Investissement : 7 conseils pour optimiser votre rendement locatif

Investissement : 7 conseils pour optimiser votre rendement locatif

Même après l’achat du bien que vous mettez en location, il est possible d’améliorer sa rentabilité et de réaliser des économies. Découvrez 7 astuces qui vous permettront de maximiser vos recettes.

1. Pensez à la déclaration au réel pour optimiser votre rendement locatif

Lorsque l’heure de remplir votre déclaration d’impôts arrive, deux solutions s’offrent à vous : vous pouvez opter soit pour la déclaration au micro-foncier avec un abattement forfaitaire sur vos dépenses, ou déclarer au réel. La solution la plus simple reste bien entendu le régime du micro-foncier qui évite des longs calculs, mais cette option n’est pas toujours la plus avantageuse, en particulier les premières années de votre investissement locatif, puisqu’il s’agit de celle qui engendre généralement les plus lourdes dépenses. En effet, pour que le régime du micro-foncier soit le plus avantageux, il faut que les charges liées à votre investissement soient inférieures à 30 % du montant des loyers. Or, lorsque vous cumulez les intérêts d’emprunt, les travaux de rénovation et toutes les charges d’acquisition et de gestion du bien, le montant s’élève généralement à plus de 30 %. La déclaration au réel s'avère alors plus intéressante car elle vous permet de créer un déficit foncier.

Bon à savoir

Si vous n’avez pas consommé la totalité des intérêts d’emprunt sur une année, vous avez la possibilité de les reporter sur les années suivantes sur votre déclaration d'impôts.

2. Renégociez votre prêt immobilier...

Les taux d’intérêt ayant considérablement baissé ces dernières années, il peut être intéressant de prendre rendez-vous avec votre banquier pour renégocier votre prêt immobilier afin de profiter de taux plus faibles. Cela vous permettra ainsi de baisser les mensualités ou de raccourcir la durée du prêt.

3. …et renégociez les assurances !

En tant que propriétaire bailleur, vous cumulez certaines assurances parmi lesquelles l’assurance du prêt, l’assurance habitation non occupant voire l’assurance loyers impayés. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence chaque année, comparez, calculez et demandez une renégociation de vos cotisations dès que vous vous apercevez qu’une offre est plus intéressante ailleurs, ou changez de compagnie d’assurance. Toutes ces économies cumulées vous permettront de voir votre rendement locatif augmenter.

4. Préférez les systèmes individualisés dans le logement

Si vous avez investi dans un logement en copropriété, gare aux charges communes ! Si certaines sont incontournables, d’autres peuvent être modulées et optimisées. C’est le cas pour le chauffage en particulier, puisque vous pouvez réaliser des travaux afin d’équiper le logement d’un système individualisé qui vous permettra d’avoir une meilleure visibilité concernant la consommation de vos locataires, et de réaliser à termes des économies.

5. Faites des travaux de rénovation pour valoriser le bien

Un logement en bon état est un logement qui vous coûte moins cher en réparations courantes et qui vous permet d’augmenter le montant du loyer. Alors n’attendez pas pour réaliser des travaux de rénovation, faites en sorte que le logement soit moderne et confortable, afin de susciter l’intérêt des candidats à la location. Sans compter que vous pourrez déduire le montant des travaux de vos revenus pour créer un déficit foncier.

Conseil SeLoger

Si vous souhaitez effectuer des travaux de rénovation dans votre logement, sachez que de nombreuses aides sont proposées et peuvent vous permettre de financer presque entièrement vos travaux. C'est le cas notamment du crédit d'impôt.

6. Louez le parking indépendamment du bien

Si vous avez investi par exemple dans le cadre de la loi Pinel avec un plafond de loyers, il peut être intéressant que la location du parking fasse l’objet d’un bail indépendant de celui du logement. En effet, investir en loi Pinel présente des avantages indiscutables, mais durant quelques années, le rendement locatif n’est pas à son maximum car les loyers sont plafonnés en-dessous de ceux du marché. Or, le loyer du parking n’entre pas dans le calcul du plafond du loyer, ce qui signifie que rédiger un bail pour la location du bien et un bail pour la location du parking vous permettra de gonfler un peu vos revenus.

7. Lancez-vous dans la location meublée ou la colocation

Les loyers des locations meublées sont en moyenne 20 % supérieurs à ceux des locations nues, et le rendement de 1 à 2 % plus élevé en louant votre logement en colocation. Ces deux options doivent donc être envisagées, car même si elles présentent plus de contraintes, la demande est forte et la fiscalité est particulièrement avantageuse en ce qui concerne la location meublée, puisqu’en optant pour la déclaration au réel, vous pouvez amortir les murs et les équipements du logement. La colocation, quant à elle, rencontre un succès grandissant, et plus seulement auprès des étudiants, puisque davantage de jeunes actifs se tournent également vers cette option.

Bon à savoir

Vous êtes en droit de revaloriser le montant du loyer en vous basant sur l’indice INSEE, l’IRL. Ce montant est limité, de l’ordre de l’inflation, entre 1 et 2 %, mais cela peut vous permettre de couvrir la hausse des charges qui est du même ordre et de maintenir votre rendement.