Rechercher un article

On vous aide dans votre projet

Spécial rentrée : Top 10 des villes où il est le plus avantageux d’investir !

Alors que l’immobilier a vu son statut de valeur refuge littéralement galvanisé par la crise sanitaire et que la pierre n’a jamais exercé autant d’attrait aux yeux des Français, découvrez les dix grandes villes qui permettent de profiter des rendements locatifs les plus performants.

En cours de chargement...

Sommaire

Plus de 8 % de rentabilité locative nette à Rennes !

Tous les spécialistes de l’immobilier vous le diront, la performance d’un investissement locatif tient à la réunion de plusieurs facteurs. Il s’agit de la qualité du bien acquis, de l’adéquation de son prix (et des futurs loyers que vous en tirerez) avec le marché, de sa localisation (proximité d’un bassin d’emploi, de commerces, de transports...), de son potentiel d’attraction et du rapport entre l’offre et la demande locatives. Selon les données que nous avons rassemblées, c’est dans la préfecture du département de l’Ille-et-Vilaine qu’un investisseur pourra espérer décrocher les meilleurs rendements. Jugez plutôt, à Rennes, la rentabilité locative nette, c’est-à-dire déduction faite des charges et des taxes, d’un investissement - tous types de biens confondus - culmine à 8,2 % ! 

Le Mans (7,1 %), Angers (6,2 %) et Brest (6,1 %) dans le peloton de tête

Si Rennes décroche la première place de notre classement, Le Mans et Angers se hissent respectivement sur la deuxième et la troisième marche du podium. Dans la préfecture de la Sarthe, il ressort de l’analyse de nos données que la rentabilité locative nette atteint 7,1 % et  dans celle que l’on surnomme parfois l’Athènes de l’Ouest, un investisseur avisé peut compter sur 6,2 % de  rendement net. Avec un taux de rentabilité locative nette avoisinant les 6,1 %, Brest constitue, elle aussi, une ville à côté de laquelle les aficionados de la pierre locative auraient tort  de passer.

Que recherchent les investisseurs ?

  • Des appartements (54 % vs 45 % en février 2021), notamment pour les habitants de région parisienne (70 %). Seuls 7 % souhaitent investir dans une maison (vs 12 % en février). 
  • Un bien doté d’espace extérieur (29 % vs 15 % en février 2021)

Source : OMI - mai 2021 

Mulhouse, Caen et Besançon à plus de 4 % de rentabilité !

Notre top 10 des villes de plus de 100 000 habitants qui permettent de profiter de hauts rendements locatifs se poursuit avec un quintet de métropoles dans lesquelles investir dans le locatif offre plus de 4 % de rentabilité nette ! Selon les données que nous avons agrégées, les marchés locatifs de haute performance, au sein desquelles un investisseur avisé aurait tout intérêt à prospecter, se situent à Mulhouse, Caen, Besançon, Amiens, Limoges et Orléans. Alors que la banalisation du télétravail semble avoir durablement redessiné les contours du marché immobilier hexagonal en permettant aux citadins de s’installer à la campagne, il est intéressant de relever la présence, dans notre palmarès, de la forte représentation de villes qu'une à deux heures de train relient à la capitale : Rennes, Le Mans, Angers, Caen, Orléans ou encore Amiens. Enfin, il peut être utile de rappeler que l’immobilier n’est pas une science exacte mais qu’en prenant certaines précautions, il est possible de réduire les aléas liés à la pierre locative. En ne se focalisant pas sur le seul rendement mais en prenant soin de cibler des logements pouvant être loués facilement, de fixer des loyers raisonnables et adaptés aux revenus de la locatèle locale et de limiter les frais liés à un « turn-over » trop important en ciblant des locataires stables. 

Top 3 des villes qui affichent les délais de location les plus courts : 

  • Angers : 21 jours
  • Rennes : 22 jours
  • Brest : 25 jours

Notre sélection de villes « investisseurs-friendly »

Ville Rentabilité nette
Rennes 8,2 %
Le Mans 7,1 %
Angers 6,2 %
Brest 6,1 %
Mulhouse 4,9 %
Caen 4,7 %
Besançon 4,4 %
Amiens 4,4 %
Limoges 4,1 %
Orléans 4 %

Source : SeLoger

Notre méthodologie : nous avons calculé la rentabilité nette des villes susmentionnées en comparant, ville par ville, le coût total d’une acquisition (prix du bien + remboursement du prêt + charges d'entretien + taxe foncière + frais de notaire) et le coût total de sa location (loyers sur la période en prenant en compte l'augmentation des loyers) divisé par le nombre d'années de la période (fixé à 20).

Plus de conseils :