« C’est le moment idéal pour vendre à Fréjus Saint-Raphaël »

18 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Julien Chevry, directeur commercial de l’agence Neyrat Immobilier, nous fait part des conséquences de la crise sanitaire sur le marché de Fréjus Saint-Raphaël, mais aussi des tendances qui pourraient s’installer en 2022 dans ce secteur convoité.

Image
bord-plage-frejus-seloger
Le bord de mer de Fréjus concentre l’essentiel de la demande des particuliers. © ImageBroker - Photononstop

Quelles ont été les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité immobilière à Fréjus et à Saint-Raphaël ?

Le marché est devenu plus dynamique, avec plus d’acheteurs pour le même nombre de biens en vente. Notre portefeuille s’appauvrit donc très rapidement. Cela nous pousse plus que jamais à être présents pour notre clientèle afin de la fidéliser, mais également à toujours chercher à la renouveler.

Y a-t-il un moment de l’année plus favorable pour vendre ou acheter un bien dans le secteur ?

Non, il n’y a pas véritablement de meilleur moment. Auparavant, on disait que le printemps était la meilleure saison de l’année pour acheter ou vendre à Fréjus, mais avec la crise, c’est devenu complètement aléatoire, il n’y a plus de règle en la matière. En revanche, si les vendeurs cherchent un moment propice à la vente, c’est maintenant ! Le marché est actuellement très intéressant et le bien trouvera preneur rapidement. Actuellement, les biens partent en moins d’une semaine, souvent en deux jours.

Pouvez-vous nous donner des moyennes de prix de biens à la vente à Fréjus et à Saint-Raphaël ?

Pour un studio « normal », il faut compter environ 150 000 € et pour un très beau produit, entre 180 000 et 220 000 €. Pour un T2, la fourchette s’étend de 200 000 à 250 000 €, un T3 se négocie autour des 290 000 € et un T4 autour des 350 000 €, et dans une belle résidence cela peut monter jusqu’à 590 000 €. Pour un bien de type pavillon dans le quartier résidentiel de Boulouris, réputé pour ses criques de roche rouge et ses panoramas idylliques sur l’île d’Or ou encore dans le quartier Valescure pour une maison très simple, mais avec piscine, on ne trouve rien en dessus de 800 000 €. Pour les biens d’exception, un T3 avec une vue panoramique sur mer par exemple, il faut compter au bas mot 950 000 €.

Quelles sont vos perspectives pour l’année 2022 ?

Pour cette nouvelle année, nous présumons que le marché immobilier va stagner en fin d’année suite à un fort engouement. Comme cela se vérifie pour les années précédentes et depuis 2017 – date du démarrage de notre activité dans le centre-ville de Saint-Raphaël – le marché a toujours été en dents de scie dans le secteur. Après un fort dynamisme, la frénésie va se relâcher.

Image portrait
Image
Julien Chevry
Julien Chevry
Directeur commercial, Neyrat Immobilier, 40 place Pierre Coullet, 83700 Saint-Raphaël
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

A la une !