« À Grenoble, la hausse des prix immobiliers n’est plus du domaine de l’anecdote »

25 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Grenoble et son agglomération se caractérisent par une disparité importante en termes de prix. Olivier Bousquet, co-gérant de l’agence Premium Immobilier, nous fait l’état d’un marché attrayant aux multiples spécificités.

Image
isere-grenoble-seloger
Derrière Lyon et Saint-Étienne, Grenoble maintient un fort niveau d’attractivité. © Jeafish Ping - Shutterstock

Quels sont les secteurs plus prisés à Grenoble et dans la région ?

La vallée du Grésivaudan, située au nord-est de Grenoble, est un secteur on ne peut plus dynamique. La preuve, la tendance en est à la raréfaction de l’offre de biens disponibles. Certains secteurs sont d’ailleurs très chers et connaissent des disparités de prix importantes en comparaison d’autres villes pourtant très proches : une maison dans la commune de Biviers, par exemple, vaut deux fois plus cher que dans la commune de Le Touvet. Dans le centre-ville de Grenoble et dans le quartier de l’Île Verte, les biens sont également très demandés et de qualité. Cela s’explique par leur proximité immédiate des transports en commun et des commerces. Cependant, le petit bémol est que les appartements ne comportent pas d’extérieur.

Quels secteurs pourraient devenir demain très convoités ?

En ce qui concerne les secteurs en pleine expansion, il faut évoquer la zone située entre Crolles et Chambéry. Le marché immobilier explose littéralement là-bas. Il n’y a pas d’offres et les acheteurs sont très demandeurs, les prix ont tendance à s’envoler de façon spectaculaire. Il existe d’ailleurs une énorme disparité en fonction des produits, de leur agencement et de leur état, c’est pour ça qu’il est si difficile de donner des exemples qui pourraient refléter les prix réels du marché.

Le prix immobilier à Grenoble est de 2 500 €/m², environ.

Quel effet a la crise du covid sur l'immobilier à Grenoble ?

C’est surtout au niveau des délais moyens de transaction. Ils se sont fortement réduits, les gens se décident plus rapidement qu’avant. Nous avons également moins de mandats qu’auparavant, mais plus de transactions. Tout comme au niveau des prix immobiliers sur lesquels la pandémie a eu un impact important : l’accroissement est indéniable.

Cette crise a-t-elle apporté des changements au niveau des demandes des acquéreurs ou des locataires ?

Oui, notre clientèle est plus exigeante concernant l’emplacement et la qualité des produits. Nous avons un client propriétaire d’un studio et d’un T2 neuf de très bon standing, qui ont été loués très rapidement. Certains vont vouloir sortir du centre-ville pour avoir plus de calme, tandis que d’autres souhaitent se rapprocher du centre pour bénéficier de plus de commodités. C’est sensiblement la même chose sur le marché de la transaction. Même si l’offre se raréfie, le positionnement de prix doit être au plus juste. Certains biens décorrélés du marché ne partent pas à la vente.

Avez-vous des conseils à donner si on veut acheter à Grenoble ?

Pour bénéficier des conseils les plus avisés, il est important de référencer les agences qui correspondent à ses attentes en termes de biens. C’est pour cela qu’il est judicieux de prendre contact avec un conseiller pour définir plus précisément son projet, notamment au sujet du secteur sur lequel concentrer ses recherches et bien évidemment du budget.

Image portrait
Image
Olivier Bousquet
Olivier Bousquet
Gérant, Premium Immobilier, 12 avenue Maréchal Randon, 38000 Grenoble
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils

A la une !