Propriétaire : est-il plus avantageux de louer en location de vacances ?

Vous souhaitez mettre un logement en location mais vous hésitez encore entre la location à l’année ou la location saisonnière ? Rentabilité, fiscalité, zone géographique… les différents critères à prendre en compte pour vous décider.

Location saisonnière ou annuelle : étudiez la demande locative de votre ville

Pour choisir entre la location saisonnière ou la location à l’année, vous devrez étudier attentivement la demande locative dans la ville où se situe le logement. S’il est localisé dans une métropole étudiante ou dans un bassin d’emploi dynamique, il est préférable d'opter pour une location à l’année, qu’elle soit vide ou meublée. Dans une région dynamique, le risque de vacance locative est très limité, vous êtes donc assuré de percevoir des loyers tout au long de l’année. En revanche, si votre logement est situé dans une région touristique, principalement dynamique pendant les vacances d’hiver (station de sports d’hiver) ou d’été (station balnéaire), il est plus judicieux d’opter pour une location saisonnière. Avant toute chose, prenez donc le temps d’évaluer la capacité de remplissage d’une location de vacances dans votre ville. Si la location saisonnière est avantageuse, elle engendre certaines contraintes dues au grand turnover de locataires (remise des clés, entretien du logement, etc.), en particulier si le bien est éloigné de votre lieu de résidence. Pour remédier à ces contraintes, il est possible de confier la gestion du logement à une agence ou à une société de conciergerie.

Conseil SeLoger

Pour une location saisonnière, il est conseillé d’exiger le versement d’un acompte avant le début du séjour pour réduire les risques de désistement du locataire.

Location de vacances : une très belle rentabilité

Avec une location de vacances, la rentabilité peut être nettement supérieure à celle d’une location à l’année, selon l’attractivité touristique de la région. Si le taux d’occupation est réduit à certaines périodes (vacances de Noël et d’hiver dans les stations de ski, vacances de printemps et d’été pour les stations balnéaires), il est compensé par des loyers saisonniers élevés. Généralement, le prix d’une semaine de location de vacances est équivalent au prix d’un mois de location longue durée. Des bénéfices pouvant donc être multipliés, à condition de limiter les périodes d'inoccupation. Ce risque sera faible si le bien est situé dans une ville attractive et que l’annonce est visible sur les sites d’annonces. En plus d’offrir une meilleure rentabilité, la location saisonnière offre une grande liberté. Votre logement n’est pas occupé sur plusieurs mois ou années. Vous pouvez par exemple le récupérer entre deux périodes de location, pour y passer vos vacances. Mettre son logement en location saisonnière permet également de limiter les risques d’impayés : vous pouvez demander aux locataires de verser un acompte (jusqu’à 6 mois avant) et de payer le reste de la location avant leur arrivée.

Bon à savoir

Il est indispensable de créer votre annonce de façon minutieuse et de la mettre en ligne sur un site spécialisé pour augmenter sa visibilité.

Location saisonnière : une fiscalité avantageuse

La fiscalité de la location saisonnière est globalement avantageuse. Les revenus perçus grâce à la location saisonnière de votre appartement ou de votre maison doivent être indiqués dans votre déclaration de revenus et entrent dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). En tant que propriétaire, vous bénéficiez généralement d'un abattement fiscal de 50 % sur les loyers tant que ceux-ci ne dépassent pas la limite annuelle de 32 900 €. Si vos recettes sont inférieures à 305 €, vous ne paierez aucun impôt. Si vos recettes sont inférieures à 32 900 €, vous avez également la possibilité d’opter pour le régime réel. Celui-ci implique de déclarer vos recettes sur une déclaration professionnelle et de déduire l’ensemble des charges. Si vos recettes annuelles sont supérieures à 32 900 €, vous serez obligatoirement soumis au régime du réel. Enfin, si vos recettes annuelles sont supérieures à 82 200 € et que vous réalisez plusieurs prestations para-hôtelières, vous devez facturer la TVA, mais vous pourrez également déduire la TVA payée sur vos achats et vos différents frais.

Chiffres clés

Si vous confiez la gestion de votre location de vacances à une agence, celle-ci vous demandera généralement entre 15 et 25 % du prix de la location, selon le bien et la ville.