Immobilier : les marges de négociation des prix progressent encore !

Immobilier : les marges de négociation des prix progressent encore !

Bien que les vendeurs tendent à se montrer moins gourmands que par le passé, les marges de négociation continuent de croître. Quelle ristourne espérer pour votre futur logement ? Le Baromètre LPI-SeLoger vous dit tout !

Des vendeurs plus enclins à faire des concessions sur les prix

S’ils ont indéniablement revu leurs prétentions à la baisse et n’hésitent plus à proposer leurs biens à leur « juste prix », les vendeurs se voient parfois contraints d’accorder des ristournes pour s’assurer que leurs logements trouvent preneurs. À fin avril, ce sont ainsi 4,9 % du prix demandé pour un bien immobilier ancien (qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison) qui ont ainsi été négociés, en moyenne. Comme le fait remarquer Michel Mouillart, Professeur d’Économie à l’Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, il est d’ailleurs intéressant de noter que « les marges se relèvent pour le deuxième mois consécutif ». Pour info, la marge de négociation applicable aux maisons est en train de rattraper celle des appartements. 

La marge moyenne de négociation en France pour un logement

Marges de négociation - Baromètre LPI-SeLoger Mai 2016

Négociations en vue dans le Centre : environ 10 %

C’est dans la région Centre (Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher) que les marges de négociation sont le plus élevées (10,7 % pour les maisons et 6,3 % pour les appartements). La Picardie n’est pas en reste avec des maisons et des appartements négociés respectivement à hauteur de 9,1 % et de 6,3 % de leurs prix.

Les marges de négociation des prix de l'immobilier région par région

Marges négociation en France - Baromètre LPI-SeLoger Mai 2016

Des marges réduites en Alsace et en Midi-Pyrénées : 4 % maximun !

Conséquence directe de la mollesse de son marché immobilier, les marges de négociation sont considérablement réduites en Alsace (2,5 % sur le prix demandé d'une maison et 3,9 % sur celui d'un appartement), même son de cloche en Champagne-Ardenne. Des Ardennes à l‘Aube en passant par la Marne et la Haute-Marne,  les ristournes, dont peuvent faire l’objet les maisons, atteignent ainsi 2,4 % du prix de vente et 3,3 % pour les appartements. En revanche, si les marges sont réduites en Midi-Pyrénées, ce n’est nullement dû à une quelconque apathie du marché mais au contraire à une « demande qui reste soutenue ». De Rodez à Condom en passant par Figeac, la marge de négociation ne dépasse pas 2,7 % du prix demandé pour une maison et 4,2 % pour un appartement.

Les points clés à retenir 

  • Les marges augmentent pour le 2e mois consécutif.
  • Elles font du rase-mottes en Midi-Pyrénées et en Alsace (mais pas pour les mêmes raisons).
  • Dans le Centre, la marge de négociation peut atteindre 10,7 %  du prix de vente pour une maison. 

La rédaction vous conseille :