Rechercher un article

Et si vous sollicitiez un « chasseur immobilier » pour acheter votre bien ?

Et si vous sollicitiez un « chasseur immobilier » pour acheter votre bien ?

Vous n’avez pas de temps à perdre ? Visiter des maisons toute la journée vous pèse ? Et si vous passiez par les services d’un « chasseur immobilier » ? Une approche différente de celle d’agent immobilier, plus complète et poussée. 

Et si vous sollicitiez un « chasseur immobilier » pour acheter votre bien ?

Agence, chasseur, quelles différences ?

Lorsque vous poussez la porte d’une agence immobilière, vous y découvrez des biens pour lesquels l’agence dispose de mandats à des fins de vente ou de location. L’objectif de l’agence est donc de disposer à la fois d’un maximum de biens à la vente et d’un fichier ciblé de potentiels clients. Ce n’est pas le cas du chasseur immobilier, dont l’objectif est de rechercher un bien, comme le ferait un particulier, mais en y mettant le temps, en exploitant ses réseaux et en négociant sa rémunération sur l’objectif atteint.

Combien ça coûte ?

Professionnel de l’immobilier, le chasseur immobilier ne perçoit sa rémunération qu’à la signature de l’acte authentique devant le notaire. Il pourra, parfois, vous être demandé le règlement de frais de démarrage, de l’ordre de 500 euros (conseil, déplacements, frais administratifs, etc.). A vous de voir si un tel investissement de base s’impose…

Qu’apporte-t-il de plus qu’une agence immobilière ?

Il vous permet d’abord de gagner du temps : particuliers, agences, internet, marchands de biens, promoteurs, gestionnaires de patrimoines, prospection internet, prospection terrain, notaires, ventes publiques, architectes, experts immobiliers, etc. Tout est passé au peigne fin, avec l’œil du spécialiste, pour repérer les annonces idoines.

Il peut vous permettre de faire des économies. Disposant d’une bonne connaissance du marché, il est à même de négocier les prix à la baisse ou la réalisation de travaux complémentaires.

Le chasseur immobilier dispose enfin d’un réseau d’informateurs en agence et d’accès privilégiés sur certains listings qu’un particulier ne peut consulter.

Le chasseur immobilier s’engage aussi à vérifier que le futur bien acheté présente toutes les garanties (sécurité, garantie décennale, etc.), évitant ainsi à l’acheteur certains désagréments post-achat.

Avoir un bon sens de l’écoute est primordial

« L’une des qualités essentielles du chasseur est de disposer d’un sens de l’écoute et de l’observation, assure Eric, chasseur depuis six ans dans la région grenobloise.  Il est par exemple indispensable de rencontrer le client chez lui pour apprécier ce qu'il aime, sa façon de vivre. S’il a des meubles de famille imposants, il faudra en tenir compte et prévoir que le nouveau logement puisse les recevoir. Les biens sélectionnés doivent correspondre à 90 % des critères du candidat acheteur. C’est de cette manière que le rapport de confiance s’établira, seul moyen d’aboutir à une transaction réussie ».  Eric, chasseur immobilier

Une profession bien encadrée

Le métier de chasseur immobilier est réglementé. Celui qui l’exerce doit disposer d’une carte de transaction professionnelle remise par la préfecture. Pour l'obtenir, un chasseur immobilier doit justifier d'un certain niveau d'études ou d'une expérience professionnelle suffisante, détenir une assurance RCP (Responsabilité civile professionnelle) et une garantie financière s’il détient des fonds.

Par ailleurs, vous pouvez lui demander s’il appartient à une fédération de chasseurs immobiliers. Il en existe deux à ce jour : La FNCI (Fédération nationale des chasseurs immobiliers) et la FFCI (Fédération française des chasseurs immobiliers). Ce choix vous offrira une garantie de sérieux et de qualité. Ne pas hésiter à joindre la fédération concernée pour vérifier que la filiation du « chasseur » est bel et bien enregistrée. 

Les points clés à retenir

Le recours à un chasseur immobilier ne peut se faire que si un lien de confiance est établi avec ce dernier. A vous de jouer cartes sur table, d’indiquer précisément le montant de la somme que vous souhaitez engager, l’urgence de votre situation personnelle. Soyez précis sur la « personnalité » du bien recherché. Et si vous ne savez pas où vous allez –ça arrive à tout le monde-, restez réceptif aux bonnes surprises. 

La rédaction vous conseille :