A Paris, le prix de l’immobilier grimpe encore mais plus lentement !

Alors que la montée des prix s’amplifie à Angers ou encore à Limoges, à Paris, la ville où il coûte le plus cher d’habiter, l’heure est aujourd’hui au ralentissement. Et ça fait déjà quelques mois que ça dure...

Dans la capitale, la hausse des prix immobiliers est en perte de vitesse

Comme le dit le proverbe, après la pluie vient le beau temps. En ce qui concerne l’immobilier parisien, on pourrait dire qu’à la surchauffe succède l’apaisement. Les données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger nous apprennent, en effet, qu’au cours des trois derniers mois, le prix de l’immobilier parisien a progressé de 1,6 %. Quant à la hausse annuelle, elle se limite à 6,7 %. « La hausse des prix (…) ralentit à Paris pour le sixième mois consécutif » constate ainsi Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger. Tel Hulk reprenant peu à peu sa forme humaine après sa poussée d’adrénaline, la Ville Lumière verrait-elle son marché immobilier revenir progressivement à la normale après avoir tourné en surrégime des mois durant ? Au vu des chiffres, il semblerait bien que ce soit le cas…

Prix immobilier arrondissement - Paris octobre 2018

Dans le IVe arrondissement, le prix de l’immobilier est en fusion : + 16,3 % !

Si, comme nous venons de l’évoquer, le marché immobilier parisien tend actuellement à marquer une pause et à revenir petit à petit à la normale, force est tout de même de constater qu’intra-muros, c’est toujours la hausse des prix qui prévaut ! Et cette hausse fait l’unanimité auprès des arrondissements de la capitale. Il n’en est pas un dont les prix des logements n’augmentent pas sur les douze derniers mois. Mais c’est du côté de la rue du Bourg-Tibourg, de la rue des Ursins ou encore de la rue Quincampoix, bref, vous l’aurez probablement deviné, dans le IVe arrondissement de Paris, que la hausse est la plus musclée. Jugez plutôt, sur les douze derniers mois, elle atteint pas moins de 16,3 % ! La deuxième marche du podium est occupée par le XVIIIe arrondissement où les prix des appartements anciens progressent de plus de 10 %. Quant à la médaille de bronze, c’est au IXe arrondissement - qui totalise 9,1 % de hausse annuelle - qu’elle revient. Mais tous les arrondissements de Paris ne connaissent pas une telle envolée du prix de leur immobilier. Dans six arrondissements (Ier, VIe, VIIIe, Xe, XIVe, XVIIe) sur les 18 qui composent la capitale, la hausse avoisine les 3 % « seulement ».   

Indicateur immobilier - Paris octobre 2018

6 arrondissements à plus de 11 000 € du m²

Ce n’est un secret pour personnes, se loger à Paris coûte cher. Très cher, même ! À tel point que, faute de pouvoir devenir propriétaires d’un logement dans Paris intra-muros, bon nombre de Parisiens doivent se « rabattre » sur la première couronne : Saint-Ouen, les Lilas, Issy-les-Moulineaux, etc. Comme en attestent les chiffres relevés par le baromètre LPI-SeLoger, le prix de l’immobilier ancien atteint des sommets (plus de 11 000 € au m²) dans les IIIe (11 174 €), IVe (13 320 €), Ve (11 556 €), VIe (13 245 €), VIIe (13 228 €), VIIIe (11 128 €) et XVIe (11 461 €). Il n’y a guère plus que dans les XIXe (7 378 €) et XXe (7 656 €) que les prix des logements restent, en moyenne, en-deçà des 8 000 € du m².

Bon à savoir

  • A Paris, un m² coûte, en moyenne, 9 796 €.

À Paris, la marge de négociation pour un appartement avoisine les 3 %

Parce qu’il est tendu comme un arc, le marché immobilier parisien laisse peu de marge de manoeuvre aux négociateurs. Les ventes se concluent - très - rapidement et il n’est pas rare qu’une vente se fasse au prix demandé par le vendeur. Pour vous donner un ordre d’idée, sachez que d’après les informations qu’a compilées le baromètre LPI-SeLoger, sur le marché immobilier parisien, la marge de négociation se limite à 3 % du prix de vente affiché pour un appartement.

Top 5 des arrondissements les moins chers de la capitale

Arrondissement Prix au m2
XIXe 7 378 €
XXe 7 656 €
XIIIe 8 353 €
XIIe 8 959 €
Ier 8 984 €