Rechercher un article

Les aides pour financer votre logement

Les aides pour financer votre logement

Même si les taux de crédit sont historiquement bas, ne négligez pas les aides dont vous pouvez bénéficier pour l’achat de votre résidence principale. Elles peuvent vous permettre d’économiser sur le coût du financement et doper votre apport personnel.

Les aides pour financer votre logement

Les aides qui dopent votre apport personnel

Alors que les établissements bancaires exigent 10 % minimum d’apport personnel pour accorder un prêt immobilier, il est fortement recommandé de solliciter un prêt aidé. La banque prêteuse doit, en principe, le considérer comme faisant partie de vos fonds propres. PTZ, prêt Action Logement, PAS… petit tour d’horizon des aides existantes.

Pensez au PTZ pour acheter votre résidence principale

Vous vous apprêtez à acquérir votre première résidence principale dans le neuf ou dans l’ancien avec travaux ? Vous pouvez probablement prétendre au PTZ (Prêt à Taux Zéro). Si vous n’avez pas été propriétaire de votre résidence principale durant les 2 dernières années, vous pouvez également bénéficier du dispositif. Le PTZ ne peut financer qu'une partie de l'achat, mais peut être complété par un ou plusieurs prêts et éventuellement un apport personnel. Le montant du PTZ et ses modalités de remboursement dépendent du montant de l’opération, des ressources et de la composition du ménage, ainsi que de la tension de la zone où se situe le logement. Le PTZ ancien est accessible jusqu’en 2021 dans les zones B2 et C (zones rurales, périurbaines, certaines grandes villes…). De son côté, le PTZ neuf est accessible jusqu’en décembre 2021 dans les zones les plus tendues de l’Hexagone (A bis, A et B1). Dans les zones B2 et C, le PTZ Neuf est seulement accessible jusqu’en décembre 2019, avec une part de l'opération finançable par le prêt limitée à 20 %, contre 40 % dans les zones tendues.

Les conditions pour profiter du PTZ

Bon à savoir

Le PTZ (Prêt à Taux Zéro) est un prêt sans frais de dossier ni intérêt.

Vous êtes salarié ? Pensez au prêt Action Logement !

Si vous êtes salarié ou ancien salarié d’une entreprise privée (non agricole) d’au moins 10 salariés qui cotise au Comité Interprofessionnel du Logement (CIL), vous pouvez sûrement bénéficier d’un prêt Action logement (ex 1 % logement) pour acheter ou faire construire votre première résidence principale. Pour bénéficier de ce prêt à taux réduit, vous devez toutefois respecter des plafonds de ressources. Le logement doit également respecter des conditions de performance énergétique qui sont celles de la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). Le prêt Action Logement est accordé pour une durée comprise entre 5 et 20 ans et peut permettre de financer jusqu'à 30 % du coût de l'opération. Le montant du prêt peut être compris, en fonction de la zone géographique, entre 7 000 et 25 000 €. Le prêt Action Logement doit donc être complété par un prêt immobilier classique ou un apport personnel. Précisons que si vous êtes en congé parental, vous pouvez avoir droit au prêt Action Logement.

Bon à savoir

Si vous quittez l’entreprise (démission, fin de contrat, licenciement, retraite), vous n’aurez pas à rembourser votre prêt par anticipation.

Quid des prêts aidés par l'État ?

Si son taux de rémunération a chuté à 1 % en août 2016, le Plan Épargne Logement (PEL) peut être utile pour financer votre achat immobilier. Votre PEL peut vous permettre d’obtenir des conditions d’emprunt intéressantes, puisque le prêt dont est issu le PEL (le Prêt Épargne Logement), est assimilé à un apport personnel par les établissements prêteurs. Similaire au Plan Épargne Logement, le CEL (Compte Épargne Logement) offre un taux d’intérêt de 0,5 % mais son solde ne peut dépasser 15 300 € contre 61 200 € pour le PEL. Précisons que le Prêt Épargne Logement peut être complété par un PTZ, par une aide locale à l’accession, par un PAS (Prêt d’Accession Sociale) ou encore par une Prêt Conventionné (PC). Le PAS et le PC sont principalement destinés aux ménages aux ressources moyennes ou modestes. Ils sont accordés par les banques ayant passé une convention avec l'État et peuvent financer jusqu'à l'intégralité du coût de l'opération. Le taux d’intérêt du PAS est fixé par les pouvoirs publics auquel les établissements financiers ajoutent une marge, dont le montant est plafonné par l’État.

Bon à savoir

Certaines caisses de retraite et certaines mutuelles proposent des prêts immobiliers complémentaires à des taux attractifs pour la construction ou l’achat d’un logement.