Il est de plus en plus dur de négocier le prix d'un logement !

Il est de plus en plus dur de négocier le prix d'un logement !
partage(s)

Depuis quelques mois, les rabais que parviennent à décrocher les acheteurs sur les prix de vente des logements anciens sont à un bas niveau. Et ils y restent ! Éléments d’explication.

Des marges qui ne dépassent pas 3,5 % pour les logements

Comme l’indiquent les données que le baromètre LPI-SeLoger recueille, compile et analyse chaque mois, en France, les marges de négociation continuent de faire du rase-mottes. En cause, des acheteurs qui, pour une large partie d’entre eux, préfèrent « signer au prix demandé » plutôt que « risquer de perdre le logement convoité ». C’est le constat auquel arrive Michel Mouillart, Professeur d’Économie à l’Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, au vu du faible niveau des marges de négociation. Il est également à noter que les rabais que concèdent les propriétaires sur leurs maisons (5,1 % du prix de vente, en moyenne) sont plus conséquents que ceux pratiqués sur le marché des appartements (3,5 %). Cet écart trouve son origine dans les prix de vente. Du côté des maisons, les offres de prix sont longtemps restées « très ambitieuses ». Au contraire, pour ce qui est des appartements, c’est davantage la modération qui semble de mise, avec des marges qui se situent « à 15 % sous leur moyenne de longue période ».  

  • Région par région, les marges de négociation d’un bien immobilier

immobilier marge negociation prix mai 2017

Des rabais de près de 10 % sur les appartements en Auvergne

Si cet appartement qui vous plaît tant se trouve à Ambert, à Aurillac, à Clermont-Ferrand ou encore à Issoire, alors vous êtes un(e) sacré(e) veinard(e). Et pour cause, c’est en Auvergne que vous pourrez négocier le plus fortement (9,5 %) le prix de vente affiché. Vous êtes plus « maison » qu’« appartement » ?  Dans ce cas, mettez sans tarder le cap sur les régions Centre et Bourgogne. Jugez plutôt, sur les maisons, les marges de négociation atteignent respectivement 7,9 % et 7,3 % du prix de vente. Les ambitions des vendeurs y sont-elles plus élevées (et par conséquent, les prix plus négociés) qu’ailleurs ? Comme pourraient le dire les frères Bogdanov, il s’agit là d’une hypothèse à explorer…

Bon à savoir

Tous logements confondus, en France, la marge de négociation atteint 4,2 % du prix de vente, en moyenne (5,1 % pour les maisons / 3,5 % pour les appartements). 

Seulement 3,2 % de ristourne sur les maisons en Midi-Pyrénées

Est-ce parce que les propriétaires font preuve de modération dans les prix de vente qu’ils affichent ? Toujours est-il que si vous envisagez d’acheter une maison du côté de Pamiers, de Millau, de Muret, de Condom, de Figeac, de Bigorre, de Castres ou encore de Montauban, attendez-vous à des négociations serrées (pas plus de 3,2 % en moyenne). Pour ce qui des appartements, c’est en Champagne-Ardenne (0 %), en Alsace et en Lorraine (2,8 %) mais aussi en Île-de-France (2,9 %) que vous aurez le plus de difficultés à négocier le prix de vente de votre futur appartement.

Bon à savoir

  • Le prix du m² dans l’ancien se négocie 3 402 € en moyenne.