de Clermont-Ferrand ?

Au 4e trimestre 2020, le prix moyen d’un T4 à Clermont-Ferrand était de l’ordre de 380 000 €, stationnement inclus. Toujours sur la même année 2020, les T5 et plus se sont vendus entre 566 000 € et 841 000 €. 

Le prix immobilier à Clermont-Ferrand est de 2 000 €/m² en moyenne.

Est-ce que la demande de logements neufs a augmenté à la sortie du premier confinement de début 2020 ?

Pas réellement. Je dirais plutôt que le mois d’août 2020 nous a permis de rattraper le retard accumulé au printemps et de nous aligner sur le même volume de réservation qu’en août 2019. Au contraire, les mois de novembre et décembre 2020 ont bel et bien été médiocres en raison du second confinement. Le retard n’aura pas pu être rattrapé sur l’année 2020.

Pensez-vous que les prix de l’immobilier neuf vont augmenter à la suite de la crise sanitaire ?

J’ai plutôt la conviction que d’autres phénomènes seront probablement plus à l’origine d’une hausse des prix de l’immobilier que la pandémie. Tout d’abord, la concentration des programmes immobiliers neufs sur seulement deux communes ou encore la reconstruction de la ville sur la ville et l’arrivée massive de promoteurs lyonnais, habitués à des prix du foncier très élevés, vont très certainement entraîner une inflation. Ensuite, le coût des matières premières – comme l’acier par exemple – n’a cessé d’augmenter dernièrement, ce qui peut également impacter le marché. Pour finir, les évolutions ubuesques de la nouvelle réglementation thermique RE 2020 et le coût financier exorbitant de la mixité sociale imposée aux promotions privées – comme une sorte d’Impôt solidarité logement (non défiscalisable) – sont autant de vecteurs d’une augmentation anormale et prévisible des prix de l’immobilier neuf.

Image portrait
Image
Philippe Vigneron, Dirigeant d’Itineris Building Promotion & Itineris Building Transaction
Itineris Building Promotion et Itineris Building Transaction, 171 boulevard Lafayette, 63000 Clermont-Ferrand
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !