« Vers Montpellier, il est peu probable que les prix immobiliers baissent à court terme »

17 mai 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Depuis plusieurs mois, le marché immobilier de Montpellier et de son agglomération sont frénétiques. Les prix immobiliers se sont envolés et Julien Basaia, gérant des agences Immovance, explique que la construction tout comme la location ne suffisent pas à compenser la pénurie de biens en vente.

Image
A Montpellier, les biens sans espace extérieur ont été pénalisés. © Picturereflex - Adobe Stock
A Montpellier, les biens sans espace extérieur ont été pénalisés. © Picturereflex - Adobe Stock

Qu’observez-vous en termes de dynamique immobilière dans le secteur de Montpellier ?

La première chose, c’est que les prix ont flambé depuis la crise sanitaire, aussi bien à Montpellier intramuros que dans les communes de la première couronne. Nous avons également moins de biens en vente de façon générale. Notre stock d’entrée de mandat a diminué de presque 50 %. En revanche, ces entrées de mandats sont sûrement plus qualitatives.

En quoi les entrées de mandats sont-elles plus qualitatives ?

Elles sont plus qualitatives dans la mesure où les biens se vendent plus cher, plus vite et avec pas ou peu de négociation. Un bien dont nous enregistrons le mandat de vente se vend avec une grande rapidité actuellement, donc certes le volume de biens à vendre a baissé, mais la dynamique est excellente.

Le profil des acquéreurs de Montpellier et de son agglomération a-t-il changé ?

Les locaux recherchent toujours à acheter pour adapter leur logement à leurs changements de vie, mais nous avons reçu un afflux important d’acheteurs franciliens qui sont arrivés sur le secteur avec des moyens beaucoup plus importants que les acheteurs locaux. Cela a fait bouger le marché immobilier car ces acquéreurs aisés ont pu acheter aux prix élevés du marché et cela a maintenu les prix à des niveaux importants.

« Faire construire dans le secteur de Montpellier est devenu un luxe »

Quelle est la situation du point de vue des prêts bancaires ?

On a relevé une légère hausse des taux d’emprunt ces derniers temps, mais qui est dérisoire au regard de la hausse des prix. Le pouvoir d’achat des acquéreurs n’a donc pas encore été impacté par ce facteur et les Français veulent plus que jamais devenir propriétaire. C’est donc réellement la pénurie de biens qui pénalise les acquéreurs aujourd’hui.

La construction permet-elle de compenser la pénurie observée dans l’ancien ?

Elle ne permet pas de compenser la pénurie, d’une part car la construction a été freinée par certaines mairies, ce qui explique également la hausse des prix. D’autre part car le prix des terrains s’est également envolé, tout comme le coût des matériaux et de la construction, ce qui fait que l’on touche un autre type de clientèle plus aisée. En conclusion, le niveau des prix immobiliers dans le secteur de Montpellier est donc amené à stagner, mais il est peu probable qu’il baisse à court terme.

La pénurie de biens dans le secteur de Montpellier a-t-elle fait émerger un marché de report ?

Absolument, si l’on se penche, par exemple, sur le nord de Montpellier, lorsqu’un client vend sa maison dans la première couronne montpelliéraine, il est contraint de s’installer dans la deuxième couronne par la suite. Les acquéreurs s’écartent lorsqu’ils souhaitent un terrain plus grand ou une pièce en plus.

Le prix immobilier à Montpellier est de 3 569 €/m².

Y a-t-il des logements qui ont été pénalisés par les critères de recherche actuels ?

Tous les biens qui sont dépourvus d’espace extérieur se vendent très mal et leurs prix n’ont pas du tout augmenté.

Quels sont les secteurs les plus prisés ?

Le sud de Montpellier a atteint un niveau impressionnant de demandes et de prix, c’est le cas de Lattes, Villeneuve-lès-Maguelone, Pérols, Castelnau-le-Lez, la Grande Motte, etc. Mais cela a toujours été le cas dans ces secteurs. Alors que les communes du nord et de l’ouest, qui constituaient autrefois des choix par dépit, sont également de plus en plus prisées et bénéficient d’une expansion importante.

Quid du marché de la location ?

En location, également, on observe une importante pénurie, il y a énormément de candidats pour un seul logement et il faut avoir un très bon dossier. Cela s’explique, notamment, par le fait que les couples et les familles, qui ne trouvent pas leur bien à l’achat, se rabattent sur la location. L’ennui c’est que les dossiers moyens que nous essayions d’appuyer auparavant, ne trouvent plus et sont écartés du marché locatif car ils ont en face d’eux des très bons dossiers.

Quelle est l’étendue du secteur dans lequel vous intervenez ?

Immovance est un réseau d’agences réparties entre Montpellier et son agglomération. Le siège se situe à Castelnau-le-Lez.

Image portrait
Image
julien-basaia
Julien Basaia
Immovance groupe - Résidence Notre Dame - 230 Route de Nîmes - Bâtiment B - 34170 Castelnau-le-Lez
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !