Comment acheter des biens immobiliers dans le Métaverse ?

25 mar 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Véritable monde parallèle et entièrement virtuel, abritant notamment des biens immobiliers, la Métaverse suscite de plus en plus de curiosité et aussi d’intérêt auprès des investisseurs. Mais investir dans le Métaverse, est-ce judicieux ou risqué ? Quels sont les paramètres à prendre en compte pour réussir un tel investissement ? Réponses de Karl Toussaint du Wast, confondateur de Netinvestissement.

Image
Avant d'investir dans le Métaverse, il est conseillé de commencer par se familiariser avec cet environnement. © mathieu
Avant d'investir dans le métaverse, il est conseillé de se familiariser avec cet environnement. © mathieu

Sommaire

La rencontre entre les réseaux sociaux et la technologie

Karl Toussaint de Wast définit le Métaverse comme « la rencontre entre l’évolution des réseaux sociaux tels qu’on les connaît (Instagram, Facebook, etc), et la technologie. » En d’autres termes, la prochaine version des réseaux sociaux sera le Métaverse, c’est-à-dire un gigantesque réseau social mondialement connecté, sans barrière et dans lequel nous pouvons nous faire représenter par un avatar. « Aujourd’hui, on navigue sur les réseaux sociaux avec son doigt sur le smartphone et demain, nous enfilerons un casque de réalité virtuelle et nous serons totalement immergés dans un monde en 3D, voire en 4D. Nous pourrons rencontrer des personnes dans un univers qui sera visuellement fabriqué de toutes pièces", indique Karl Toussaint de Wast.

Que retrouve-t-on dans le Métaverse ?

Si le Métaverse a vocation à nous permettre de retrouver des amis et rencontrer des personnes de toutes sortes, ce monde est également conçu pour pouvoir dépenser son argent. Nous restons des consommateurs dans cet univers, « et à ce titre, nous retrouvons les mêmes règles économiques que dans notre environnement réel, c’est-à-dire que l’on peut, par exemple, acheter des accessoires pour customiser son avatar : des sacs, des chaussures, des montres, des vêtements, etc ». D’un point de vue économique, nous retrouvons également des terres virtuelles, digitales, qui prennent de la valeur et dont les prix de certaines prennent des ampleurs inattendues. « C’est la première brique de la construction de ce monde, car pour que les magasins dans lesquels vous dépensez votre argent existent, il faut trouver des terrains sur lesquels on va construire des immeubles, des commerces... »

L’immobilier, un élément clé du Métaverse

Pour que les magasins et bâtiments en tous genres existent dans le Métaverse, « la première étape consiste à trouver du foncier, pour y faire construire un bâtiment dans lequel on peut soit recevoir ses clients pour faire des visios, soit vendre des produits et des services, comme le font déjà Nike et Adidas qui vendent des chaussures en accessoires pour avatar. » Cela signifie concrètement que sans immobilier, sans foncier, sans construction et sans bâtiments, c’est l’essence même de ce monde virtuel qui s’effondre. Voilà pourquoi l’immobilier est si important dans le Métaverse et pourquoi il commence à susciter l’intérêt d’un nombre croissant d’investisseurs.

« On se promène dans le Métaverse comme on se promène dans une rue de la vie de tous les jours »

Karl Toussaint de Wast, cofondateur de Netinvestissement

 

Un décalage entre les prix immobiliers et le nombre d’utilisateurs

Est-il intéressant d’investir dans l’immobilier dans le Métaverse à l’heure qu’il est ? Karl Toussaint de Wast répond à cette question en annonçant que, « clairement, il y a eu un effet de com, un boom marketing, qui a fait s’envoler les prix de ces terres digitales et selon moi, les prix sont dans une bulle complète ». Il y a une décorrélation entre la valeur des terrains et le nombre réel d’utilisateurs du Métaverse aujourd’hui, selon le cofondateur de Netinvestissement, qui ajoute que « ce nombre croît exponentiellement, mais les prix sont démesurément élevés au regard du nombre effectif d’utilisateurs actuel ». Il est cependant raisonnable d’imaginer que dans les mois qui viennent, on observe une correction du prix et la hausse qui s’ensuivra sera alors corrélée au nombre d’utilisateurs du Métaverse.

Que faut-il savoir avant d’acheter un bien dans le Métaverse ?

Le premier conseil que souhaite donner Karl Toussaint de Wast aux futurs investisseurs du Métaverse, c’est « avant de foncer tête baissée, créez un compte, créez votre avatar et promenez-vous dans les rues, tout cela est gratuit. » L’idée étant de se familiariser avec cet environnement, son langage, ses codes, son atmosphère qu’il faut apprivoiser. Et si cet environnement vous plaît et que vous vous y sentez à l’aise, « à ce moment-là, vous pouvez acheter de la pierre numérique. » Mais là encore, il faut respecter certains points pour sécuriser son achat. « Respectez les fondamentaux de l’immobilier en règle générale, à commencer par l’emplacement qui est un point crucial. » Les cartes des Métaverse ressemblent à celles d’un territoire, ce qui signifie que « si vous achetez aujourd’hui au beau milieu de la Creuse, le prix du foncier ne sera pas le même qu’à Saint-Tropez, par exemple, en raison de la densité de population, de commerces, de commodités, etc. » Dans le Métaverse, la règle est la même et il vaut mieux miser sur un emplacement branché qui génère du trafic. Le prix sera plus élevé, mais « comme pour un achat immobilier dans le réel, il faut penser à la revente. »

Autre réflexe important : étudier les prix immobiliers, comme on le ferait en souhaitant investir dans le monde réel. « Sur tous les terrains, le prix apparaît, tout est transparent, ce qui permet de comparer les différentes offres. » On retrouve plusieurs indicateurs qui permettent de savoir si le terrain est avantageux, si les prix sont raisonnables ou s’il s’agit de spéculations.

Selon une étude réalisée par Gatner, 1 personne sur 4 passera au moins 1 heure par jour dans le Métaverse en 2026.

Sur quelle plateforme de Métaverse faut-il investir ?

Karl Toussaint de Wast indique qu’il y a principalement trois Métaverses plus populaires mais également plus fiables que les autres et qu’il est préférable de miser sur eux pour assurer la sécurité et la pérennité de son investissement. Le premier est The Sandbox qui est le leader, « et celui que je recommande en premier lieu, car la carte ne peut pas grossir ». Le second, Decentraland, est extensible. Or, « la stabilité de la valeur vénale du foncier est plus relative dans un environnement qui s’étire. » Les plus grandes marques se sont d’ailleurs principalement positionnées sur The Sandbox, Decentraland se présentant plutôt comme un terrain de jeu. » Enfin, le troisième, AXS (Axie Infinity), est également très populaire.

Les transactions ne s’effectuent qu’en cryptomonnaie

L’autre information capitale lorsque l’on souhaite se lancer dans l’investissement immobilier dans le Métaverse, c’est qu’il faut utiliser la cryptomonnaie. « Il faut donc passer par une plateforme qui permet de convertir ses euros en cryptos. On envoie ensuite les cryptos sur un portefeuille du Métaverse, appelé le wallet. » La monnaie qui prédomine actuellement dans le Métaverse est l’Ether, « mais chaque Métaverse dispose de sa propre cryptomonnaie et il est évidemment possible d’acheter directement la cryptomonnaie du Métaverse en question. »

Le record de la transaction immobilière la plus élevée sur le Métaverse à l’heure actuelle est détenue par Republic Realm, qui a acheté une propriété dans The Sandbox pour 4,3 millions de dollars.

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French

A la une !