Faut-il craquer pour une résidence secondaire ?

Faut-il craquer pour une résidence secondaire ?

Une maison secondaire peut constituer un bon placement de long terme, à condition de prendre les précautions nécessaires avant de l’acquérir. Fiscalité, choix de l’emplacement, frais d’entretien… tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer. 

Comment choisir l’emplacement de sa résidence secondaire ?

Appartement ou maison, mer ou campagne… avant de se lancer dans l'achat de la résidence secondaire de ses rêves, il est important de se poser les bonnes questions et de ne pas négliger les détails concernant l’emplacement et l’accessibilité. Il faut notamment prendre en considération les moyens de transport disponibles (gare à proximité, autoroute, etc.). Il faut pouvoir s’y rendre régulièrement pour qu’une maison secondaire soit rentable… mieux vaut donc que la ville, dans laquelle sera acheté le bien, soit bien desservie. Pour choisir l’emplacement idéal, il est fortement conseillé de se renseigner sur le développement de la région, les commodités, les commerces de proximité ou encore les loisirs, auprès de la municipalité ou de l'office du tourisme. Il peut également être judicieux de se rendre sur les lieux en dehors de la période estivale, pour voir si la commune « vit » tout au long de l’année.

Bon à savoir

L’achat d’une résidence secondaire dispense le propriétaire d’une deuxième redevance télévisuelle s’il la paie déjà au titre de sa résidence principale.

Mais attention à la fiscalité peu avantageuse

Pour acheter sa résidence secondaire, mieux vaut ne pas trop compter sur les coups de pouce de l’État. Ce type d’achat immobilier ne bénéficie pas des aides à l’acquisition existantes (PTZ, Pinel, etc.). Il n’est pas non plus possible de bénéficier d’exonération fiscale en termes de taxes locales (taxe foncière, taxe d’habitation, taxe d’enlèvement des ordures ménagères…). De plus, l’achat d’une résidence secondaire n'ouvre pas droit à une réduction d'impôt sur le revenu et ne permet pas de décote de 20 % sur la valeur du logement pour le calcul de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). Il n’est pas non plus possible de bénéficier d'un crédit d'impôt pour les dépenses d'équipement du logement (remplacement de la chaudière, installation de panneaux solaires, etc.). Par ailleurs, si la taxe d’habitation devrait être supprimée pour l’ensemble des Français, l’Etat chercherait à compenser le manque à gagner en créant un nouvel impôt pour les propriétaires des maisons secondaires.

Vidéo : les conseils à suivre avant d'acheter une maison secondaire

Ne sous-estimez pas les frais d’entretien

Au moment d’acheter une résidence secondaire, il ne faut surtout pas sous-estimer les frais d'entretien (travaux de toiture, rénovation de l'isolation, etc.) qui peuvent rapidement devenir un gouffre financier s’ils n’ont pas été anticipés. En effet, les professionnels de l’immobilier estiment le coût annuel d'une résidence secondaire entre 1 et 3 % de sa valeur. Les frais de fonctionnement (chauffage, électricité, eau chaude, téléphone...) sont également à prendre en compte, tout comme les impôts locaux et les éventuelles charges de copropriété. Pour rentabiliser l’achat d’une résidence secondaire, il peut donc être judicieux de la mettre en location une partie de l'année. D’autre part, il ne faut pas négliger le coût de l’assurance habitation, sachant qu’il est possible d’étendre son assurance multirisque à sa résidence secondaire ou de souscrire à une assurance uniquement dédiée à celle-ci.

Maison secondaire : combien ça coûte ?

En France, le prix moyen d’une résidence secondaire s’élève à 237 200 €, selon les chiffres du baromètre LPI-SeLoger.