Chauffage domestique : vers une obligation de limiter la température chez vous ?

Morgane Jacquet 26 juil 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

En réponse à la crise énergétique, le gouvernement a imposé une limitation des températures au sein des logements. A cet égard, vous vous interrogez sur les règles à respecter et l’existence de sanctions.

Image
Un radiateur dans une maison
Chez vous, serez-vous un jour obligé(e) de respecter une température qu'on vous aura imposée ? © Getty
Sommaire

Quelle limitation les textes imposent-ils ?

En raison de la crise énergétique et dans un objectif de sobriété énergétique, le gouvernement a repris un principe déjà acquis depuis 1976, celui de la limitation du chauffage dans les foyers. En effet, des mesures avaient déjà été prises lors d’une première crise et ont donc perduré. 

Cette limitation prévue dans le Code de l’énergie indique que dans les locaux à usage d’habitation notamment, « les limites supérieures de température de chauffage sont, en dehors des périodes d'inoccupation définies à l'article R. 241-27, fixées en moyenne à 19° C [...] ».

Les limites de températures posées par le Code de l’environnement s'appliquent également aux locaux d’enseignement, de bureau et ceux recevant du public

Comme indiqué, il ne s’agit pas d’une limitation stricte puisqu’il est fait référence à une température moyenne.

Cette limitation de température ne s’applique que lors des périodes d’occupation du logement. Un logement inoccupé ne doit en principe pas être chauffé dans ces proportions.

Quelles sont les sanctions applicables ?

Le Code prévoit également des sanctions en cas d’irrespect de ce principe. Une contravention de cinquième classe peut donc être dressée ce qui correspond à une amende de 1 500 euros pouvant être portée à 3 000 euros en cas de récidive.

Toutefois, les textes n’apportent aucune précision quant aux modalités de contrôle.

  • Article R241-26; R241-29-1 du Code de l’environnement
  • Article 131-13 du Code pénal
Estimez gratuitement votre bien en 2 min
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Le toit est une partie commune, mais qui peut faire l'objet d'un droit de jouissance privative. © simonkr - Getty images
Réglementations
Votre immeuble bénéficie d’un toit-terrasse qui vous permettrait de profiter de moments en plein air ? Si le toit est systématiquement une partie commune, il est nécessaire de s’assurer qu’il ne fait...