Investir dans l’immobilier : « J’ai 50 ans et alors ? »

Cynthia Dubray
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Il n’est jamais trop tard pour avoir des envies de projets immobiliers. Quand on veut investir dans la pierre à 50 ans et plus, il faut simplement prendre certaines précautions et bien définir ses attentes. Préparer sa retraite, léguer à ses enfants (ou petits-enfants) ou tout simplement changer de logement. Heureusement, tout est (encore) possible. Et puis 50 ans est le nouveau 40, non ?

Image
femme cinquante ans dans sa cuisine sur son téléphone
Il n'y a pas d'âge pour réaliser ses projets immobiliers ! @gettyimages
Sommaire

Emprunter à 50 ans : oui mais… 

En théorie, il n’y a pas d’âge limite pour emprunter. Les critères restent les mêmes : 50 ans ou pas, les banques vont regarder votre capacité de remboursement et ne pas dépasser les 35 % d’endettement. Si les banques peuvent être frileuses face aux profils seniors, c’est notamment à cause de l’approche de la retraite. En effet, lors de ce passage symbolique les revenus peuvent se dégrader. Par ailleurs, elles vont être plus regardantes quant à l’état de santé des emprunteurs âgés, ce qui aura un impact direct sur le prix de l’assurance prêt. Elle peut battre des records voire dépasser le taux d’usure. 

Les cinquantenaires déjà propriétaires 

Les Français qui ont pu acheter tôt restent des profils attractifs pour les banques. En effet, les personnes qui avaient un prêt sur 20 ans, et qui ont acheté autour de leurs 30 ans, verraient leur premier crédit arriver à terme. Si vous êtes dans ce cas et que vous souhaitez revendre votre bien, vous disposerez d’un pouvoir d’achat plus élevé en cas de plus-value. Peut-être même racheter cash. Si vous souhaitez prendre un nouveau crédit, il vaut mieux souscrire un prêt de courte durée (10 ou 15 ans en moyenne) afin de solder plus rapidement votre prêt et bénéficier d’un taux d’intérêt plus bas.

Un premier achat à 50 ans 

Pour emprunter, mieux vaut disposer d’un apport. Ou alors, vous faites ce que l’on appelle du nantissement : vous mettez à disposition de votre créancier vos produits de placement tels que l’assurance-vie comme garantie. Toutefois, vous ne pourrez plus y toucher avant le remboursement total de votre prêt.

Les autres solutions de financement

Le prêt viager hypothécaire est une des solutions de financement qui consiste à emprunter auprès d’un établissement spécialisé. En échange, vous vous servez de votre bien comme garantie.

Le prêt hypothécaire cautionné s’adresse plutôt aux secundo-accédants. Donc aux personnes déjà propriétaires. Ce type de prêt autorise la banque à saisir un bien immobilier en cas de manquement de paiement ou de décès.

Retenez que si vous devez contracter un crédit pour prendre votre retraite au soleil ou investir dans un logement afin de toucher une rente de loyers, vous devez « juste » être solvable comme n'importe qui.

Pour établir un budget, pensez à calculer vos revenus nets au moment de la retraite. Votre pension représentera entre 70 % et 80 % de votre dernier revenu d’activité. 

Investissement locatif : soyez attentifs au marché

Le marché de l’immobilier a toujours été fluctuant mais reste une valeur refuge pour beaucoup de Français. Avec un taux d’intérêt qui commence doucement mais sûrement à baisser et des prix immobiliers qui continuent leur décroissance sur tout le territoire, il y a de potentielles bonnes affaires à saisir. Par ailleurs, la pénurie locative devrait rassurer les investisseurs seniors qui souhaitent acheter pour louer. La demande est bien présente ! Toutefois, prenez bien en compte l’encadrement des loyers dans les villes concernées pour calculer votre rendement locatif.

Dans le cas d’un investissement locatif, privilégiez les biens qui disposent déjà d’une bonne note au DPE.

Les SCPI comme alternative pour investir dans l’immobilier dès 50 ans 

Les SCPI peuvent être un autre moyen de toucher une rente sans emprunter des sommes astronomiques. De nombreuses SCPI proposent un prix d’entrée assez bas. En plaçant de l’argent dans une SCPI classique, vous investissez dans un portefeuille d’immeubles et percevez des revenus locatifs réguliers. De quoi anticiper la retraite.

Investir dans l’immobilier à 50 ans et plus reste tout à fait possible. En fonction de son profil et de son projet, il faut être attentif à son budget et ses moyens de financement (crédit, cash, revente, etc). En cas de doute, vous pouvez toujours faire appel à des sociétés spécialisées dans la silver économie (notion qui désigne l’ensemble du marché des seniors). 

Vous avez un projet d'achat immobilier ?
Cet article vous a été utile ?
14
2

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
C’est à Laval que les places de parking sont les plus rentables. © baona - Getty Images
Investir
Les places de parking séduisent de nombreux investisseurs, avec leur ticket d’entrée abordable, leur gestion simplifiée et une rentabilité réputée très bonne. Mais alors, où faut-il investir dans un...
Image
ville de saint-brieuc
Investir
Le marché immobilier de Bretagne attire de nombreux investisseurs. Quelles sont les spécificités de cette région ? Les meilleures villes pour un investissement locatif en Bretagne ? Grâce à SeLoger...
Image
Rue Nice
Investir
La cinquième plus grande ville de France est une cité onéreuse. Si votre projet est de vous lancer dans un investissement locatif à Nice, vous devrez débourser une somme importante. Ainsi, on vous...